hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:21:38 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Ghana

Le Ghana est une petite nation de l’Ouest africain faisant à peine le tiers de la taille de l’Alberta. Il partage ses frontières avec la Côte d’Ivoire, le Togo et le Burkina Faso. C’est une terre riche en ressources minérales et l’un des plus grands producteurs de cacao. En 1957, le Ghana devient le premier pays africain à obtenir l’indépendance. Cependant, une mauvaise gestion, de la corruption et des coups d’État l’empêche de s’épanouir comme il le devrait.

Tandis que beaucoup de Ghanéens auraient pu quitter (ou souhaité de partir) le Ghana avant les années 1970, le Canada n’est pas une destination réaliste pour eux. À l’époque, les lois sur l’immigration racistes qui autorisent le renvoi des immigrants basé sur la couleur de peau empêchent les Ghanéens de faire le voyage. Cela change en 1967 avec l’adoption d’un système de points de mérite qui classe les immigrants selon leurs qualités et leur éducation plutôt que la race ou la religion.

Les Ghanéens commencent à arriver au début des années 1970. Ce sont majoritairement des étudiants, des exilés politiques, des professeurs et des travailleurs de la santé. Ils ont quitté leur pays à cause de sa performance économique pénible, qui dépend de l’exportation des ressources premières, et sa situation politique agitée, notamment le coup d’État de 1966 qui a renversé le premier président du pays. Ces immigrants s’installent majoritairement à Toronto, la ville la plus diversifiée au niveau ethnique du Canada et déjà domicile d’une grande communauté noire. En 1976, le Canada met à jour sa politique sur l’immigration avec l’instauration de la Loi sur l’immigration; cette loi incorpore la définition des réfugiés des Nations Unies dans la loi canadienne. Résultat de ce changement, plus d’exilés politiques du Ghana commencent à entrer au Canada.

Une seconde vague d’immigrants ghanéens commence au début des années 1990. Comparés à leurs compatriotes de la première vague, ces immigrants sont moins bien éduqués et moins qualifiés. Leur entrée au Canada est souvent basée sur leur statut de membres de familles déjà arrivées ou de réfugiés. Ces immigrants ont plus de difficultés à s’établir au Canada parce qu’ils ont plus de problèmes pour trouver du travail. La majorité de ces immigrants s’établissent dans la région de Toronto. D’autres s’installent dans des villes canadiennes diverses. En 1996, il y avait 335 Ghanéens vivant à Edmonton et 265 à Calgary.

Actuellement, le Canada a un bureau d’immigration dans la capitale du Ghana, Accra.

Sources:
Mensah, Joseph. Black Canadians: History, Experiences, Social Conditions. Halifax: Fernwood Publishing, 2002.
http://plasma.nationalgeographic.com/places/countries/country_ghana.html
http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/country_profiles/1023355.stm

http://www.cic.gc.ca/english/offices/missions/accra.html


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships

Copyright © Heritage Community Foundation Tous droits réservés