<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:52:47 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
La pêche

Page 1 | 2

En plus, le poisson était la nourriture pour les équipes de chien. Michel Callihoo, un employé de la compagnie, pêchait pour le Fort Edmonton durant les années 1850. Il était en charge de la pêcherie établie au lac Ste-Anne en 1856. Durant un voyage au lac Ste-Anne en janvier, ils ramenaient 1,017 poissons blancs sur huit traîneaux. Les pêcheries totales pour le Fort Edmonton cette année là étaient de 10,000 poissons, environ un tiers de ce qu’ils espéraient.5 En octobre 1859, Michel est allé au Lac-Ste Anne pour « accrocher » 30,000 poissons. Les poissons avaient été pris au filet et étaient par la suite nettoyés, coupés puis suspendus sur des perches pour sécher. C’est ainsi qu’ils étaient préservés.

Durant les années 1860, Michel et son frère Jean-Baptiste et leurs familles vivaient au lac Ste-Anne et y géraient la pêcherie de la compagnie. Comme l’approvisionnement de « pemmican » commençait à manquer, la pêcherie devenait beaucoup plus importante. Débutant en 1860, les gens du commerce des fourrures ont sérieusement connu la faim. Les chasseurs de bison ne ramenaient pas suffisamment de provisions. Des gens du Lac la Biche manquèrent de nourriture. Au Fort Edmonton, ils ont dû tuer de leurs boeufs pour avoir de la nourriture.6 Durant les années 1880, même les pêcheries ont commencé à faillir.

La colonie (St-Albert) a souffert d’épidémies durant les années 1870 et presque de famine durant les années 1880. Pendant l’hiver de 1888, les autorités de la police fédérale ont du soulager plus de 140 personnes. Les restrictions gouvernementales sur la chasse et la trappe ajoutaient aux difficultés vécues par les Métis. Depuis les années 1890, la population de lac Ste-Anne devait acheter des permis pour la pêche, ce qu’ils considéraient une épreuve. En juin 1893, ils ont fait un rassemblement durant lequel ils décidèrent de faire une pétition au gouvernement afin qu’il retire la loi sur le permis car ils n’avaient pas les moyens de le payer et n’avaient aucun autre moyen de subvenir à leurs besoins.7

Elliot Coues qui éditait les journaux d’Alexander Henry, a ajouté une note de bas de page au sujet des lacs du nord-est de l’Alberta. Parlant de « Beaver River », il dit qu’il commence au nord-est du parallèle 54o. Avant de quitter l’Alberta, il reçoit une décharge d’une chaîne de lacs du Sud. Ce sont les poissons ou les lacs à pêche, dont Henry parle de temps en temps; deux de ceux –ci sont maintenant nommés « Goodfish » et « Whitefish » ; une réserve Indienne se trouve auprès des deux lacs et au lac « Whitefish », une mission Wesleyenne ; un autre lac de cette chaîne est le « Floating Stone I.8

« Le Dr Anne Anderson disait de la colonie de « Fishing Lake » qu’elle était entre deux lacs, « Frog Lake » et « Fishing Lake ». « Frog Lake » avait beaucoup de poissons d’eau douce et « Fishing Lake » avaient les meilleurs poissons blancs jumbos. »9 Plus loin, elle enregistrait une autre façon de récolter le poisson :

Une autre façon de gagner sa vie et une activité que tous appréciaient, étaient de les attraper alors qu’ils donnaient naissance. Des charrettes pleines de monde montaient les petits cours d’eau et attrapaient le poisson. Les femmes les nettoyaient et les accrochaient afin qu’ils sèchent sur des chevalets tout près. Des centaines de poissons étaient attrapés et lorsque séchés, ils étaient très savoureux et pouvaient être conservés quelque temps.10

Les Métis modernes des plaines ont conservé la pêche comme faisant partie de leur style de vie mais préfèrent utiliser des cannes et des lignes. La pêche commerciale métisse est incluse dans la bataille au tribunal actuelle au sujet du retour des « droits de récolte » des Métis. La Nation métisse du Canada connaît une réussite sur ce chapitre.

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

La vie à la rivière Rouge

 Etablissements de l’Ouest

La chasse au bison

L’agriculture

La pêche

Les commerçants métis

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved