hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:47:51 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
Les peuples et leur territoire

Le bassin du Mackenzie: le voyage à Wahpooskow

   
Through The Mackenzie Basin"Le 11, nous partions pour Athabasca Landing, accompagnés d'une petite flotte de canots de voyageurs et de traiteurs, et durant la journée nous passions des immenses berges de schiste, la piste de halage étant très mauvaise et l'eau encore haute. On remarqua du bon bois debout sur un sol lourd, et le 14 on passa une curieuse colline bossue avec un grand pan au découvert, au teint cendreux rougeâtre-jaunâtre, qui lui donnait l'air d'avoir été calciné par des feux intérieurs. Non loin de là, il y avait un endroit où le sol dégagé était d'un ocre foncé, et plus loin, d'énormes rives affaissées qui ressemblaient à du charbon.

La rivière qui Crie - "Kitoosepe - était un de nos points de distribution, et en y arrivant nous y trouvâmes les rives recouvertes de tipis, et une foule de métis du lac qui Crie qui nous attendaient. Après la conclusion des déclarations et du paiement de certificats aux métis, nous examinâmes de plus près notre entourage qui semblait consister, en tant que nombres, de chiens surtout. 

Il y avait un aspect du camp des métis, par contre, plus intéressant que les chiens, notamment Marie-Rose Gladu, une soeur de la Catherine Bisson que nous avions rencontrée au Petit lac des Esclaves, mais qui se déclara plus âgée qu'elle de cinq ans. Par les informations que nous avions reçues, elle était très âgée, certainement plus de cent ans, et elle était peut-être la plus vieille femme dans le Nord du Canada. Née au Petit lac des Esclaves, elle se souvenait des guerres de son peuple avec les Pieds-Noirs, et des "danses" lors de la capture de scalps. Elle se souvenait du temps où le bison abondait au lac qui Crie; le pays était une prairie boisée, et les marchandises étaient transportées par l'Île à la Crosse, la rivière des Castors et le lac la Biche, ainsi que par le portage la Loche... Après notre longue conversation par le biais d'un interprète, elle était contente de se faire prendre en photo avec moi, et, en s'assoyant par terre ensemble, elle me saisit par la main et se disposa d'une façon enjouée afin de se présenter aussi bien que possible."

Tiré de Through the Mackenzie Basin: An Account of the Signing of the Treaty No.8 and the Scrip Commission, 1899 par Charles Mair.