hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:11:41 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Changements de Compagnie

Liens Rapide

 
La première de ces forces a été l'amalgamation de la Compagnie du Nord-ouest et de la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) en 1821. La Compagnie du Nord-ouest avait toujours été plus tolérante à propos de la fusion que la CBH qui restait inconfortable avec l'idée jusqu'à la réalisation de celle-ci et après. A cette époque de l'après union, la CBH a commencé à employer comme officiers, plus de jeunes Britanniques éduqués. La majorité d'entre eux étaient imprégnés des idéaux victoriens de l'amour et du mariage de la classe moyenne. Ces idéaux dictaient qu'un gentilhomme devait trouver une femme qui reflétait et parait sa position respectable et réussie; en d'autres mots, elle devait être blanche, de bonne réputation, et d'une classe au-dessus du travail physique. Un homme devait d'abord acquérir un certain montant de sécurité financière avant de marier une telle femme, et en attendant, il pouvait assouvir ses besoins sexuels avec d'autres sortes de femmes dont la moralité n'était pas de si grand standard. Avec le transfert de ces idéaux à la société de la traite des fourrures de l'Ouest canadien, les femmes autochtones et de sang métissé sont devenues ces types de femmes aux yeux de certains officiers de la CBH. La prostitution a augmenté dans les forts, il est devenu de plus en plus rare qu'un officier épouse une autochtone et on décourageait les employés de la traite des fourrures de se marier.

Dans son livre, Tender Ties, l'historienne Sylvia Van Kirk examine la façon comment beaucoup de femmes autochtones et métisses pensaient que, une fois engagées dans une relation avec ces officiers qui les considéraient simplement comme des objets sexuels, elles devenaient leurs épouses. Cette croyance est particulièrement dûe à la coutume de mariage de la société de la traite nommée "à la façon du pays" ou "d'après la coutume du pays", un rite de mariage indigène qui impliquait une accord entre les deux parties - le traiteur et la mariée et sa famille - et un type de paiement à la famille de la mariée. Si on compare avec les cérémonies de mariage chrétiens notamment, ce rite impliquait peu de cérémonial, mais il était quand même considéré par ceux qui le comprenaient comme une sérieuse union des deux partenaires. 

Beaucoup d'officiers ne le voyait pas de cette manière; Van Kirk décrit un exemple dans lequel le gouverneur George Simpson forma une union avec Betsey Sinclair, la fille métisse d'un ancien officier de la CBH à Fort York. Apparemment, elle comme beaucoup d'autres membres du fort (On la désignait comme étant Mme Simpson dans un journal) considéraient cette union comme un mariage à la façon du pays. Par contre, Simpson la désignait comme étant "son article", "un supplément non nécessaire et dispendieux" qu'il a passé à son ami lorsqu'il a quitté le fort. Ainsi donc, beaucoup des nouveaux officiers de la CBH ne respectaient pas les coutumes de mariages de la société de la traite des fourrures, et résultat, l'exploitation sexuelle des femmes autochtones et des métisses a augmenté.

 


Sources:

  • Carter, Sarah.  "Categories and Terrains of Exclusion: Constructing the 'Indian Woman' in the Early Settlement Era in Western Canada."  Telling Tales.  Eds. Catherine Cavanaugh and Randi Warne.  Vancouver: University of British Columbia Press, 2000.
      

  • Van Kirk, Sylvia.  Many Tender Ties: Women in Fur Trade Society, 1670-1870. Canada: Watson & Dwyer Publishing, 1980.

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved