hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:49:14 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Musée virtuel du Canada La mise en place du Traité 8 dans le Nord-Ouest du Canada
AccueilPlan du siteChercherNous rejoindreLe projetLa gallerieAide
 

 

 

 

 

 

 


L'avenir dans la brousse?

   
Ben MarcelLe savoir-faire, les connaissances et les souvenirs des aînés sont enracinés dans un temps où la culture et l'héritage autochtone étaient une composante importante de la vie quotidienne. Ils sont nés dans une économie basée sur le commerce des fourrures dans la brousse du nord canadien. Ceux qui habitent la brousse de la forêt boréale fournissent les pelleteries qu'exige la grande mode pour les fourrures «exotiques» dans les milieux urbains sur le marché mondial. 

Les aînés de la brousse doivent faire face à un dilemme. Leur culture  indigène est celle du marché mondial des fourrures, mais ils doivent aussi comprendre la culture industrielle qui est devenue une partie signifiante du mode de vie de leurs jeunes gens. Ils ont perdu des aspects de leur culture traditionnelle par choix ou par des changements imposés par la culture non-aborigène du Sud. Un mince pourcentage de la population autochtone conserve une tradition autarcique, et aujourd'hui, seulement un petit nombre de la totalité de la population aborigène habite dans la brousse. 

Willis Flett Aujourd'hui les enfants et les petits enfants des aînés de la brousse doivent aussi jouer un rôle dans la préservation et la conservation de leur culture. Ils doivent confronter l'influence croissante de la vie industrielle sur leur propre vie. Il est clair qu'en termes de valeurs personnelles, la culture du Sud est très différente de la culture aborigène.

Les jeunes sont appuyés par les aînés, d'autres chefs communautaires et des non-Autochtones qui comprennent les modes de vie et l'histoire traditionnels. Les jeunes Autochtones apprennent les enseignements traditionnels des aînés, ce qui leur aide à comprendre qu'ils ont des choix. Il y aussi une tendance chez les jeunes à poursuivre des buts éducatifs assez étendus. En combinant l'enseignement traditionnel avec l'enseignement public, ils peuvent avoir le meilleur des deux mondes. 

De plus en plus de jeunes Autochtones accèdent au monde industriel. Les jeunes gens ont un héritage dans la culture de la brousse et ils se souviendront de ce patrimoine lorsqu'ils participent à l'industrie locale. Ils retiendront de forts liens émotifs et cérémonieux avec le mode de vie indigène. Pour d'autres, par contre, la compréhension de ce mode de vie va diminuer avec les générations successives et avec leur assimilation dans la société dominante canadienne. Pourtant, il est douteux qu'une assimilation complète, dans le sens que toutes les personnes de ce pays se ressembleront, se réalise. 

Des adolescents se reposant sur un affleurment précambrien au Fort Chipewyan, 1980.Devant un présent et un avenir incertains, les jeunes gens de la brousse du Nord font face à des décisions difficiles. Il ne s'agit pas simplement d'opter d'une culture à une autre; il faut comprendre que les deux cultures sont très différentes. Les vieilles façons de faire étaient basées sur l'idée que tout le monde se connaissait et que les décisions étaient prises en commun, les peuples de la brousse n'en formant qu'un seul grand peuple. Maintenant les jeunes doivent accepter que le monde entier est un village global, où règne une compétition intense et où les gens sont trop souvent jugés d'après leur succès matériel. 

En dépit de ceci, le peuple de la brousse va conserver et bâtir en fonction de son héritage, grâce aux chefs communautaires, et avec la contribution de non Autochtones de bonne volonté. En plein milieu de ce changement massif qui s'est produit si rapidement, les jeunes du Nord vont trouver qu'il est important de retenir les idées, les croyances et les valeurs de leurs aînés. Le vrai défi pour les jeunes Autochtones du Nord est de faire accroître leur héritage indigène, tout en faisant partie du monde industrialisé. 

La culture autochtone est une partie importance de ce que le Canada a été, est et peut devenir. Les jeunes personnes ont maintenant la chance de préserver et de conserver les éléments importants de leur culture. Ces jeunes gens ont aussi leurs histoires à raconter. Certains ont aidé pour celles qui sont retransmises ici. Par eux et par leurs aînés, ce livre espère conserver des éléments de l'expérience de vie dans la brousse telle qu'elle a été décrite par les narrateurs de ce récit.

Reprise de Bush Land People avec la permission de l'auteur. Copyright Terry Garvin 1992-2002.