<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 17:53:42 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Métis dans l'Ouest du Canada: O-Tee-Paym-Soo-Wuk

  Accueil   |   Info   |   Nous Rejoindre   |   Partenaires   |   Plan du Site  

Les débutsLe peuple et leurs communautésCulture et mode de vie
Deuxième Guerre Mondiale

Beaucoup de Métis servaient aussi dans les Forces des Armées Canadiennes durant la Deuxième Guerre Mondiale. Ces hommes n’étant pas enregistrés comme Métis, il est difficile de savoir, au vu des dossiers, s’il s’agit de soldats de « nationalité européenne » – comme leurs ancêtres – ou d’Autochtones canadiens. Mais il est certain qu’ils furent nombreux à servir et certains d’entre eux se distinguèrent à un point tel qu’ils sont facilement identifiables. Tel fut le cas, par exemple, de Charles Henry Byce, fils d’une mère Crie originaire de la communauté de Moose Factory (Ontario) et d’un père de race blanche (Henry Byce) originaire de Westmeath (Ontario) et qui avait lui-même été décoré, en 1914-1918, de la médaille de conduite distinguée et de la médaille militaire française.

Charles Henry Byce s’enrôla au régiment du lac Supérieur et sa bravoure lui valut une première décoration – une médaille militaire – en janvier 1945, alors que, caporal, il dirigeait un groupe de cinq hommes chargé de couvrir de son feu une patrouille de reconnaissance qui s’engageait par-delà la Meuse. Lorsque la patrouille fut prise sous le feu simultané de trois positions allemandes, le caporal Byce repéra à lui seul deux d’entre elles et les réduisit au silence avec des grenades. Environ six semaines plus tard, il se voyait honoré de la Médaille d’excellente pour avoir guidé son bataillon engagé dans le plus dur combat qu’il ait connu. Lorsque le sergent intérimaire Byce et le reste de sa compagnie occupèrent, accompagnés de quelques chars, un groupe d’édifices. Ils furent pris sous un feu nourri d’artillerie et de mortier, les quatre chars furent détruits et tous les officiers de la compagnie furent blessés ou tués. Puis, quatre chars ennemis se dirigèrent dans leur direction. Avec férocité et bravoure, Byce, qui commandait désormais ce qui restait de la compagnie C, se battit aussi longtemps qu’il le puit; puis, rassemblant les quelques hommes qu’il puit trouver autour de lui, mena la retraite sous une grêle de balles. Byce couvrit cette retraite en ciblant les fantassins ennemis pour les empêcher de rejoindre ses hommes en retraite. L’exemple de Byce illustre un des nombreux services offerts par des milliers de Métis et Indiens sans statut durant la Deuxième Guerre Mondiale. Plusieurs vétérans Métis sont à présent actifs au sein de leurs communautés locales et contribuent de façon positive aux activités de la nation Métis.

[Haut] [Retour]

Liens Rapides

La guerre de Boër

Première Guerre Mondiale

Deuxième Guerre Mondiale

Corée

Vétérans métis

Heritage Community Foundation The Alberta Online Encyclopedia The Alberta Lottery Fund

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on Métis Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Community Foundation All Rights Reserved