<
 
 
 
 
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 16:35:45 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

L'Affaire Piquette

C'était le 7 avril 1987 et un MAL du Nouveau parti démocratique de l'Alberta, Leo Piquette, a posé sa question à l'Assemblée législative. Il a posé sa question deux fois, et deux fois on ne l'a pas adressé. Ce n'était pas que sa question n'était pas valide—mais plutôt parce qu'elle fut posée en français.

« En anglais, s'il vous plaît » avait dit président David Carter, qui l'avait informé que s'il ne parlait pas en anglais, il perdrait son droit de poser une question.

D'après Piquette, un franco-albertain de troisième génération et le premier MAL francophone dans plus qu'une décennie, la section 110 de l'Acte des Territoires du Nord-Ouest permettait que le français soit utilisé dans les Assemblées législatives de l'Alberta et de la Saskatchewan.

L'Assemblée législative de l'Alberta a rapidement changé la loi pour que l'anglais soit la langue parlée lors de l'assemblée.

Ce changement et le pardon demandé de Piquette ne semblaient pas raisonnables pour ceux voulant préserver la langue et la culture franco-albertaine. La Francophonie Jeunesse avait organisé un rally de 500 personnes à Edmonton. Cet événement a fait la une partout au Canada et a uni les francophones sur le plan national.

Malgré le soutien du Premier Ministre Brian Mulroney et les chefs des partis NPD et Libéraux, Piquette a éventuellement accepté sa défaite. Par contre, ses actions ont lancé le débat constitutionnel qui irait jusqu'à la Cour suprême du Canada et inciterait de la discussion nationale sur le rôle du français dans les politiques canadiennes.

L'Affaire Piquette


logo Heritage Community Foundation logo Edukits.calogo Patrimoine canadien