<
 
 
 
 
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:35:39 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Nord-Est de l'Alberta

Le Nord-Est de l'Alberta fut un des premiers lieux d'établissement pour les francophones. Les commerçants de la fourrure et les voyageurs avaient traversé la région depuis des années, et certains avaient établi des fermes aux alentours des forts. Par contre, la ruée vers l'établissement du Nord-Est de l'Alberta a commencé quand la colonie de Saint-Paul-des-Métis fermait. C'est alors que la terre fut arpentée pour les homesteads.

Les commencements de la colonisation ne furent pas faciles La politique du Ministère de l'Intérieur en ce qui concerne l'ouverture des territoires était étroitement liée à l'arrivée d'une ligne de chemin de fer, ce qui permettait aux fermiers d'écouler les produits de leurs fermes et d'obtenir des marchandises; dans cette région, il n'y en avait pas.

Malgré ce désavantage initial, des colons francophones prennent des terres, au point que la région, qu'on connaissait comme « Alberta-Nord », était aussi dite être « un petit Québec ».

Quelquefois, si la région était assez importante, une église fut construite. Malgré leur succès à l'époque, la plupart de ces communautés n'existent plus. Dans « l'Alberta-Nord » il y avait Lafond, Foisy, Lavoie, Sainte-Lina, Bordenave, Thérien, Saint-Vincent, La Corey, Saint-Édouard et Bonnyville.

Les noms n'étaient pas toujours en français.

Malgré les noms des établissements, on parlait le français dans ces communautés albertaines.

Les curés et les missionnaires-colonisateurs, avec l'encouragement de Mgr Legal, encouragent les colons à s'installer de plus en plus vers le Nord à la marge de la forêt boréale.

Éventuellement, la politique de colonisation du gouvernement viendra à décourager ces exploitations trop à risque de la forêt boréale. Mais entre temps, plusieurs communautés sont fondées dans la région du lac la Biche, de la rivière aux Castors à l'Athabasca, on prend des terres. Ainsi sont créés Brièreville, Grandin, Gourin, Plamondon, Normandeau, tandis que d'autres colons prennent des terres dans la région du lac la Biche. Beaucoup de ces colons sont des Franco Américains, d'autres comme ceux qui s'établissent à Gourin, viennent de France, presque tous de la Bretagne.


logo Heritage Community Foundation logo Edukits.calogo Patrimoine canadien