hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:21:03 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
spacer spacer spacer spacer spacer
spacer

Accueil  |  Info  |  Nous Rejoindre  |  Partenaires  |  Plan du Site  |  Archives  

spacer
Alberta's Francophone Heritage
les débuts, peuples et leurs communautés, Culture et mode de Vie, Heritage Community Foundation, Albertasource et Alberta Lottery Fund

 

Francophone Edukit

Angel Spacer
Calgary
Quicklinks

Calgary

Lethbridge

Quicklinks

AUn hôtel de ville de Calgary illuminé, 1912.Contrairement à de nombreuses communautés situées plus au nord, la fondation de Calgary ne dépendit ni du commerce des fourrures ni de l’église catholique. En fait, le fort de la Police montée du Nord-Ouest qui allait devenir Calgary fut créé expressément pour faire échec au commerce illégal du whisky qui détruisait la culture déjà bien touchée des Pieds-Noirs.

Une scène d'hiver dans un park de Calgary.Quand Ephrem A Brisebois arriva avec sa troupe au confluent des deux rivières (les rivières Elbow et Bow), il y trouva Sam Livingston. Aventurier irlandais reconnu comme le premier colon de la région, Livingston faisait partie du décor du premier Calgary. Brisebois entreprit de créer le Fort Brisebois qui fut renommé Fort Calgary par le colonel James Macleod après que Brisebois fut tombé en disgrâce auprès de ses supérieurs. Le nom est originaire de l’île de Mull en Écosse, où il y une baie de Calgary (Calgary Bay).

En 1883, la ligne de chemin de fer du Canadien Pacifique arriva jusqu’au fort et la population de Calgary s’accrut très vite. L’année suivante, Calgary eut le statut de ville et en 1894 la ville devint une cité.

La ville de Calgary.Au début du XXe siècle, Calgary avait déjà une population de 4000 habitants. La jeune cité était en plein essor et se modernisait rapidement : l’eau courante, l’électricité et le téléphone étaient disponibles, bien qu’accessibles seulement aux plus riches. Calgary poursuivit sa remarquable croissance et fut défaite de peu par Edmonton pour devenir la capitale de l’Alberta.

En 2003, la population métropolitaine était estimée à 1 million de personnes, faisant de Calgary la plus grande cité de l’Alberta. Calgary est aussi la ville la plus riche du Canada si on se base sur le revenu par habitant. Elle s’est très bien adaptée à certains changements rapides et spectaculaires telle que l’explosion démographique qu’elle a connu entre 1974 et les années 1980 résultant du boycott de pétrole arabe et de l’exploitation de ses propres gisements pétroliers.

En 1988, Ralph Klein étant maire de la ville, Calgary accueillit les Jeux olympiques d’hiver. La cité continue d’organiser chaque année le fameux "Stampede", souvent appelé "le plus grands spectacle en plein air du monde". Cet événement annuel fut conçu en 1912.

Calgary dès ses débuts a été plutôt anglophone, mais la langue et la culture francophone ont joué un rôle important, quoique discret, dans son développement. De nombreuses figures de la francophonie ont eu une influence significative sur la communauté. Le père Doucet avait choisi un endroit en amont de la Elbow River pour y installer une mission. Ce lieu devint le centre de la communauté catholique de Calgary. L’hôpital de Sainte-Croix, la cathédrale Ste Marie, le couvent et l’école secondaire furent tous construits autour de la mission du père Doucet. Les frères Rouleau (Charles et Edouard) y furent d’importants partisans de la langue, de la culture et de l’éducation francophones. Par leur travail au sein de la Société Saint Jean-Baptiste (devenue depuis l’Association canadienne française de l’Alberta, l’ACFA) et des Chevaliers de Colomb, leur activité dans les conseils scolaires et auprès des tribunaux de l’Alberta, leur contribution fut telle qu’on nomma Rouleauville la région où ils habitaient. Le Dr. Louis Beauchemin, originaire de Calgary et président de l’ACFA joua un rôle déterminant dans la fondation de la Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, (CRTC).

De nos jours, 22 écoles de Calgary offrent des programmes d’immersion française, soit 12 écoles élemenataires, 6 écoles secondaires de premier cycle et 4 écoles secondaires de deuxième cycle. Il y a également un lycée français, le Lycée Louis Pasteur (voir : http://www.lycee.ca).

Bottom


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Francophone Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved