<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:52:44 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
La chasse au bison

Page 1 | 2

Le peuple métis a développé son propre style de chasse au bison depuis les techniques de la Première Nation. Il y avait plusieurs façons de chasser et de tuer le bison. Pour la Première Nation, les circonstances ont façonné la méthode. Leurs méthodes pour prendre plusieurs animaux à la fois, le saut du bison et le pillage ou les enclos, étaient basées sur les façons de vivre des Aborigènes avant qu’ils aient des chevaux. Les deux techniques demandaient la connaissance de l’animal et l’habileté de les déplacer, de conduire le bison au peuple. Quelques scouts iraient trouver les troupeaux de bisons et les amenaient où ils pouvaient être abattus et transformés avant que la viande ne puisse se gaspiller. Lorsqu’ils chassaient seuls ou en très petits groupes, ils guettaient le bison comme ils auraient fait pour le petit gibier. Après l’arrivée des chevaux, ce guet est devenu « la course » au bison.

Le bison, un animal de troupeau, peut être surpris et pris de panique, courir en foule serrée que les obstacles ou la géographie n’arrêtent pas. Les techniques de la Première Nation de les piller ou de les mener dans un enclos, et alors de les forcer à sauter les falaises ou les sauts de bison, dépendaient tous deux de sa réaction. Ils ont réalisé que de chasser le bison à dos de cheval menait aussi ce résultat. Leur succès dépendait de la rapidité du cheval et leur habileté à tirer à dos de cheval. La Première Nation préférait utiliser un arc et une flèche durant la chasse au bison, et chassait par petits groupes.

Les Métis ont adopté cette technique et l’ont modifiée. Ils utilisaient des fusils qui se chargeaient par le goulot, et préféraient chasser en plus gros groupes. En utilisant la carriole « Red River », ils bénéficiaient d’une plus grande superficie pour chasser et recueillir leur chasse. Avec le temps, ils ont raffiné la technique. Les chasseurs de bison ont pris de l’expérience à recharger leur fusil d’une main. Peter Erasmus a décrit la technique :

« J’ai connu des experts de la chasse qui transportaient les balles de plomb dans leur bouche, versaient la poudre dans leur paume, puis inclinaient le baril pour recevoir la poudre. Ils frappaient la crosse de leur fusil contre leur jambe ou leur selle pour que la poudre se place au bout, puis mettaient la balle dans le baril et le fusil était prêt à tirer »
« Ils choisissaient et entraînaient des petits chevaux rapides sur pieds et sans crainte, connus sous le nom de « coureur de bison. » Un idiot aurait vite découvert comment ces chevaux étaient bien entraînés. Erasmus a raconté qu’on lui avait donné un coureur expérimenté lors de sa première chasse au bison.
« Le cheval que je conduisais répondait aux coups d’éperons ou de fouet avec une lasse indifférence et je doutais que le misérable paresseux suive les autres. Les deux autres chevaux faisaient aller leurs têtes et tiraient sur la ligne dans leur ardeur de poursuivre la chasse. Depuis l’instant où mon cheval a aperçu l’animal seul, il s’est précipité, me désarçonnant presque. La misérable brute s’est retournée d’un clin d’œil puis est devenue un météore fougueux et est parti de l’avant d’une vitesse terrifiante telle que nous avons vite fait de distancer les autres.

La croissance rapide de la région est probablement la cause des chasses abondantes de « Red River ». Un groupe de chasse aborigène comprenait des parents et des amis du chef du groupe. Dans les communautés inter-reliées de « Red River », choisir la constitution de la chasse, qui laisser derrière, devait être impossible. Étant donné la grosseur des troupeaux de bison, partir tous ensemble était une stratégie qui était non seulement économiquement saine mais qui devait consolider la communauté.

Les chasses au bison de l’Ouest étaient différentes, suivant de plus près le modèle original. Des groupes de familles, ressemblant à des groupes de la Première Nation, en grandeur et en composition, partaient de chez eux, rencontraient et se joignaient à d’autres groupes et cherchaient des bisons. Aussi tôt que les années 1840, les chasseurs qui partaient du Fort Edmonton racontaient que les bisons étaient plus loin dans les plaines. Vers les années 1860, des groupes de familles voyageaient pour chasser le bison, entre les rivières « Battle » et « Red Deer ». Les familles ont commencé à s’établir à la rivière « Battle » à cette époque, créant la colonie de la rivière « Battle ». La colonie est devenue Duhamel en l’honneur de son premier prêtre.

Durant les dernières années, de petits groupes de chasse sont venus ensemble aux quelques endroits où ils pouvaient encore chasser. Ils formaient une partie des gros campements mixtes. Ces campements comprenaient la Première Nation aussi bien que les Métis. Comme le disait Norbert Welsh, « Dans l’ancien temps, dans les plaines, on s’attendait à ce que les chasseurs de bisons et les commerçants prennent part aux danses des Premières Nations. Tous hivernaient ensemble sur le territoire indien et nous étions entourés d’habitations indiennes. Les Indiens étaient nos clients et nous devions être sociables.»

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

La vie à la rivière Rouge

 Etablissements de l’Ouest

La chasse au bison

L’agriculture

La pêche

Les commerçants métis

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved