hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:20:30 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Prêtres-Colonisateurs
Quicklinks
Communautés
métisses

Prêtres-Colonisateurs

Immigration (du
Québec et de la
Nouvelle-Angleterre)

Premiers
établissements

Quicklinks

La grande période d’immigration vers les Prairies commence vers le milieu du 19e siècle, sous l’impulsion de promoteurs de l’Ontario, mais elle prend son envol entre 1880 à 1890, suite à l'achèvement du chemin de fer transcanadien, et se poursuit jusqu’au début de la Première Guerre mondiale. C’est alors que le gouvernement canadien monte une grande campagne de promotion un peu partout au monde, mais on ne cache pas que l’on désire surtout des immigrants qui se fondront dans le monde anglophone et britannique. Le Ministre de l’Intérieur, Clifford Sifton, du gouvernement Libéral de Wilfrid Laurier, dans une manœuvre qui soulève passablement de controverse à l’époque, tout en recherchant des gens des pays du Nord de l’Europe, recrute aussi chez les Slaves, des gens qu’il dit être habitués aux grands froids et aux travaux de longue haleine. La campagne ne vise pas les Latins, que l’on croit être indolents et pires.

Dans l’Ouest canadien, les religieux trouvent qu’il serait bien d’encourager les Canadiens Français du Québec ou ceux qui se rendent par milliers travailler dans les usines américaines de la Nouvelle Angleterre à venir prendre des concessions dans les Prairies canadiennes1. C’est la pensée du clergé canadien-français au Québec et en Ontario
aussi ; d’ailleurs certains, comme le curé Labelle, rêvent d’un « chapelet de paroisses canadiennes-françaises » de Québec aux Rocheuses. Il existe à l’époque une notion bien ancrée chez le clergé canadien que la vie rurale est plus saine que la vie urbaine. Les hommes d’affaires francophones de l’Ouest s’intéressent aussi à la venue de francophones, et un grand nombre de jeunes professionnels, médecins, avocats et artisans, s’y rendent aussi, cherchant un avenir plus prometteur, voir y faire fortune.

Ainsi en Alberta, tout comme ailleurs dans les Prairies, le clergé s’implique dans la promotion de la colonisation ; les évêques de l’Ouest, Mgr Taché et Mgr Grandin et leurs successeurs respectifs, Mgr Louis Langevin et Mgr Émile Legal tâchent de consolider la population métisse francophone en attirant des Canadiens français catholiques. Le problème est que le clergé du Québec essaie aussi de conserver sa population qui émigre à flot vers les É.-U., en encourageant la mode de vie rurale, particulièrement dans les pays d’en haut du lac Saint-Jean, et ainsi évitant de perdre ses fidèles qui se rendent en masse aux usines au sud de la frontière. Alors les agents recruteurs pour les terres de l’Ouest, dont une bonne proportion sont des religieux, se replient vers la Nouvelle-Angleterre, le Nord des États-Unis et l’Europe.


Les Métis, le Père Lacombe, et les premiers Pères Oblats.

Ecoutez Maintenant | Lisez la transcription (en anglais seulement)


Albert Lacombe, posté dans le diocèse de Saint-Boniface par Mgr Taché, s’occupe de la colonisation au Manitoba dès 1874, se rendant aux États-Unis et dans l’Est du Canada, l’année suivante, toujours dans le même but. Il revient au diocèse de Saint-Albert en 1882, mais portera toujours un intérêt poussé envers la colonisation, et joue un rôle clé, avec le père Adéodat Thérien, dans l’établissement de Saint-Paul-des-Métis, qui deviendra le site d’une colonisation canadienne-française en 1909 après l’échec de la colonie métis. D’autres religieux le succèdent dans sa tâche ; au Manitoba et la Saskatchewan, nous connaissons dom Paul Benoît des chanoines réguliers de l’Immaculée-Conception, l’abbé Jean Gaire, Louis-Pierre Gravel, qui fondent une quantité de communautés francophones comme Notre-Dame-de-Lourdes, Saint-Claude, Saint-Malo, Ponteix, Saint-Brieux, Gravelbourg, entre autres, pour lesquelles ils attirent des colons de France, de l’Alsace-Lorraine (qui est alors allemande), de la Belgique aussi. L’abbé Gaire recrute surtout en Bretagne.

En Alberta, au nombre des missionnaires-colonisateurs nous retrouvons Jean-Baptiste Morin des Clercs de Saint-Viateur, fondateur de Morinville et de Beaumont, François Bonny, Père Blanc, posté à Saint-Vincent en 1907, et fondateur de la mission à Moose Lake, et pour qui on a nommé Bonnyville2. Albéric Ouellette, agent colonisateur pour l’Ouest avant de devenir curé à l’Immaculée Conception à Edmonton, fonde une paroisse au lac la Biche, tout en s’occupant de l’établissement de celle de Saint-Vincent. Quelques années plus tard, il fait la promotion de la colonisation le sud de l’Alberta, dans la région du « triangle de Palliser », une zone extrêmement aride, et fonde plusieurs paroisses, dont Ouelletteville et Morin. Durant les années de sècheresse de 1930, les colons, dont un grand nombre sont Canadiens Français, sont évacués en train avec leurs familles, leurs machineries et leur cheptel vers des localités francophones du Nord-Est et de la Rivière-la-Paix, tant les conditions sont impossibles. Ouellette sera aussi curé à Falher au début des années vingt. D’autres membres du clergé, comme les pères de Sainte-Marie de Tinchebray, en Normandie, une douzaine de prêtres émigrés de France suite à la laïcisation des écoles, s’installent dans la région de Red Deer et Stettler. Pour conclure, la plupart des missionnaires oblats ont aussi fait la promotion de la colonisation, et ils s’occupent de ces premières paroisses qui sont essentiellement des missions au début.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved