hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:20:21 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
L'Epoque des missions
Quicklinks
Les Pères Oblats

Les Soeurs Grises

Les Soeurs de
l'Assomption

Communautés de missions

Quicklinks

John RowandVers la fin du 18ième et au début du 19ième siècle, dans le Nord-Ouest du Canada, les principales compagnies de traite de fourrure, la Compagnie de la Baie d’Hudson et la Compagnies du Nord-Ouest (North-West Company ou Nor’westers) se font une compétition acharnée pour les pelleteries. La CBH puise son personnel surtout des Îles britanniques (l’Écosse et les Orcades) qui arrivent dans le Nord-Ouest par la mer, débarquant à un de leurs quatre postes de la baie d’Hudson et la baie James. Les Nor’westers s’équipent de personnel qui vient surtout de la vallée du Saint-Laurent et de la population métissée qui est train de se créer dans l’Ouest du pays, francophone et à tendance catholique Les Canadiens ou « Canayens » remontent les rivières en canots d’écorce à la recherche du pelu (comme ils appellent les pelleteries). Il leur faut deux belles saisons pour faire le voyage aller-retour au bassin de l’Athabasca qui, depuis la découverte du Portage-la-Loche par Peter Pond en 1778, foisonne d’activité. Les employés de la CBH sont à l’œuvre aussi, et avec leurs solides barques de baleinier (connues comme York boat ou barques de York) que construisent leurs menuisiers orcadiens, ils font concurrence aux montréalais. Malgré la compétition, les deux grandes compagnies sont passablement prospères.

Si la CBH contrôle officiellement la Terre de Rupert, c’est-à-dire, le bassin de la baie d’Hudson, ce qui comprend la vallée de la Rivière-Rouge, celle-ci est directement sur la route qu’empruntent les engagés de la CNO pour accéder aux fourrures de l’Athabasca. Lorsqu’un nouvel actionnaire de la CBH, Thomas Douglas, Comte de Selkirk, homme riche et bien pensant, décide d’y fonder une colonie pour des Écossais dépossédés de leurs terres et des anciens employés de la CBH à la retraite, il met le feu aux poudres. En 1810, une grande concession lui est accordée par la CBH, qu’il nomme Assiniboia, et l’année suivante, il fonde la colonie de la Rivière-Rouge. Les Nor’westers qui ont leur poste clé, le fort Gibraltar, à la fourche de la Rivière-Rouge, craignent que l’établissement d’une colonie va nuire sérieusement à leur commerce, et ils mettent le feu à la colonie en 1815, décourageant les colons qui n’ont pas de débouché commercial pour le produit de leurs fermes. En 1816, les hommes de la CBH détruisent le poste de la compagnie rivale, ce qui en danger la sécurité des brigades d’approvisionnement de CNO. Les Métis de la CNO organisent une embuscade à l’endroit connu par les Métis comme la Grenouillère, ou Seven Oaks. Vingt hommes de la CBH sont tués, et un de la CNO. Cet incident de violence non prémédité entraîne des séquelles néfastes pour les Nor’westers, qui mèneront à la démise de l’entreprise et à sa consolidation avec la CBH.

Simon McTavishLa colonie de la Rivière-Rouge reçoit toujours l’appui de Selkirk. Il recrute de nouveau colons, entre autres, des soldats mercenaires démobilisés du régiment suisse De Meurons, qui avait combattu pour les Anglais à Plattsburg en 1812. Les soldats sont catholiques, ainsi que les colons écossais, dont certains reviennent à la colonie, suite à la promesse de Selkirk de leur offrir des écoles et des prêtres. Espérant que l’influence du clergé aiderait à calmer les Canadiens et les Métis, Selkirk fait appel au diocèse de Québec pour que des missionnaires soient envoyés à la colonie. En 1818, Mgr Plessis délègue trois jeunes prêtres de son diocèse, incluant Joseph-Norbert Provencher, qui fonde la mission de Saint-Boniface, en honneur d’un évêque missionnaire chez les germaniques au Moyen-âge (les anciens soldats du régiment De Meurons étaient germanophones. Provencher est consacré évêque et vicaire apostolique du Nord-Ouest en 1822, devenu le diocèse de la baie d’Hudson et de la baie James quelques années plus tard, en 1844, et qui comprend l’ensemble du territoire à l’Ouest des Grands Lacs jusqu’au Pacifique et à l’Océan Arctique.

Les prêtres réguliers (c’est-à-dire rattachés au diocèse) ne suffisent pas, et Provencher cherche des communautés religieuses pour venir œuvrer dans son diocèse, convaincu que le travail en équipe leur permettrait de mieux franchir les grands obstacles du Nord-Ouest canadien, l’isolement, les grandes distances et les conditions primitives des missions. Les Sœurs de la Charité de Montréal (sœurs grises) acceptent de venir en 1844. À la demande de Mgr. Bourget de Montréal, la communauté religieuse des Oblats de Marie Immaculée, fondée à Marseille, avait déjà envoyée quelques membres au Canada dès 1841, et lorsque Provencher demande de l’aide pour les missions de son diocèse, deux missionnaires oblats lui sont envoyés. Un Canadien, Alexandre Taché et un Français, Pierre Aubert, lui arrivent. Ce sont les débuts de l’épopée oblate dans le Nord-Ouest du Canada.

L'Archévêque Alexandre Antonin TachéAu début, Provencher ne s’occupe que des colons et des Métis de la région de la Rivière Rouge, mais il vient à s’intéresser à l’évangélisation des indigènes aussi. Les anciens voyageurs et métis, de l’extérieur de la colonie, profitent de leur passage pour faire baptiser leurs enfants ou régulariser leur mariage. Les nouvelles se propagent au loin, et on commence à demander des prêtres pour les régions éloignés pour les colons canadiens, comme en Oregon. Deux prêtres du Québec, Modeste Demers et François-Norbert Blanchet acceptent de se rendre au-delà à la côte Ouest en 1838, et en passant, ils s’arrêtent aux forts qui se trouvent sur leur passage, baptisant et mariant les fidèles en chemin1. À l’invitation du « facteur en chef » du fort Edmonton et d’une autre du chef d’une bande crise, nommé Piché, Provencher envoie Jean-Baptiste Thibault en mission dans ce qui est aujourd’hui l’Alberta.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved