hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:48:15 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
 

 

 

 

 

 

 


La préparation et la conservation de la nourriture

   
fumoir traditionnel Les méthodes typiques pour préparer de la nourriture sont de la bouillir, la frire et la rôtir au-dessus d'un feu de camp. La plupart de la nourriture est apprêtée lorsqu'elle est fraîche, mais plusieurs méthodes de conservation ont été développées pour la viande et le poisson. Il s'agit surtout d'assèchement et de congélation. 

Une autre méthode est d'«accrocher» des gros morceaux de viande, comme un quartier d'orignal, au soleil d'été pour l'assécher. La viande est suspendue dans un enclos entouré d'une moustiquaire pour le protéger des prédateurs. Avec la circulation de l'air autour de la viande, une pellicule d'environ 12 mm se forme, lui donnant une sorte de protection naturelle. La viande à l'intérieur est protégée et se conserve tout en devenant plus tendre. Quand on veut un morceau de viande, on tranche la portion désirée et on la fait cuire normalement. Une nouvelle pellicule se forme sur la partie ouverte de la pièce, et la viande continue de s'attendrir. Quoique cette méthode ne se pratique pas beaucoup, elle illustre tout de même comment il est possible de conserver la viande. Cette technique a toujours une certaine perte de viande comestible, mais la croûte endurcie peut être utilisée pour faire de la soupe, donnée aux chiens ou simplement jetée aux ordures. 

La façon préférée de conserver la viande et le poisson est de lapoisson en train d'être fumé ou séché fumer. Avec cette méthode, un séchoir vertical est érigé à l'intérieur d'une toile de tente conique en canevas ou en peau. Le séchoir est fait de branches de saules. La viande ou le poisson que l'on veut sécher est accroché et exposé à la fumée d'un petit feu qu'on allume en dessous du séchoir. La tente est bien vite remplie de fumée qui s'échappe lentement par une petite ouverture au sommet de la tente. 

La viande absorbe la saveur de la fumée en séchant. De cette façon, il est possible de contrôler la saveur de la viande en choisissant l'essence de bois ou en mélangeant différentes essences de bois dans le feu du fumoir. Une des saveurs préférées est obtenue en utilisant de la racine de saule pourrie à sec, mais d'autres composantes de différents arbres, ainsi que de l'écorce, sont utilisés pour donner une certaine saveur. Un fumoir en toile ou en peau se trouve souvent à la résidence principale du trappeur chasseur.

Le fumage de la viande nécessite trois à cinq jours, moins si on préfère une viande plus crue, et plus si on aime une viande plus sèche. Une viande bien sèche est préférée. Le poisson et la viande séchés ainsi se conservent pendant plusieurs semaines.

Cette technique de conservation est très utile dans le fait qu'elle préserve la nourriture, mais aussi réduit son poids sans nuire à sa valeur nutritive, ce qui est important pour des expéditions de chasse et les longs voyages. Ainsi, en hiver comme en été, on peut transporter beaucoup plus de viande sèche que de viande crue dans un chargement. Le poids réduit n'est pas le seul avantage - a viande sèche peut être mangée telle quelle, sans cuisson, soit comme casse-croûte ou pour les repas lors des arrêts, ce qui est appréciable durant les voyages. [à suivre]