hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:46:56 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
Visite Alberta Source!A production of the Heritage Community Foundation
Les peuples et leur territoire

La nation des Castors

[La Première nation des Castors]
[La Première nation de Horse Lake]
   
Tipi de castorLa traite des fourrures a un effet marquant sur les Castors tout comme avec les autres tribus. Ils étaient considérés être honnêtes dans leur commerce avec les traiteurs de fourrure. Nous ne savons que peu de choses sur la façon dont ils s'habillaient avant qu'ils entrent en contact avec les traiteurs. Ils avaient plus ou moins adopté l'habillement européen vers 1850 lorsque les voyageurs et les colonisateurs arrivent dans la rivière de la Paix. Durant la ruée vers l'or du Klondyke, les Castors ont été victimes d'une pression montante sur leurs terrains de chasse et des méthodes utilisées par les klondykers qui empoisonnaient souvent leurs chiens.

Mission Sainte-Charles, DunveganLes Dunne-za, peut-être plus que n'importe qu'elle autre tribu dans la région, souffre de l'empiétement de la colonisation blanche. En 1838, Tranquille, respecté comme guerrier et chasseur, travaille pour la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) comme chasseur au fort Dunvegan. Il est le chef d'une bande d'environ 30 ou 40 et leur territoire principal, vers le mi-siècle, est la grande prairie. Durant les dernières années de son existence, il est complètement aveugle et doit vivre de la charité de la CBH à Dunvegan. En 1893, il trépasse, âgé de presque 100 ans, et est enterré à la mission Saint-Charles.

Au début, les Dunne-za ont hésité à accepter le traité, et ne sont pas venus aux premières négociations en 1899. Ils ont finalement signé en 1900, mais parce qu'ils étaient extrêmement éparpillés, les Castors ont nécessité plusieurs adhésions pour amener beaucoup des groupes familiaux à signer le traité. Après la signature du traité 8, les Castors poursuivent leur vie de nomades pendant plusieurs années avant de se fixer définitivement sur les réserves qui leur avaient été accordées. Une de leurs petites réserves près de la ville de Peace River a été échangée pour des terres plus rapprochées de leurs terrains de chasse. 

Reproduit de "A Sense of Peace", par Roberta Hursey avec la permission du Spirit of Peace Museums Association et de l'auteure.