<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:12:13 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Archives sonores CKUA
Recherche
Aller
English
Français
  

Patrimoine canadien CKUA Radio Network Heritage Community Foundation

AccueilHistoriqueProgrammationLes gensArchive sonoreEdukitPlan du siteCréditsContact

Palmarès des Fichiers

1. Part 1 – Gerry Potter a pris le livre “The R...(Arts Alberta)
Détails
 
2. Part 1- Tony Dillon-Davis parle avec Jeffrey...(Arts Alberta)
Détails
 
3. Part 1 – Tommy Banks parle avec Allan Sheldo...(Arts Alberta)
Détails
 
4. Part 1 – Colin McLean parle avec Jim Marsh, ...(Arts Alberta)
Détails
 
5. Part 1 – Le nouveau programme de théâtre à ...(Arts Alberta)
Détails

Le bon vieux temps

L'université à CKUA - de 1922 à la mise en ondes 

Harry P. Brown - mieux connu sous le nom d'H.P. - était le premier directeur de studio de CKUA, en addition de servir comme annonceur, spécialiste d'effets sonores, chargé de cours du département d'extension de l'Université de l'Alberta... et mécanicien. En 1922, après avoir entendu des diffuseurs sur son récepteur radio fait maison, Harry P. Brown, le nouveau chef du département d'aides visuelles de l'Université de l'Alberta, discuta la possibilité d'utiliser la radio comme un moyen d'«amener l'université aux gens».

Les membres de la faculté d'extension ont voyagé à des assistances à l'intérieur et à l'extérieur d'Edmonton pour livrer des discussions et des cours. «Ce serait une idée géniale si notre propre université participerait» suggéra-t-il à son collègue, le professeur Albert Edward Ottewell, le premier directeur de la faculté d'extension. «comme l'université opérant une station à elle-même»

Pour ce qui concernait la création d'une station à eux-même, H.P. et ses collègues d'extension seraient repoussés pour un autre cinq ans à cause de manque de fonds de l'université, et le développement continuel de l'équipement de transmission. Par contre, avec la venue de CJCA et la participation du Edmonton Journal, il y avait une autre option. Les cours et les discours par la faculté peuvent être transmises sur les ondes si ces deux jeunes médias se joignaient ensemble.

Le professeur d'ingénerie électrique, J. Wardlaw "Ward" Poreous donnait de l'assistance technique dans l'établissement de l'opération de CKUA de 1927.Au début, la faculté voyagerait aux bureaux du Journal sur 101e rue, où les studios de CJCA étaient situés dans la salle de presse. Plus tard, un niveau de commodité serait introduite dans la forme d'un microphone et d'un amplificateur dans le coin du bureau d'Ottewell dans la faculté d'extension, lié par téléphone à CJCA. Ceci, alors, était la première venue de radio CKUA.

Un studio brut qui ne couterait pas cher fut contruit en 1926 en suspendant des draps en toile par le plafond, et ceci permettait à de la musique en direct d'être transmis à CJCA.

Par 1927, par contre, la radio avançait au-delà de son enfance. L'équipement devenait plus fiable - mais surtout pas moins cher - et Brown promouvait encore l'idée d'une station de radio indépendante sur le campus de l'université.

Les premières antennes rudimentaires de CKUA furent construites à l'extérieur de Pembina Hall en 1927, et restèrent jusqu'en 1966. Encore, dépendant de la source, un autre morceau de la mythologie de la radio edmontonienne fut créé autour des premiers fonds de la station. Dans les histoires publiées rendant hommage à son 40e et 60e anniversaire, Brown est dit d'utiliser un tour de passe-passe financier pour utiliser une bourse universitaire de soit 700$ ou 7 000$ de l'Assemblée Legislative de l'Alberta originallement destiné à un nouveau chargé de cours dans la faculté d'extension. Par contre, dans le livre de Marylu Walters de 2002, CKUA: Radio Worth Fighting For, l'histoire est dite fausse par l'ancien gérant de radio, Jack Hagerman, qui dit que Brown n'aurait pu «jouer dans les livres» financiers de la faculté.

Wilfred Ernest Cornish, un professeur d'ingérie électrique à l'Université de l'Alberta, a donné de l'assistance technique dans le montage des opérations de diffusion pour CKUA. Lui et son collègue J. Wardlaw "Ward" Porteous recevraient leur Maîtrises en 1933 d'après leur travail avec CKUA.Quelque soit l'histoire, le nouveau chargé de cours n'a jamais apparu sur le campus, mais son absence n'était pas remarqué. A sa place, plusieurs étudiants d'ingénierie électrique ont construit un émetteur et une antenne dans leur temps libre. Assité par le propriétaire de la station de radio calgarienne CFCN, W.W. Grant, et le cadre d'étudiants, Brown érigea les premières antennes de CKUA à l'extérieur de Pembina Hall: des poteaux de 25 pieds sur deux tours moulins à vent de 75 pieds de haut. Rudimentaires au point de vue technologique semblaient-ils, ils ont restés sur le campus jusqu'en 1966.

 Une petite cabine derrière Athabasca Hall était revêtue de de toile acheté d'une brasserie de la région pour la somme de 25$, et ceci devint le premier studio et salle de contrôle de CKUA. Eventuellement, d'ici émergerait la musique jouée par le premier orchestre d'Edmonton, l'University of Alberta Radio Orchestra, les premiers drames radiophoniques de la province, et en 1928, les premières diffusions des cours de français au Canada.

Le studio de CKUA en 1929 était revêtu de toile acheté d'une brasserie de la région pour la somme de 25$.Cependant, avoir un permis de diffusion prouva être un obstacle. Quand le département d'extension appliqua aux autorités fédérales, ils ont été dit que trois stations en Edmonton - CJCA, CHCY and CFCK - étaient suffisantes. Les sources publiées prouvent à être contracdictoires sur ce sujet. A un moment, d'après certaines sources, le permis de CHCY fut déjà revoqué à cause des interférences avec la diffusion de CJCA en 1926 avec les matchs de boxe à poids lourds de Jack Dempsey et Gene Tunney, qui aurait laissé de la place pour un autre diffuseur à s'installer. D'autres sources ont les nouveaux diffuseurs ramassant 600$ pour acheter CFCK et le renommant CKUA. L'explication la plus osée pour donner le permis à CKUA est les diffuseur universitaire de porter en appel le refus d'application du gouvernement disant que le studio, les antennes et l'émetteur étaient déjà en place, ainsi qu'une faculté de professeurs voulant et étant capable de diffuser. 

Malgré le conflit, le permis fut adjugé. La nouveauté était passée; une chaîne allait venir.

  

Top Précédent

Voyez la ligne du temps CKUA »