hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:46:24 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
Le contexte

La conclusion de traités: De nouveaux rapports

   
Négociations du traité À l'époque, le gouvernement voit les peuples des premières nations comme des incultes qui doivent être assimilés et qui sont inévitablement voués à la disparition. On les prend pour des païens, et leur langue, leurs cérémonies et leur culture, que l'on considère comme la manifestation de ces croyances païennes, doivent être enlevés. La majorité des bandes des peuples des premières nations croient que les traités vont les aider à s'adapter à un nouveau mode de vie, et qu'ils vont continuer de vivre sur leurs terres tout comme si les traités n'ont jamais été signés. Ce n'était pas le cas.

Ces traités exigent des négociations compliquées et, malgréEnsemble des Premières nations celles-ci, il y a souvent des différends à ce qui revient de droit, surtout de la part des peuples des premières nations. Un bon nombre de problèmes sont causés par le fait que plusieurs «ententes» leur sont proposées: ils peuvent choisir entre posséder la terre en commun, prendre une terre à part, ou recevoir les certificats aux métis. Souvent, ce que les gens reçoivent et ce qu'ils pensent recevoir sont deux différentes choses. 

Les ententes formelles ne sont pas toujours notées, et l'interprétation de «l'intention du traité» est assez large. La Expliqué les termes du Traitétradition orale et les rapports des commissionnaires nous donnent une perspective des discussions qui ne sont pas incluses dans le texte du traité. Les deux côtés apportent chacun leurs intentions et agendas à la table de négociation, et leur façon d'interpréter ce que ça veut dire. Ce que le gouvernement offre n'est généralement pas suffisant; les peuples des premières nations négocient souvent des termes et des provisions supplémentaires, ce que les livres d'histoire notent comme des «demandes extravagantes». En réalité, les peuples des premières nations tâchent de soulager les inquiétudes concernant leur propre survie, tandis que le gouvernement veut simplement éviter des éventuels problèmes avec les peuples indigènes. [suivre]

Tiré de Vision Quest: "Oti nekan", Treaty 8 Centennial Commemorative Magazine avec la permission de Tanner Young Marketing Ltd., Traduction de Juliette Champagne.