<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:52:44 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
 Etablissements de l’Ouest

Durant la période du commerce des fourrures, les communautés d’employés à salaire, les voyageurs, les chasseurs ainsi que les trappeurs et leurs familles entouraient les postes de commerce. Cette pratique prit naissance aux postes de la Baie, où les familles du commerce des fourrures n’y vivaient pas officiellement, mais demeuraient plutôt à l’extérieur du poste, comme Indiens membres de la « maison ». Au fil du temps, ces communautés grandissaient tout comme se développaient les communautés métisses des Grands Lacs. Vers le milieu du dix-neuvième siècle, certains des plus gros postes croissaient plus que les communautés. Fort Ellice, Fort Carlton et Fort Pitt avaient des rapports avec les Premières Nations des réserves avoisinantes. Comme plus grand centre et avec l’aide des missionnaires, Fort Edmonton avait installé, dans la région et ce, avant le traité, des communautés pour les Premières Nations, telles les colonies de la mission à « Pigeon Lake » et pour le peuple métis à Lac Ste-Anne et St-Albert afin de les aider à s'établir en agriculture. De plus, il y avait des communautés de commerce des fourrures à Lac la Biche et « Lesser Slave Lake », à Fort McMurray et à Fort Chipewyan.

Les forts des prairies, Ellice, Carlton, Pitt et Edmonton, faisaient partie du commerce de l’approvisionnement et leurs communautés étaient fidèles à la chasse au bison. Peter Erasmus et Norbert Welsh ont tous deux décrit un endroit dans les plaines où de petits groupes de familles se rencontraient et se joignaient à des peuples des Premières Nations. En parlant de mouvements subséquents, le père Lacombe décrivait les familles de Victoria et de St. Paul de Métis qui envahissaient traditionnellement et sur une base saisonnière, le Sud pour chasser le bison.

Les chasseurs de bison s’enfonçaient dans les plaines depuis « Red River »et l’Assiniboine, se déplaçaient vers le Sud dans les plaines, depuis Carlton, Pitt et Edmonton. Comme les distances augmentaient, les chasseurs de bison établissaient des communautés dans les plaines. Norbert Welsh parlait de s’établir à « Round Plain » pour la saison. Peter Erasmus a décrit un très gros campement à « Beaverhill Lake », un peu au sud-est d’Edmonton. Comme les bisons se trouvaient de plus en plus loin des colonies, éventuellement, les chasseurs de bison se sont installés aux environs de « Buffalo Lake » et « Tail Creek », à l’est du croisement de la rivière « Red Deer »

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

La vie à la rivière Rouge

 Etablissements de l’Ouest

La chasse au bison

L’agriculture

La pêche

Les commerçants métis

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved