hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:46:44 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
 

 

 

 

 

 

 


Les peuples et leur territoire

Northwind Dreaming: Les Européens

   
Femmes, Fort Chipewyan, Alberta. 1899.Les premiers Européens étaient alignés avec les compagnies de traite. La Compagnie du Nord-Ouest était administrée à Montréal et dans les postes éloignés par des Écossais et des Anglais. Ils prirent le contrôle de la traite, suivant la chute de Québec et son assujettissement à la Grande-Bretagne en 1763. Les "Canadiens" qu'ils employaient pour leur main-d'oeuvre étaient des voyageurs canadiens-français, dont beaucoup étaient des descendants de mères indiennes. Les premiers journaux mentionnent des personnes telles Piché, Boucher, Tourangeau, et autres, dont les noms sont encore très communs à Fort Chipewyan de nos jours.

La direction de la Compagnie de la Baie d'Hudson était principalement anglaise, mais sa main-d'oeuvre, au 19e siècle, était constituée majoritairement d'Écossais des Highlands et des Orcades. L'équipe entière de Peter Fidler à Nottingham House en 1802-06, consistaient d'hommes des Orcades. Les noms qui ont persisté au 20e siècle incluent Flett, Whylie, Fraser, Loutit et McKay.

Robert Campbell (n.d.:102) décrivait les hommes et leur acculturation au pays:

"La Compagnie a recruté des clercs et des travailleurs principalement dans le Nord et l'Ouest de l'Écosse, et au Bas-Canada, pour une durée de service de 5 ans et une rémunération, jusqu'à récemment, très basse. Lorsqu'ils ont rejoint leurs quartiers d'hiver, ces pieds-tendres ont trouvé tout étrange, la nourriture,... le paysage et l'environnement très différents de ce qu'ils avaient l'habitude de connaître ou à quoi ils s'attendaient, et beaucoup souhaitaient être encore auprès de leur mère; mais une fois leur contrat arrivé à terme, la plupart d'entre eux étaient réconciliés avec leur environnement, et étaient réembauchés pour un salaire supérieur. Ainsi, les apprentis clercs se familiarisaient avec les menus détails des affaires et des moeurs du pays, et s'intéressaient à promouvoir la traite, si bien qu'une équipe de recrues plus efficace était toujours prête à prendre la relève du personnel prenant leur retraite, pour garder les affaires en bon état."

Personnels et amis de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Fort Chipewyan, Alberta. 1899. Les Canadiens et les Orcadiens étaient culturellement différents . Par exemple, les Canadiens étaient souvent vus comme des voyageurs supérieurs, tandis que les Orcadiens étaient considérés comme étant de meilleurs pêcheurs. Des stéréotypes pour ces deux groupes abondent dans la littérature de la traite. Ces hommes solitaires ont pris pour épouse des femmes indiennes lorsqu'ils vivaient à fort Chipewyan ou à d'autres postes. Parfois leurs femmes étaient issues de la bande indienne locale, alors que d'autres femmes accompagnaient leur mari jusqu'à des endroits très éloignés de leur terre natale et de leur peuple. Les femmes servaient d'interprètes et de main-d'oeuvre, traitant et préparant la nourriture, faisant la couture, et confectionnant différents biens utilisés par les traiteurs. Ces mariages et les enfants qui en résultaient sont les premières origines d'une population métisse du Nord, ayant des liens parentaux avec les Indiens et Métis d'autres postes à travers le Nord-Ouest.  [suivre]

Tiré de Northwind Dreaming: Kiwetin Pawatmowin Tthisi Niltsi Nats ete avec la permission du Musée provincial de l'Alberta et de Dr. Patricia McCormack.