hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:47:36 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
Les peuples et leur territoire

Le bassin du Mackenzie: les certificats aux Métis

   
Marquise du Scrip«L'accord avec les Métis dépendait, bien sûr, d'un traité réussit avec les Indiens; et ceci ayant eu lieu, ces derniers, aussitôt qu'ils reçurent leurs paiements, quittèrent les lieux pour leurs forêts et leurs pêcheries, laissant les métis en pleine possession du terrain1.

Through The Mackenzie BasinIl était estimé qu'une centaine de familles campaient autour de nous, certains dans des tipis, d'autres sous la tente, encore d'autres en plein air, les bosquets de saules au nord les abritant, ainsi que quelques membres douteux de la société du Lac des Esclaves, et pas moins de mille chiens. La «tente du Scrip» comme on l'appelait, une grande marquise qui servait de bureau, avait été montée en même temps que les autres tentes quand le camp fut dressé, et c'est ici que les métis tenaient leurs grandes réunions pour discuter des termes et pour exprimer leurs opinions sur la sorte de certificats qu'ils préféraient. Ils étaient catégoriquement unanimes, même si le Père Lacombe leur conseillait d'être prudent et de garder les terres, ils donnèrent leur accord pour «un moineau dans la main» - en bref, les certificats d'argent ou rien. LesCertificat du Scrip certificats pouvaient être facilement échangés pour de l'argent, car il y avait une caravane de traiteurs, etc., qui suivaient les paiements du traité, il y avait aussi des acheteurs de Winnipeg et d'Edmonton, avec plein d'argent, pour acheter tout les certificats qui étaient offerts, à une grande réduction, bien sûr, de leur juste valeur. Si les Métis étaient prudents ou pas, inutile de le dire. Une chose était certaine; ils étaient décidés. Dans ces circonstances il était impossible de contredire leur affirmation qu'ils étaient les meilleurs juges de leurs propres besoins. 

Tout les préliminaires ayant été fait, le 23 juin on commença à entendre les déclarations et les preuves, et peu après, on donna les certificats aux Métis en argent, ou les certificats pour des terres, selon le désir du récipiendaire, à ceux qui avaient démontré leur droit. [suivre]

Tiré de Through the Mackenzie Basin: An Account of the Signing of the Treaty No.8 and the Scrip Commission, 1899 par Charles Mair.