hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:21:30 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Les Afro-Américains

Au fil des ans, les Afro-américains ont immigré au Canada avec le rêve de se faire une meilleure vie. Ils ont quitté les États-Unis pour échapper à leur vie d’esclaves, pour fuir les attitudes et lois racistes, ou pour poursuivre leur rêve de posséder leur propre ferme. Les immigrants afro-américains sont venus au Canada dans une série de vagues, telles que celle qui s’est produite lors de la guerre de 1812 entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. À cette époque, on leur promet des terres agricoles en compensation d’abandonner leurs maîtres américains. Beaucoup des premiers immigrants afro-américains font leur chemin vers l’Ontario, la Nouvelle-Écosse et même la Colombie-Britannique.

Thomas Mapp family and relatives, a Black family from Amber Valley, Alberta

Les colons afro-américains commencent à arriver en Alberta en 1908, majoritairement en provenance de l’Oklahoma. Au cours des trois années suivantes, un millier d’Afro-américains viennent en Alberta pour faire de l’agriculture et commencer une nouvelle vie, quittant l’Oklahoma pour fuir le racisme dont ils sont victimes. Les fermiers blancs de l’Oklahoma ne veulent pas d’Américains noirs comme voisins. En 1907, les fermiers blancs passent une loi ségrégationniste qui interdit aux noirs l’accès aux places publiques telles que les théâtres et les tramways. De plus, les blancs essayent de priver les Afro-américains de leurs droits. Quand la loi ségrégationniste entre en effet en 1908, des familles entières décident de partir.

De nombreuses familles se dirigent au nord vers l’Alberta à cause des annonces publicitaires faites par le gouvernement canadien dans les journaux américains. À cette époque, le gouvernement canadien encourage les fermiers américains à établir des fermes dans les Prairies. Un nouveau fermier se voit offrir un quart de section de terre (160 acres) pour seulement 10 dollars, s’il cultive la terre pendant trois ans, en défrichant, semant et en construisant une maison. Ces annonces publicitaires sont rééditées dans les journaux ayant des lecteurs américains noirs. Quand les nouvelles lois racistes entrent en vigueur, les fermiers Afro-américains décident de partir.

Black family, Vulcan, Alberta.

Les fermiers s’établissent dans des villes comme Wildwood et Amber Valley, près de l’Athabasca. Bien que les Afro-américains soient partis pour le Nord pour fuir les lois et opinions racistes, ils découvrent que des notions identiques existent au Canada. Des groupes d’entreprises et le gouvernement provincial prennent des mesures pour stopper des immigrants afro-américains additionnels d’atteindre l’Alberta, but qu’il atteignent en renvoyant des immigrants potentiels à la frontière grâce à des examens médicaux stricts ou en déclarant que les Afro-américains ne sont pas faits pour le climat canadien. Certains conseils municipaux, comme celui d’Edmonton, passent des résolutions bannissant les Afro-américains de leurs juridictions. En conséquence de ces actions, la population afro-américaine est au point mort en 1911.

Ces familles se sont établies en communautés, ont construit des écoles et des églises et ont commence à cultiver la terre. La colonie d’Amber Valley a connu le plus de succès, survivant à la Grande dépression et atteignant une marque de permanence en construisant un bureau de poste. Cependant, de nombreux Afro-américains appartenant à d’autres communautés, spécialement la jeune génération, ont quitté les concessions (homestead) pour se rendre dans les plus grands centres urbains tels que Edmonton. En 2001, il n’y avait seulement que trente Afro-américains vivant dans la région de l’Athabasca.

Dans les années 1950, plusieurs athlètes afro-américains, comme Johnny Bright et Rollie Miles, ont déménagé à Edmonton pour jouer au football. Tous les deux ont eu une fabuleuse carrière avec les Eskimos.

Audio
CKUA Heritage Trails #81 with host Cheryl Croucher. Hear about the first black settlement in Alberta and Jefferson Davis Edwards, one of its most important members. Then discover how Amber Valley got its name. Historian Merrily Aubrey explains the importance of Amber Valley as a centre of black settlement in Alberta. (Running Time: 2:16) For more information on the CKUA Heritage Trails, see the Audio section. LISTEN

Sources: Stats Can:
http://www12.statcan.ca/english/profil01/CP01/Details/Page.cfm?Lang=E&Geo1=CSD
&Code1=4813044&Geo2=PR&Code2=48&Data=Count&SearchText=amber%20
valley&SearchType=Begins&SearchPR=48&B1=All&Custom=
African-American Heritage Edukit
Mensah, Joseph. Black Canadians: History, Experiences, Social Conditions. Halifax: Fernwood Publishing, 2002.
Winks, Robin W. The Blacks in Canada: A History. Montreal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 1997.
Bruce Shepard, "North to the Promised Land: African-American Migration to the Canadian Plains,"


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships

Copyright © Heritage Community Foundation Tous droits réservés