hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:47:30 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
Les peuples et leur territoire

Le bassin du Mackenzie: la Petite rivière des Esclaves et le Petit lac des Esclaves

   
Rivière Athabasca«Il n'est pas nécessaire de dire à la plupart de mes lecteurs que la Petite rivière des Esclaves relie le Petit lac des Esclaves à la rivière Athabasca, n'importe quel atlas le lui confirmera. Mais il n'y trouvera rien au sujet de son coloris distinctif, et c'est ce qui donne à cette rivière son caractère particulier. Une fois qu'on l'a vue, il est facile d'expliquer la couleur de la rivière Athabasca en aval de la Petite rivière des Esclaves, car l'eau de cette dernière, bien qu'étant d'un jaune pâle dans un verre, prend une couleur d'un riche ombre de terre brûlée dans le courant, et lorsque le vent souffle, ses facettes miroitent vers le soleil comme un sourire sur la joue d'un brunette. Son cours en amont est un «s» sans fin, et de temps à autre les «s» sont côte à côte, au point qu'il prendrait moins beaucoup moins de temps de Through The Mackenzie Basin traverser par terre que de suivre le courant. Aussi, son vrai nom ne se trouve pas dans les atlas, soit en anglais ou en français, mais dans le cri classique son nom est Iyaghchi Eennu Sepe, ou la rivière des Pieds-Noirs, littéralement la «rivière des gens étranges». Le lac aussi porte le même nom, et même de nos jours, il n'est jamais appelé lac des Esclaves par les Indiens dans leur langue». [suivre]

Tiré de Through the Mackenzie Basin: An Account of the Signing of the Treaty No.8 and the Scrip Commission, 1899 par Charles Mair.