<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:53:04 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
Agitation politique (1870s et 1880s)

Page 1 | 2

Il n’y a plus de débat à savoir s’ils les ont tous reçus, bien que des évidences récentes démontrent que non. La distribution du terrain était réglementée par deux différentes sections du décret du Manitoba, une pour les enfants et une pour les chefs de famille, parce que la section pour le « chef de famille » était combinée avec la législation confirmant l’occupation déjà existante du terrain. En fait, ceci les rendait garants de respecter les mêmes règlements que les propriétaires de fermes qui devaient dégager une partie du terrain avant d’en avoir les titres. W.L. Morton déclara que les parents Métis ne seraient éligibles à recevoir leur terrain qu’après 1877. On ne s’étonne pas que peu après 1870, plusieurs Métis cherchent à quitter la région.

Persécutés et sujets de discrimination, ils cherchèrent un autre endroit où ils pourraient continuer leur style de vie. Plusieurs Métis perdaient leur terre reçue de l’accord – certains la donnaient presque alors que d’autres se faisaient escroquer. Très peu purent conserver leur lot sur la « Red River.

Certains Métis décidaient de s’installer et de commencer à cultiver, d’autres allaient vivre avec la famille de leur mère, sur des réserves. Certains s’agrippaient aux vieilles coutumes, travaillant comme transporteurs ou commerçants libres. Poursuivant le bison dans les plaines, ils déménageaient au « North Dakota » et au Montana.

Parmi ceux qui s’installèrent, certains trouvèrent un climat convenable et du terrain et créèrent une communauté le long de la rivière Saskatchewan. La communauté s’appelait Saint-Laurent. On dit que la famille Dumont était parmi les premiers pionniers. Cette famille des prairies commença en 1794, alors qu’un commerçant de Montréal, Jean-Baptiste Dumont pris comme compagne, Josette « Sarcisse ». Ils eurent au moins trois enfants, nés à Edmonton, Gabriel (1795), Jean-Baptiste (1801), et Isadore (1808). La famille vécut la plus grande partie de son histoire en Saskatchewan. Durant les années 1860, un petit-fils, Gabriel, devint le dirigeant d’une chasse au bison dont participaient environ 200 chasseurs, depuis la « Carlton House ». En 1868, ce groupe avait commencé à s’installer au Sud du Saskatchewan, le père Alexis Andre avait été envoyé pour leur servir de ministre.

Les communautés du Sud du Saskatchewan ont reçu plusieurs des personnes qui fuyaient le harcèlement et les persécutions de « Red River ».

Batoche a d’abord été construit par des Métis qui avaient quitté « Red River ». …Fondé en 1871 au nom de « Colonie Saint-Laurent, Batoche et ses environs comptaient 322 personnes cette année là et 500 personnes en 1877. Au début des années 1880, davantage de Métis vinrent du Manitoba et cette migration menait à la création des paroisses de Batoche, Saint-Laurent, Saintt-Antoine, « Duck Lake » et Saint-Louis comme communautés établies, avec une population d’environ 800 – 1500 en 1883.14

Les communautés métisses se développaient selon le modèle créé par la vie sur les lots de rivière et les chasses au bison.

En 1873, un gouvernement local métis était créé au village de Saint-Laurent près de Batoche. Le 10 décembre, les Métis se sont assemblés au village et élirent démocratiquement leur propre corps de gouvernement. Gabriel Dumont était choisi par acclamation, pour être leur président pour une période d’une année. Huit conseillers étaient aussi élus. Ensemble, ils devaient diriger les Métis selon les règlements créés d’après les vielles lois de la chasse au bison.
Le conseil passait des lois pour décrire les obligations du conseil, régularisait les contrats (ie : les ententes faites le dimanche étaient nulles et non valides) et autorisait les levées de fonds en taxant les familles. Ils passaient également des lois concernant les pénalités pour les crimes tels que voler des chevaux, déshonorer les filles et allumer des feux dans les prairies au milieu de l’été. Le 27 janvier 1875, le conseil passait des lois réglementant la chasse au bison : les vieilles lois qui défendaient spécifiquement à quiconque de procéder avant la date de départ désignée pour la chasse étaient décrétées et de nouvelles lois interdisaient quiconque de laisser derrière, des carcasses de bison inutilisées, étaient adoptées. Cette dernière démontrait un souci réel des Métis pour leur futur qui dépendait toujours beaucoup de la disparition rapide du bison.15

Au même instant, ceux qui poursuivaient toujours le bison étaient de plus en plus orientés vers le Sud à la suite des troupeaux qui disparaissaient, vers « Cypres Hills » et dans le Montana ( le site Rocky Boy qui reconnaît les Métis http://www.cradleboard.org/sites/rocky.html, en anglais seulement)

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

Concurrence et union (1821)/Sept-Chênes

Le libre-échange et la rivière Rouge

La bataille du Grand Coteau

Gouvernement provisoire (1869-1870)

Acte du Manitoba

Traité indiens 

Post 1886: Rupture et dérive

Troubles politiques (années 1870 et 1880)

Rébellion du Nord-Ouest (1885 et après)

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved