hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:21:35 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Les Pays-Bas

Les Pays-bas se situent sur la mer du Nord, entre l’Allemagne et la Belgique. La géographie de ce pays peu élargie au relief assez bas et reposant sur une série de digues mises en place pour empêcher les inondations, a joué un rôle important dans son histoire. Bien que beaucoup de Néerlandais n’ont pas souhaité quitter leur terre natale, le manque de terre et parfois de nourriture, les a forcés à chercher de nouveaux foyers outremer. La plupart des immigrants néerlandais sont partis pour rechercher un avenir économique plus réjouissant et non pas pour des raisons politiques.

Les premiers immigrants néerlandais à la quête d’une meilleure vie se rendent initialement par bateaux vers les États-Unis où ils fondent New Amsterdam (New York de nos jours) en 1625. Les premiers immigrants néerlandais commencent à arriver au Canada dans les années 1700. Les premiers Néerlandais à appeler le Canada leur pays y viennent pour deux raisons principales : la terre meilleure marché au Canada et en tant que loyalistes s’étant battus avec les Britanniques contre les Américains lors de la guerre de l’indépendance américaine.

Mais il faut attendre un autre siècle, jusque dans les années 1890, pour que les Néerlandais commencent à arriver en assez grand nombre. La majorité de ces personnes viennent en tant que fermiers recherchant des terres. Beaucoup de terres au États-Unis sont déjà prises, faisant monter les prix d’achat. Par comparaison, les terres au Canada ne sont pas chères et sont libres alors que le gouvernement promeut la colonisation de l’Ouest.

Les immigrants néerlandais arrivant en Alberta à cette époque viennent de deux groupes sources : les États-Unis et les Pays-Bas. Ceux qui viennent des Pays-Bas y arrivent avec reluctance, ne désirant pas déserter leur pays natal. Ils sont obligés de déménager en raison de plusieurs facteurs : premièrement la taille du petit pays ne peut accommoder une grande population; deuxièmement parce que les voisins des Pays-Bas restreignent l’importation des produits agricoles; troisièmement parce que la compétition avec les marchandises nord-américaines occasionne une chute des prix. Mis tous ensemble, ces facteurs laissent de nombreux Néerlandais sans espoir de posséder leur propre terre ou même de trouver du travail. Par conséquent, ils partent pour le Canada.

Le gouvernement canadien considère les Néerlandais comme des immigrants idéaux. On les voit comme étant de bons fermiers qui vont s’attacher à la terre, ils sont de descendance nordique, et ils sont protestants, ce qui veut dire qu’ils s’adapteront rapidement à la société canadienne.

Cette dernière assertion s’avère être vraie parce que, à la différence d’autres groupes d’immigrants, les Néerlandais se dispersent à travers le pays, établissant seulement quelques colonies néerlandaises notables. En Alberta, les colonies néerlandaises incluent Neerlandia, près d’Edmonton, et Strathmore, près de Calgary. Beaucoup de Néerlandais ont pour objectif de s’assimiler rapidement; beaucoup sont protestants ou catholiques, alors la religion n’est pas une barrière à l’adaptation. Ceux qui ne parlent pas anglais l’apprennent rapidement. Les forteresses de la culture néerlandaise et de la langue deviennent la base de ces communautés fondées autour de l’Église réformiste chrétienne.

La Première Guerre mondiale met fin à l’afflux des immigrants au Canada, mais la fin de la guerre amène une deuxième vague de Néerlandais au Canada. À nouveau, beaucoup sont forcés de partir parce que leur pays est entrain de devenir surpeuplé. Beaucoup finissent par arriver au Canada parce qu’ils ne peuvent obtenir l’accès aux États-Unis qui ont imposé des mesures restrictives sur l’immigration. Cette vague d’immigrants s’établit principalement en Ontario. À nouveau, la Grande dépression met un frein à l’immigration. Cet arrêt dure jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

La vague de Néerlandais arrivant au Canada après la Deuxième Guerre mondiale devient la plus grande à date. Encore une fois la petite taille des Pays-Bas force les immigrants à quitter leur pays. Plusieurs autres raisons secondaires s’ajoutent à cela : la crainte d’une Troisième Guerre mondiale, de sérieuses inondations en 1953, et une insatisfaction de la politique gouvernementale.

Durant la période d’après guerre, les Néerlandais forment le troisième plus grand groupe à immigrer au Canada (après les Britanniques et les Allemands). Plus de vingt mille d’entre eux arrivent en Alberta à cette époque là, représentant 15 pour cent du nombre total d’immigrants néerlandais. En ce temps là, les gouvernements canadien et néerlandais favorisent leur arrivée, le gouvernement néerlandais cherchant à soulager le problème de la surpopulation dans son pays, tandis que le gouvernement canadien considère encore favorable l’immigration néerlandaise. Les deux gouvernements se mettent d’accord pour que le Canada autorise progressivement l’immigration de larges nombres de Néerlandais, et cela étant basé sur le manque de main d’œuvre au Canada.

Ces immigrants sont initialement des fermiers et des travailleurs ayant peu d’éducation qui arrivent en groupe familial. Ils sont souvent parrainés par des membres de leur famille ou aidés par des groupes confessionnels. Ces liens leur permettent de s’assimiler plus facilement, bien que certains rencontrent des difficultés à cause de leur manque de connaissance de la langue anglaise.

Le nombre d’immigrants qui arrivent reste fort jusqu’en 1961 où le nombre chute considérablement. Cela étant dû principalement à l‘économie néerlandaise croissante.

De nos jours, l’Alberta est le foyer de près de 149 000 Canadiens néerlandais, ou 16 pour cent de la population néerlandaise du Canada. Calgary et Edmonton sont le foyer d’un nombre égal de personnes originaires des Pays-bas, avec respectivement quarante mille et quarante et un mille personnes.

Sources:
Palmer, Howard, and Tamara Palmer, eds. Peoples of Alberta: Portraits of Cultural Diversity. Saskatoon: Western Producer Prairie Books, 1985.
http://multiculturalcanada.ca/ecp/content/dutch.html
Stats Can
http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/country_profiles/1043423.stm


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships

Copyright © Heritage Community Foundation Tous droits réservés