hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:21:02 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Le Sud
Quicklinks

Calgary

Lethbridge

Quicklinks

Entrée à une mine de charbonSi, de nos jours, la francophonie du Sud de l’Alberta se retrouve surtout dans les grands centres, la présence française se manifeste dans cette région depuis longtemps. L’industrie du charbon qui proliférait jadis dans les Rocheuses, à Lethbridge, autour de Drumheller, et ailleurs dans les campagnes environnantes, comptait dans sa main d’œuvre beaucoup d’ouvriers hautement qualifiés venant du Nord de la France et de la Belgique. La localité de Lille dans le col du Nid-du-Corbeau, par exemple, à son apogée avait une population de 400 personnes, dont une grande partie était francophone. Le village fut abandonné vers 1912 en faveur de charbon de meilleure qualité, et les travailleurs migrèrent vers d’autres centres comme Bellevue.

La présence francophone se manifeste aussi sur des ranchs, quelques propriétaires sont des français comme le comte G.W. de Roaldes à Millarville. On retrouve aussi des francophones qui travaillent sur les ranchs. Un bon nombre de colons canadiens-français s’installent dans la région du triangle de Palliser, comme à Ouelletteville, mais à cause de l’aridité interminable de la région, abandonnent leurs fermes en faillite durant les années trente et sont déplacés au frais du gouvernement provincial vers des régions plus au Nord et plus propice à l’agriculture.

Dans les Rocheuses aussi, au début de la période du tourisme dans la région, on entend aussi la langue française, car certains des guides suisses sont aussi francophones. De nos jours, le français s’y entend toujours, dans les parcs nationaux à cause le la Loi sur les langues officielles, mais la région est aussi alimenté de Québecois qui recherchent le plein air des Rocheuses et qui travaillent dans divers métiers, allant de la restauration à l’alpinisme. On remarquera aussi qu’il y a un bon nombre de montagnes et lacs qui portent des noms français. Certains datent des premières explorations. Le Mont Edith Cavell, renommé lors de la Première Guerre mondiale, a remplacé le nom que lui attribuaient les « voyageurs canadiens » en route vers les fourrures du versant ouest et le Pacifique, un terme perçu comme vieilli de nos jours : la Montagne de la Grande Traverse. D’autres comme la Roche Miette, d’après un voyageur du nom, et la rivière Maligne (méchante) sont tout aussi anciens. Le mont Bourgeau a été nommé en 1860 en honneur du botaniste Eugène Bourgeau membre d’équipage du voyage d’exploration de James Palliser. Un grand nombre ont été nommés après la Première Guerre mondiale en hommage de ses héros, tel le Mont Clémenceau. Beaucoup d’autres noms viennent directement de la terminologie propice aux montagnes (cirque, aiguille, arête, etc.)

Calgary a toujours eu une certaine population francophone dès ses débuts. Elle conserve aujourd’hui une population dynamique avec une école catholique-francophone, l’École Sainte-Marguerite Bourgeois, de la maternelle à la 12e année) avec un centre scolaire communautaire, la Cité des Rocheuses, ainsi qu’un grand nombre d’écoles qui offrent des programmes d’immersion française. Canmore a aussi une école catholique-francophone avec l’École Notre-Dame des Monts qui accepte des étudiants de la maternelle à la 5e année scolaire, et Cochrane a l’École Notre-Dame des Vallées, pour les étudiants de la maternelle à al 6e année. À Calgary, la paroisse catholique de la Sainte Famille est une des plus anciennes de la ville et dessert toujours ses paroissiens en français.

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved