hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:48:13 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
 

 

 

 

 

 

 


Les plantes et les fruits sauvages

   
cerisier de PennsylvanieLes fruits sauvages apportent un ajout nutritif important au régime alimentaire de base de poisson et de viande. On trouve au moins 19 différentes sortes d'arbustes, d'arbres et de plantes fruitiers dans le Nord du Canada1. Comme toutes les plantes qui prolifèrent dans des micro-climats, les baies sauvages prospèrent dans des régions qui les accommodent. On retrouve de nombreuses variétés dans la brousse du Nord incluant le pembina (la canneberge d'arbuste), l'atocat (canneberge des petits buissons), l'airelle de marais ou canneberge (celles que l'on mange à Noël), la cerise de Virginie (cerise en grappe), le bleuet, la cerise sauvage (merise), la framboise et la baie de rose. Des espèces plus rares sont la baie de l'amélanchier (saskatoon ou petite poire), la fraise et la groseille. Les bleuets et les canneberges sont les préférés. Le faux buis (kinnikinnik) est abondant mais rarement mangé, mais ces petits fruits nourrissent les oiseaux, comme tous les autres fruits. Les pembinas et les baies de roses restent sur les arbustes tout au long de l'hiver s'ils ne sont pas mangés par les oiseaux. Ils sont bons à manger durant les jours les plus froids de l'hiver. Certaines espèces comme la gadelle et le cassis, tout comme la streptope amplexicaule sont assez rares. Généralement si les fleurs ont été atteintes par le gel au printemps, la production de fruits sauvages sera moins abondante.

menthe des champs Plusieurs variétés de plantes sont utilisées pour faire du thé indigène. Presque tout le monde aime la menthe sauvage. On retrouve souvent la menthe sur les barrages de castor. La plante peut être séchée et conservée pour un usage ultérieur ou utilisée fraîche, sous forme d'infusion, pour faire du thé. D'une façon ou de l'autre, il s'agit d'un breuvage chaud bien agréable. Des breuvages semblables peuvent être préparés avec les feuilles du faux buis (kinnikinnik) et de nombreuses autres plantes du muskeg.