hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:20:14 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Cardinal
Quicklinks
Beaulieu

Berland

Cardinal

Desjarlais

Dumont

Garneau

Letendre

Paul

Quicklinks

Il est fort possible que plusieurs des voyageurs de l’époque de la traite des fourrures aient porté le nom Cardinal, puisque le nom est fréquent dans le Canada Français, mais beaucoup de ceux qui portent le nom dans l’Ouest du pays ont pour ancêtre Joseph Cardinal qui s’est installé aux abords du lac la Biche vers 18001. Né à Montréal en 1756, il est a l’emploi de la Compagnie du Nord-Ouest lorsqu’il vient dans l’Ouest. Il accompagne Alexander Mackenzie dans son voyage d’exploration à l’Océan Arctique, descendant le fleuve Mackenzie à la recherche d’une route navigable vers le Pacifique. En septembre 1799, il accompagne David Thompson au lac la Biche, et en septembre de la même année, il se rend au fort George sur la rive gauche de la Nord-Saskatchewan. En 1802, il travaille dans la région de la Rivière-la-Paix, et en 1804, il sert d’interprète au Fort Edmonton. En 1824, il est embauché par George Simpson pour ouvrir une piste chevauchable du lac la Biche, où il habitait, au fort Assiniboine sur la rivière Athabasca. Il devait voyager passablement loin vers le Nord à la recherche de fourrures puisqu’en 1828, il accompagne des chasseurs dénés au fort Edmonton. C’est du jamais vu, et tous les gens du fort viennent voir ces indigènes habillés de leur costume traditionnel avec la capuche et le bas du manteau taillé en pointe. Même dans sa vieillesse, il était un homme très vigoureux. Il a 88 ans lorsqu’il guide l’abbé J.-B. Thibault du lac Froid au lac la Biche en 1844, et en 1852, il aide le père Albert Lacombe choisir l’emplacement de la mission Notre-Dame-des-Victoires sur les rives du lac, non loin d’où il habitait, et où la mission se trouve toujours.

En 1810, Alexander Henry note dans son journal que Cardinal avait deux femmes et quatre enfants qui habitaient avec lui le long de la rivière Nord-Saskatchewan. Durant sa longue vie, nous savons qu’il a au moins trois épouses, dont une est connue simplement comme Rose « Crise ». Lors de la visite du prêtre itinérant J.-B.Thibault, en 1844, il épouse en juste noces Louise Frobisher, une alliance probablement for ancienne. Il semble qu’elle décède peu après, puisque quatre ans plus tard, il épouse Isabelle Capot Vert. En 1880, on disait que trois cents de ses descendants vivaient aux abords du lac la Biche. Il vécu jusqu’à l’âge de cent ans et son corps repose dans le cimetière de la mission Notre-Dame-des-Victoires.

Après la visite d’Albert Lacombe en 1852, un des ses fils, Alexis, s’engage comme compagnon du missionnaire, et l’accompagne comme guide et pourvoyeur, poste qu’il occupera pendant bien des années. En Alberta, on trouve un lac et un ruisseau portant le nom Cardinal. Le lac Jacques dans le parc national de Jasper est nommé pour Jacques Cardinal, un traiteur de fourrures de la région (qui était aussi connu comme Jacquot, Jaco, Jacco et Jacko). Il est enterré sur les rives de la rivière qui porte son nom. Une montagne, un col et des collines portent aussi son nom. Il est possible que ce Jacques était un fils de Joseph.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved