hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:46:41 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
 

 

 

 

 

 

 


Les peuples et leur territoire

Northwind Dreaming: Les premiers occupants avant la traite des fourrures

   
Peuples Chipewyan avant d'un tipi, Alberta au nord, vers1899.Avant la traite des fourrures, les Indiens - Castors, Tchipewyans, et Cris - étaient complètement autonomes, exploitant les riches ressources de la région de l'Athabasca. Ils confectionnaient tous leur outils, leurs vêtements et abris, et se pourvoyaient en nourriture des pierres, des plantes, et des animaux qui les entouraient.

Filet en écorce, Provincial Museum of Alberta, H64.12.1, Fort Chipewyan, Bob McLaughlin, c.1907, Cree or Chipewyan.  W. 538 cm.Les Indiens connaissaient les habitudes des animaux qu'ils chassaient, trappaient, et pêchaient. Des faits de tradition détaillés concernant les animaux, la terre, et le comportement humain convenable, étaient transmis d'une génération à la suivante, sous la forme d'histoires orales. Les Indiens utilisaient le brûlage contrôlé pour maintenir des pâturages pour les bisons et les petits mammifères dont les carnivores à poils, tels que les lynx, les renard et les loups, se nourrissaient.

Les orignaux profitaient de la repousse d'herbe en bordures des prés. Dans le delta des rivières de la Paix et de l'Athabasca, les crues du printemps étaient importantes pour le maintien des habitats précoces, et les lacs et rivières regorgeaient de castors, de rats musqués, de visons et de loutres. Des forêts arrivées à maturité fournissaient de la nourriture et des abris pour les caribous, les martres, et autres animaux. La communauté complexe de végétation et d'animaux produisait une ressource sur laquelle les résidents peuvent encore compter.

Peniture d'un truite, ménomini et "poisson entier." vers 1819 - 1820.Malgré l'abondance de proies de chasse dans la région de l'Athabasca, le poisson a toujours été la source de nourriture la plus fiable en toutes saisons pour les humains et leurs chiens. Les Indiens campaient là où ils pouvaient pêcher et chasser. Plus tard, les traiteurs de fourrures établirent leur postes près des endroits de bonne pêche ou "pêcheries". De nos jours, les poissons les plus communs, utilisés localement, sont le corégone, la truite grise, le brochet du Nord, le doré, et le doré noir.

Tiré de Northwind Dreaming: Kiwetin Pawatmowin Tthisi Niltsi Nats ete avec la permission du Musée provincial de l'Alberta et de Dr. Patricia McCormack.