<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:12:40 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Archives sonores CKUA
Recherche
Aller
English
Français
  

Patrimoine canadien CKUA Radio Network Heritage Community Foundation

AccueilHistoriqueProgrammationLes gensArchive sonoreEdukitPlan du siteCréditsContact

Palmarès des Fichiers

1. Part 1 – Gerry Potter a pris le livre “The R...(Arts Alberta)
Détails
 
2. Part 1- Tony Dillon-Davis parle avec Jeffrey...(Arts Alberta)
Détails
 
3. Part 1 – Tommy Banks parle avec Allan Sheldo...(Arts Alberta)
Détails
 
4. Part 1 – Colin McLean parle avec Jim Marsh, ...(Arts Alberta)
Détails
 
5. Part 1 – Le nouveau programme de théâtre à ...(Arts Alberta)
Détails

L'ère AGT

La radio et le téléphone: CKUA se déplace à AGT

Premier ministre William AberhartLe déplacement de CKUA de la responsabilité de l'Université de l'Alberta (site en anglais seulement) au gouvernement provincial de l'Alberta débuta en septembre 1944. Par ce temps, la station a résou le problème d'interférence de diffusion d'un nombre croissant de postes d'Edmonton en haussant leur pouvoir de 500 à 1 000 watts en 1941. Le couvrage de la station allait de Peace River au nord jusqu'à Vulcan au sud.

En 1937, CKUA avait entré dans une relation avec la Société Radio-Canada (SRC) anglophone pour diffuser leur programmation non diffusé sur leur poste de base d'Edmonton, CJCA. Ceci aurait un grand impact sur la personalité de CKUA, et par 1944, 43% de son temps de diffusion était consacré à la diffusion de programmation de la SRC.

De plus, en 1944, la station eut un arrangement avec l'armée américaine, qui construisaiut le pipeline d'Alaska, pour offir une diffusion des actualités chaque soir par une ligne téléphonique à CFWH Whitehorse. (La relation de CKUA avec la SRC anglophone terminerait en 1950 quand CFWH Whitehorse s'est joint au réseau SRC anglophone.)

Malgré la grande proportion de programmation, la relation avec la SRC n'était pas particulièrement lucrative à CKUA, parce que la programmation de la SRC n'avait pas d'annonces. L'existence de CKUA resta financièrement fragile, avec la station dépendant sur le gouvernement provincial et l'université pour des fonds.

La vente de CKUA au ministre de chemins de fer et de téléphones du gouvernement provincial débuta en avril 1944 quand le Conseil des gouverneurs de l'université a voté pour faire application pour un permis de transfer en échange pour continuer les diffusions de l'université du lundi au vendredi pour trois heures par jour, et maintenir son statut de sans annonces. Le coût au gouvernement serait de 2$ - un achat divisé également entre l'équipement émetteur et la terre sur laquelle l'équipement est placé.

La vente et le transfert de CKUA ne serait pas finalisé jusqu'au 1 mai 1945; à la fin de juillet, les installations de CKUA furent déménagées du campus de l'université à l'autre côté de la rivière Saskatchewan à l'édifice provincial. Par contre, aussi loin que 1959, toute déclaration officielle faisant affaire au transfert des actifs semblait avoir disparu, d'après Marylu Walters dans son livre, CKUA: Radio Worth Fighting For, publié en 2002. Malgré l'apparent transfer au gouvernement, l'université renouvellerait annuellement le permis de la station avec le régulateur fédéral pour les prochains 25 ans, chargeant la station pour les frais. De son côté, le gouvernement provincial ferait application pour un permis d'affaires... et serait refusé à tous coups.

Alberta Government Telephones aurait possession et opérerait CKUA jusqu'en 1973, un temps qui verrait la station augmentant son wattage et parcourant la province. Mais ces améliorations étaient pour la plupart l'oeuvre des cadres et des employés de CKUA, et non du gouvernement provincial. Certainement, Walters cite les éditorialistes et les employés critiquant la "négligence bénigne" du gouvernement envers la station.

«L'AGT n'a vraiment aucun intérêt,» dit le directeur de station du temps, Jack Hagerman. «Ils auraient voulu plutôt s'en passer. Ils s'en fichaient, sauf le directeur général d'AGT... qui, dans mes années, habituellement portant une fierté quelconque dans la station de radio. Ils regardaient la station comme quelque chose qu'ils faisaient pour la communauté qui leur faisait bien paraître. Alors le résultat final est qu'ils restaient sortis.»

Par 1974, le gouvernement provincial laisserait les ondes à une organisation nouvellement créé - l'Alberta Educational Communications Corporation, mieux connu sous le nom d'ACCESS. 

  

Top Précédent

Voyez la ligne du temps CKUA »