<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:52:46 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
L’agriculture

L’implication des Métis dans l’agriculture a débuté avec les jardins des postes de commerce. A vrai dire, ceci est maintenant de l’horticulture, mais un type bien particulier. Le jardin était cultivé aussi tôt qu’on pouvait y travailler et semé avant que la plupart des hommes partent de la Baie en canot, avec les récoltes de fourrures de l’hiver. Autrefois, les jardins recevaient probablement moins de soins tout en produisant quand même de bonnes récoltes de patates, de navets et d’autres légumes vivaces.

Un journal du commerce des fourrures de 1804 de la « Brandon House » disait :
Le 5 mai, des hommes de la « Brandon House » c’est-à-dire James Inkster, William Yorston, George Henderson, Humphrey Favell, Jn Easter et moi-même. Les hommes ont bêché une partie du jardin pour la petite semence. Le 16, nous avons ensemencé le blé d’inde, les oignons, les fèves, les pois, le chou, le thym, les carottes, les navets, les millons, les citrouilles, les œillets, les concombres et les calibashis.
Le 20 juin, les hommes rechaussaient les patates et ont bêché les couches où les oignons avaient été semés car aucun n’avait poussé. . . . Le 6 juillet, les semences d’Albany ont du brûler en séchant ou encore geler en région car aucun ne pousse ici alors qu’il n’y a pas meilleur terrain, les Canadiens ont des oignons, tous sont aussi gros que mon poing et chaque semence qu’ils amènent poussent bien.

Il y eut un temps où les produits des jardins des postes de commerce nourrissaient non seulement les employés mais aussi les peuples des Premières Nations qui venaient faire des échanges. Lorsque les conditions étaient mauvaises durant l’hiver, lorsque la chasse était pitoyable, les patates et les navets entreposés sauvaient la vie des habitants de la région.

(1801) Le 19 février . . . Plusieurs Indiens affamés sont venus et n’ont rien apporté – ils peuvent remercier M. Goodwin d’avoir planté autant de patates car certains d’entre eux seraient sûrement restés sur leur faim et nous aurions mal réussi. Ils sont maintenant enivrés.

Ce genre de jardinage était aussi pratiqué au Fort Edmonton et aux autres postes des alentours de la région des prairies. Comme le Fort Edmonton grossissait, ils étaient capables de cultiver davantage, allant de récoltes de grain et de foin aussi bien que des récoltes de légumes. A « Red River », les gens pratiquaient une forme d’agriculture similaire. Un des plus gros obstacles entre les missionnaires et les paroissiens concernaient la culture. Les missionnaires ne pouvaient accepter qu’on sème un jardin puis qu’on l’abandonne pour aller à la chasse au bison. Cependant, durant une saison normale, un bon désherbage et un sarclage tôt durant la saison signifient moins de travail durant les jours chauds de l’été. Lorsque la chasse de l’été était terminée, il était temps de commencer à récolter les produits du jardin.

Quand les peuples métis ont déménagé dans des colonies de l’Ouest, le temps passé au jardinage et aux récoltes a augmenté, tout comme le soin aux animaux domestiques. Un des premiers transcriptions de la tentative d’un missionnaire pour développer une colonie d’agriculture, était le travail de Rundle avec et pour les Cris de « Pigeon Lake ». (Voir le journal de Rundle – lien). Bien sûr, les missions du lac Ste-Anne (1844), St-Albert (1864?), Lac la Biche (1853), et St-Paul de Métis, ont été établies spécifiquement dans l’intention d’établir les peuples des Premières Nations et les Métis. Qu’ils réussissent jusqu’à un certain niveau peut être souligner par le fait que certaines communautés existent toujours.

« Dans la communauté de St-Albert, Alberta, la récolte des champs et des jardins (une année) consistaient à 700 barils de patates, 200 de choux, 11 de carottes, 11 d’oignons, 150 sacs de blé et 30 sacs d’orge. »

Les souvenirs de Victoria Callihoo illustrent comment le peuple Métis de St-Albert intégraient les récoltes de grain, des jardins et l’utilisation de nourriture sauvage :

« La saison était trop courte pour faire mûrir la plupart des variétés de blé disponibles, mais l’orge, les patates et les légumes à racines pouvaient être cultivés. On devait battre l’orge pour le concasser et on pouvait le manger dans la soupe, le frire ou le sécher puis le rôtir noir et le faire mijoter pour le boire comme du café. En 1868 au lac Ste-Anne, 700 barils de patates, 200 de choux, des carottes et des oignons ont été cultivés en plus du blé et de l’orge. Les fantaisies telles le thé et le sucre venaient du magasin de la compagnie de la Baie d’Hudson. L’orignal, le chevreuil et l’ours occasionnel étaient très appréciés pour dîner et leurs peaux procuraient le matériel pour les pantalons, les manteaux, les mocassins et les mitaines. On chassait les canards sauvages et les oies qui pouvaient être cuite à feu ouvert.
L’été, tous ramassaient les fraises, les framboises, les baies saskatoon et les canneberges. Les fruits pouvaient être séchés au soleil et conservés dans un sac ou utilisé comme ingrédient pour le « pemmican ». Si vous aviez des contenants de verre, vous pouviez faire différentes préserves, comprenant une espèce qu’on appelait « scratch ». Cette délicieuse confiture était faite de cerises de la Virginie entières. Les pierres n’étaient pas retirées mais plutôt écrasées en petits morceaux et cuites avec les fruits pour ajouter de la saveur. De la sève de bouleau et de peuplier servait à les sucrer.
Pour plus d’information à ce sujet : http://www.metismuseum.ca/resource.php/00746

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

La vie à la rivière Rouge

 Etablissements de l’Ouest

La chasse au bison

L’agriculture

La pêche

Les commerçants métis

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved