hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:20:55 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Saint-Vincent
Quicklinks

Bonnyville

Brosseau

Cold Lake

Lac-la-Biche

Mallaig

Plamondon

Saint-Paul

Saint-Vincent

Thérien

Végreville

Quicklinks

Un wagon tiré par des chevaux William Pink qui explorait pour le compte de la Compagnie de la Baie d’Hudson arriva aux alentours de 1766 près du lac Atin Osogan Sagahigan (ce qui signifie en cri : le chien, la croupe, le lac) à 210 kilomètres au nord-ouest d’Edmonton. Les commerçants de fourrure avaient depuis longtemps un œil sur la région, peuplée de castors et de bisons. Dans les années 1850, les missionnaires oblats en route pour le lac La Biche traversèrent aussi l’endroit. Malgré toute cette activité, il fallut attendre 1884 pour que l’arpenteur A.F Cotton renomme le lac "Vincent" du nom d’un de ses fils. Les missionnaires s’empressèrent de le rebaptiser "St Vincent". En 1906, Mgr Emile Legal donna le nom de "Lac-St-Vincent" à la colonie qui se développait.

La région fut officiellement reconnue comme terre d’implantation en 1909, mais des immigrants francophones recrutés par les oblats s’y étaient installés dès 1906. En 1907, Mgr Vital-Justin Grandin chargea le père Eugène Bonny d’organiser la paroisse qui fut vite connue pour la fertilité de son sol. La ligne de chemin de fer contourna la communauté en 1918. En conséquence, celle-ci ne put avoir le statut de village, ce qui ne l’empêcha pas de demeurer une communauté rurale active.

Une des premières coopératives à Saint Vincent.Pour les deux premières générations d’habitants, la paroisse St Vincent joua un rôle important dans la préservation des appartenances religieuses et culturelles. Une régionale de l’Association Canadienne Française de l’Alberta (l’ACFA) y fut établie en 1927 et de nombreux prêtres participèrent à la création d’institutions culturelles pour venir en aide à la communauté. Une église nouvellement bâtie sous l’instigation du père Albéric Ouellette fut détruite par un incendie en 1918 mais les paroissiens firent face avec courage. Charles Okhuysen réussit à faire venir des religieuses enseignantes, les sœurs de l’Assomption qui soutinrent les paroissiens dans la création d’une nouvelle église qui leur servit d’école. Avec la tendance à la centralisation des institutions scolaires, l’école fut fermée en 1965 et les soeurs de l’Assomption quittèrent la région.

Aujourd’hui, St Vincent est toujours active. La population a décliné en nombre, mais les fermes se sont développées et la région est une réussite sur le plan agricole. Toujours peuplée de gens d’ascendance française, St Vincent demeure une partie importante de la communauté francophone de l’Alberta.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved