<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:52:36 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
Les compagnies et l’emploi (salaires)

Durant ce temps, les modèles d’emploi étaient transformés. Anciennement, les hommes français et britanniques du commerce des fourrures, signaient des contrats pour travailler de trois à cinq ans en échange de leur transport au poste de commerce des fourrures et leur retour à la maison ainsi que d’un salaire annuel. Par exemple, en 1800, un nouveau travailleur pour la HBC, recevait £10 par année pendant cinq ans puis £12 par année durant trois autres années. Un peu plus tard, un interprète de 18 ans d’expérience recevait £26 par année.

Après l'alliance de la HBC et de la NWC, le nombre d’employés a été sévèrement coupé. Non seulement il n’y avait plus que la moitié des postes à combler, mais aussi l’équipe de travail du poste était réduite à la main d’œuvre essentielle. Toute tâche qui ne faisait pas partie d’une routine régulière était contractée ou payée à la pièce. Ceci voulait dire que plutôt que de payer quelqu’un toute une année, ils les engageaient pour la durée d’un voyage ou les contractaient pour faire le courrier entre les postes ou pour acheter des chargements de bois de chauffage, ce qui signifiait des d’épargnes considérables pour la compagnie.

Certains postes n’étaient pas abolis. Par nécessité, le gérant et le commis du poste étaient des employés à temps plein. Ils employaient aussi des chefs commerçants, des commis apprentis et un certain nombre de travailleurs ou d’employés généraux. Des employés étaient embauchés selon la taille de chaque poste et son importance dans le plan et la hiérarchie de la compagnie.

Église St AnnesAvant la réorganisation du commerce après 1820, certains des travailleurs ou « engagés » étaient embauchés dans la communauté des environs du dépôt de départ. Humphrey et William Favell ont apparemment été embauchés à la dernière minute sur une équipe du HBC, alors que des hommes de l’équipe de leur beau-frère avaient été blessés. La politique habituelle était que le commandant à la Baie formait l’équipe. Vers 1790, les facteurs embauchaient à partir de la communauté de la Baie aussi bien que des Arcadiens ou des Britanniques qui débarquaient des bateaux. Pour la compagnie du Nord-ouest, le partenaire qui allait à l’intérieur des terres choisissait son équipage parmi ceux qui cherchaient du travail à Montréal ou à Grand Portage. Il pouvait facilement se trouver tout un équipage de la même communauté ou d’un groupe familial. Les deux compagnies avaient des méthodes afin de promouvoir la loyauté et la solidarité à la compagnie. La HBC s’est elle-même constitué en une institution complètement privée, s’attendant des employés aussi bien que de la direction, à une loyauté et un engagement absolus aux idéaux de la compagnie. La NWC considérait la loyauté différemment. Pour les partenaires de la compagnie, il y avait un club « Beaver », une formidable institution à Montréal. Pour les « engagés », il y avait une culture partagée et un système de petits rituels développés durant les années du commerce français.

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

Les hommes des Compagnies

Les femmes du pays/les femmes d’été

Guidage

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved