hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:20:46 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Rivière-qui-Barre
Quicklinks

Beaumont

Edmonton

Lac Sainte Anne

Lamoureux

Legal

Morinville

Rivière-qui-Barre

Saint-Albert

Villeneuve

Quicklinks

Une équipe de faucheursRivière Qui Barre fait partie du groupe de villages francophones établis juste au nord de St Albert. De nombreux rejetons de la culture francophone se retrouvèrent dans ces petites localités – villages, hameaux– de l’Alberta à la fin du XIXe siècle : Canadiens français du Québec et des Etats-Unis, francophones belges, Français "de France", tous ensemble colonisèrent la région.

Les habitants de ce qui est maintenant la réserve Alexander étaient là les premiers. Puis vinrent les francophones du Québec dans les années 1880, suivis par les Français du Kansas dont le premier souci, bien compréhensible, fut, dès leur arrivée, de creuser des abris contre les tornades. En 1895, la colonie s’était dotée aussi d’un bureau de poste, d’une église catholique et d’une église presbytérienne.

A l’époque, la rivière était une voie fluviale qui allait jusqu’à Fort Assiniboine, mais à cet endroit, elle était peu profonde. C’est pourquoi les Cris l’appelaient Kepoohtakawa, la rivière qui bloque le chemin. La rivière ne faisait peut-être guère preuve d’esprit de coopération, mais le sol était certainement très productif et à plusieurs égards. En creusant des puits, les hommes tombèrent sur des gisements de charbon et entre 1910 et 1913 il y avait là une mine de charbon en pleine activité. Cela entraîna un léger essor économique et démographique. En 1911, Rivière Qui Barre comptait 250 habitants. Ceux-ci utilisèrent la mine comme argument dans leur campagne de propagande pour que la voie de chemin de fer passe par leur hameau. La ligne de chemin de fer, malheureusement, passa par Morinville et tous les rêves d’expansion s’évanouirent.

La cour d’une fermeDurant sa période de prospérité, Rivière Qui Barre servait d’escale aux prospecteurs en route vers le Klondike : la vieille route du Klondike passait juste à l’ouest du hameau. Les chercheurs d’or appréciaient le confort de l’Hôtel Shamrock. Ils venaient avec un assortiment de connaissances variées et de débrouillardise. Un Anglais avait envoyé d’Europe par bateau tout le fourrage dont il avait besoin pour nourrir ses chevaux au cas où il n’y en aurait pas là. Un autre à qui l’on faisait remarquer que ses roues de chariot étaient sèches, avait versé de l’eau dessus au moment de partir.

Rivière qui Barre ne comptait plus que 78 habitants en 2001. L’église catholique, St Emerence a été déménagée dans un nouvel édifice en 1968. L’école Camilla, bâtisse légère et bien éclairée dessert toute la région avoisinante et la réserve Alexander. Les premiers pionniers reposent dans un petit cimetière au bord de la route et l’étendue de terre qu’ils cultivaient est maintenant un pâturage pour le bétail pur sang et les bisons d’élevage.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved