hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:21:53 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Immigration doukhobor en Alberta

Larry A. Ewashen (Doukhobor)

Larry A. Ewashen a grandi dans la colonie Doukhobor de Lundbreck. Il a passé son baccaulauréat es arts à l’université de l’Alberta et sa maîtrise dans l’Ohio. Depuis 1993, il est le conservateur du musée Doukhobour Village à Castlegar, Colombie-Britannique. Avant de devenir conservateur, il a travaillé comme acteur et directeur de productions théâtrales et de films. Il a passé du temps comme acteur et instructeur technique à l’université Ryerson et comme directeur artistique et directeur général du Programme des arts de la scène du collège Canadore en Ontario. Il a aussi créé un documentaire, In Search Of Utopia­—The Doukhobours.

Source

http://kdhs.kics.bc.ca/html/curator.htm

Anastasia Holuboff (Doukhobor)

Anastasia Holuboff est née en 1885. Quand elle est arrive au Canada, elle était la compagne préférée de Peter Verigin, chef des doukhobors du Canada. Elle l’a accompagné dans tous les déplacements dans les colonies doukhobors du Canada, enseignant et résolvant les querelles lors de leur passage. Quand Verigin est décédé en 1924, Anastasia pensait qu’elle était le successeur logique du chef doukhobor. Mais quand le fils de Verigin a été choisi à la place, elle a réuni tous ses supporters qui se joindraient à elle pour aller en Alberta. Elle a acheté 1 120 acres de terre près de Shouldice et y a établi une communauté doukhobor qui, à son apogée, comprenait 165 familles. Bien qu’elle ait montré une grande énergie pour établir la communauté, cela n’a pas été un succès. Elle n’était pas une meneuse puissante, et bien souvent des disputes éclataient parmi les membres. Parce que son groupe refusait de reconnaître le nouveau chef doukhobor, ils n’avaient aucun contact avec les autres colonies doukhobors. La Deuxième Guerre mondiale a été le coup fatal pour la communauté. La dernière famille s’est en allée en 1945, et de nos jours Sholdice est une ville fantôme.


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships

Copyright © Heritage Community Foundation Tous droits réservés