<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:14:07 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Archives sonores CKUA
Recherche
Aller
English
Français
  

Patrimoine canadien CKUA Radio Network Heritage Community Foundation

AccueilHistoriqueProgrammationLes gensArchive sonoreEdukitPlan du siteCréditsContact

Palmarès des Fichiers

1. Part 1 – Gerry Potter a pris le livre “The R...(Arts Alberta)
Détails
 
2. Part 1- Tony Dillon-Davis parle avec Jeffrey...(Arts Alberta)
Détails
 
3. Part 1 – Tommy Banks parle avec Allan Sheldo...(Arts Alberta)
Détails
 
4. Part 1 – Colin McLean parle avec Jim Marsh, ...(Arts Alberta)
Détails
 
5. Part 1 – Le nouveau programme de théâtre à ...(Arts Alberta)
Détails

Bénévoles

un des bénévoles travaillant fort de CKUALes bénévoles ont toujours été un dicton des opérations de CKUA. Au cours des années, ils ont assisté dans la levée de fonds, ont servi sur le conseil des directeurs, ont maintenu l’archive de disques et d’autres éléments de la station d’Edmonton, et ont même fait la promotion du réseau à travers l’Alberta et à l’étranger.

«Ils sont impliqués dans les campagnes de collecte de fonds, le soutien de la station par lequel ils font du bénévolat dans la station, et avec des chapitres à l’extérieur d’Edmonton », dit Maureen Workman, la coordinatrice des bénévoles d’Edmonton de la station, qui estime qu’il y a environ 800 bénévoles à Edmonton, avec un autre 300 à 400 éparpillés dans la province.

Occasionnellement, les bénévoles peuvent former un groupe politique, surtout quand le réseau est menacé. Tel était le cas, d’abord en 1994, quand les auditeurs ont formé Friends of CKUA (FOCKUA) lors des plans du gouvernement provincial pour coupé les fonds du réseau, et encore en 1997, quand la station fut mise hors service. Ce dernier événement a démarré non seulement la formation de la société provinciale Save Alberta Public Radio Society (SAPRS), mais aussi une augmentation dans le nombre de bénévoles pour le réseau.

«Le choc du réseau étant hors service en mars 1997 était un grand réveil », dit Bonnie Jamha, qui depuis le printemps de 1997, a travaillé sur le site web de CKUA et l’archive de musique, dite d’être un des plus grands et plus éclectiques archives de musique enregistrée en Amérique du Nord. «Nous l’avons quasiment perdu! J’ai été traumatisée par cet événement, et j’étais déterminée que je ferais une contribution, non seulement de mon argent, mais aussi de mon temps».

Jamha, en fait, a fait l’approche de son bénévolat comme n’importe quel autre auditeur le ferait. «L’attraction, pour moi, était que CKUA était la radio la plus éclectique sur la planète, et le personnel, surtout les annonceurs en ondes, étaient des célébrités pour moi. Alors, j’aurais l’occasion de contribuer en supportant et en améliorant les activités continuelles de CKUA, en plus de faire interaction avec ces individus qui sont importants pour moi. Ces buts ont été réalisés d’après moi. »

Wes Denison est le président du chapitre d’Edmonton, et un chef d’équipe durant les levées de fonds annuelles de CKUA.

«Je suis particulièrement actif avant les levées de fonds, parce que j’entraîne les autres superviseurs d’équipes bénévoles et les coordinateurs pour les levées,» dit Denison, dont sa vie bénévole inclut le Northern Alberta Co-operative Housing Association (NACHA) et l’Edmonton World Social Forum. «Pendant les levées de fonds, je travaille toutes les périodes de semaine de 6h00 à 9h00 comme superviseur. Cela change cette fois-ci puisque j’ai pris la période de minuit à 6h00 les deux jeudis. »

Ironiquement, la seule commodité dans laquelle il ne semble jamais avoir un manque est dans les bénévoles eux-mêmes. Il dit que la myriade d’attractions pour les bénévoles de CKUA vient de l’incorporation des offres de la station dans leur vie quotidienne. Il peut voir deux rationaux pour attirer de nouveaux bénévoles.

«Si tu aimes la musique et la programmation de CKUA et aimerais avoir une variété d’expériences avec une communauté qui pense comme toi, alors fais du bénévolat pour CKUA. Ou, si CKUA est important pour toi, alors la seule façon que tu peux garantir que la station continuera à être sur les ondes est pour toi pour être là pour elle.

Par contre, je n’ai jamais été obligé de partir à la recherche de nouveaux bénévoles; ils viennent à nous par eux-mêmes. Je pense que c’est parce que CKUA est un résultat tangible de notre bénévolat. Où d’autre pouvons-nous indiquer quelque chose et dire qu’elle existe grâce au travail continu que nous faisons, et le bénévolat que nous faisons a un effet positif immédiat sur ma vie? »

Quelques-uns des bénévoles servant le plus longtemps sont aussi parmi les auditeurs les plus habitués de CKUA. Marian Crawshaw est une bénévole de soutien de station dans le département de relations aux donneurs du réseau. Elle et son mari Dick écoutent CKUA depuis plus de 40 ans, et leur bénévolat envers la radio a commencé il y a plus d’une décennie.

«Cela a ouvert un autre monde pour moi quand je me suis exposée à une telle variété de musique! Nous avons commencé à faire du bénévolat à CKUA en 1993-94 en réponse d’une requête de radio que nous avons entendus peu longtemps après nous avons pris notre retraite. Comme la station nous a donné tellement de plaisir au cours des années, nous avons voulu donner quelque chose en retour.»

Depuis, le couple a tenu des responsabilités tels que des tâches de secrétariat – le classement, répondre aux téléphones, l’entrée de données à l’ordinateur – à offrir de l’hospitalité pendant les levées de fonds.

«Je reste impliquée avec la station pour plusieurs raisons, la plus importante étant que je crois dans la notion de radio soutenue par le public et je crois que CKUA fait du bon travail dans ce domaine. Je mets en valeur l’amitié que j’ai avec le coordinateur des bénévoles, les autres bénévoles, et le personnel. Ils sont spéciaux et des personnes dévouées et la station mettent ceci en évidence. J’ai toujours senti que ce que j’ai été demandée de faire a été apprécié, et j’ai constamment reçu de l’entraînement, des commentaires, de l’encouragement, et des remerciements (verbalement et écrit).»

Alors, qu’est-ce qu’encourage ces trois à continuer de travailler... et ce, gratuitement?

Bonnie Jamha résume ses sentiments d’une façon qui montre que donner quelque chose pour rien peut être le cadeau le plus précieux.

«Pour ce qui est de mon travail gratuit, mon dicton pour CKUA sera toujours: “S’il vous plaît, ne me mettez pas sur la feuille de paye!” L’argent changerait tout. Je ne serais plus jamais capable de faire du bénévolat comme je le fais maintenant », explique-t-elle. «Tout le monde aime un bénévole qui fait des contributions significatives à l’organisation; c’est un travail ayant ses mérites avec des commentaires continuels positifs. C’est parfait. »

 

Top Précédent

Voyez la ligne du temps CKUA »