<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:12:59 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Archives sonores CKUA
Recherche
Aller
English
Français
  

Patrimoine canadien CKUA Radio Network Heritage Community Foundation

AccueilHistoriqueProgrammationLes gensArchive sonoreEdukitPlan du siteCréditsContact

Palmarès des Fichiers

1. Part 1 – Gerry Potter a pris le livre “The R...(Arts Alberta)
Détails
 
2. Part 1- Tony Dillon-Davis parle avec Jeffrey...(Arts Alberta)
Détails
 
3. Part 1 – Tommy Banks parle avec Allan Sheldo...(Arts Alberta)
Détails
 
4. Part 1 – Colin McLean parle avec Jim Marsh, ...(Arts Alberta)
Détails
 
5. Part 1 – Le nouveau programme de théâtre à ...(Arts Alberta)
Détails

L'ère indépendante

Les coupures de budgets du gouvernement conservatif mené par le Premier Ministre Ralph Klein (lien en anglais seulement) auraient un grand impact sur comment CKUA ferait opération.

Le gouvernement Klein a pris pouvoir en 1993, son mandat fiscal étant de privatiser plusieurs départements gouvernementaux et sociétés d'Etat. Parmi eux était ACCESS, qui opérait à Edmonton un poste de télévision éducatifs et CKUA.

Après beaucoup de dénonciations du public sur la possibilité de la fermeture ou la vente de CKUA - et ce n'était pas la première foois, comme c'était une considération en 1987 - le gouvernement provincial a nommé un conseil de fondation pour développer un plan d'entrepruse pour but de privatiser CKUA. Il a aussi accepté de donner des fonds temporaires de 4,8 millions de dollars pour une période de trois ans. Au début d'août 1994, CKUA fut officiellement déplacé d'ACCESS à la fondation charitable CKUA Radio Foundation pour fonctionner comme station sans but lucratif. La fondation a acheté les actifs et les opérations de CKUA pour une somme de 10$.

un des volontaires de la collecte de fonds de CKUA travaillant fort Par 1997, le conseil était incapable de créer une opération de diffusion fonctionnante et auto-suffisante. Peu des fonds de transition restait, et la station fut fermée le 20 mars. Encore, des réclames et des cris du public se feraient entendre, surtout par les médias, les auditeurs, les électeurs, les Friends of CKUA (un groupe de collecte de fonds d'auditeurs d'Edmonton et Calgary créé en 1994), et la coalition d'employés, amis, et membres de la communauté des arts Save Our Station, qui a été incorporé le Save Alberta Public Radio Society.

Audio
 
  Read More!

CKUA - Radio Worth Fighting For

La dernière émission (The Last Show) ouvre le livre de Walters, Radio Worth Fighting For.. Il détaille l'impact personnel de la dernière soirée de diffusion quand CKUA a été fermé le soir du 20 mars 1997.  
Lisez-en davantage...

Le chapitre intitulé Secousses et répliques (Shock and Aftershock) du livre de Walters discute les effets immédiats de la fermeture. 
Lisez-en davantage...

  
Articles suggérés


 

A CKUA, un nouveau conseil de directeurs fut mis en place, et le 25 avril, cinq semaines après sa fermeture, CKUA était à nouveau sur les ondes.

La meilleure description des défis de CKUA de possession et de financement - qd'un point historique ainsi que d'un point de vue personnelle - se trouve dans le livre de Marylu Walters, CKUA: Radio Worth Fighting For, publié en 2002 par University of Alberta Press.

La sation rediffusant à nouveau, le nouveau défi de CKUA n'était pas seulement la diffusion, mais aussi à s'assurer de fonds continuels pour supporter le budget annuel estimé à 3 millions de dollars. Les auditeurs, la communauté d'entreprises, et les corporations ont tous fait leur part, continuant la tradition d'un décennie de dons et de collecte de fonds. «La radio à abonnement» cimenterait la relation de la station avec ses auditeurs, et en 2001, 1,1 millions de dollars fut généré en abonnements annuels, avec un autre 1,3 millions allant aux coffres de CKUA en forme de dons.

De plus, des nouveautés avaient été conçu dans la fermeture de la station depuis 1995; des annonces de service. La station qui dès le début avait célébré son statut de diffuser sans annonces n'avait aucun choix que d'engager dans les pratiques des diffuseurs conventionnels. Malgré qu'au début les annonces sur CKUA laissaient à désirer - ce n'était pas, après tout, de la radio ordinaire des Top 40 - la station changeait son approche pour que les messages des commanditaires étaient plus dans l'éthique de la station.

Après sa campagne de collecte de fonds de printemps 2002, la station générait 1,8 millions de dollars, ou 60% de son revenu, de 13 000 dons de ses auditeurs. Le 40% restant dérivait des ventes commercialles (400 000$), partenariats de média (100 000$) et des revenus de droit (400 000$).

Il y eut même du revenu généré par le site web de la station, (www.ckua.com, en anglais seulement), qui grâce à des subventions du Wild Rose Foundation (site en anglais seulement), alla en ligne en avril 2000. Non seulement que CKUA diffusait en ligne dans 60 pays, mais les partenariats en ligne avec des entreprises tels que Britannica.com, RollingStone.com et BBC online ont permis à la station de gagner une commission avec chaque vente faite d'un lien sur le site web CKUA.

Le 21 novembre 2002, CKUA célébra son 75e anniversaire avec des plans pour une année complète d'événements à travers la province. Le jour qu'il a diffusé pour que quelques heures en 1927 - allant sur les ondes avec un joyeux «Bonne soirée, amis et auditeurs de radio!» - en 2002, CKUA se déplaça vers une diffusion de 24 heures.

A cet âge mûr - avec une attitude qui nie sa longévité - CKUA n'est que cinq ans plus jeune que les véritables grand-pères de l'Amérique du Nord. La station est vraiment un jalon qui est une rareté dans l'industrie.
   

Top Précédent

Voyez la ligne du temps CKUA »