hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:11:46 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Mariages

Liens Rapide

 
Pour assumer son rôle dans la société – comme mère et épouse dans le domaine domestique – une femme devait se marier. Beaucoup de femmes sont venues au Canada pour cette même raison, car apparemment c'était le pays des célibataires. Après avoir trouvé un célibataire convenable et s'être fait courtiser, il était attendu qu'une femme se marierait et commencerait le travail principal de sa vie comme épouse et mère. Le jour du mariage, alors, était perçu comme un événement significatif dans la vie d'une femme puisqu'il était le témoignage de son entrée dans le monde de domestique.  

 

Souvent c'était l'épouse et sa famille qui planifiait tous les détails de la cérémonie, incluant qui inviter, où se passerait l'événement et les plats qui seraient offerts aux invités. Beaucoup du symbolisme qui entoure la journée du mariage concerne la mariée: l'acte du père qui donne la mariée, le lancement du bouquet et la robe blanche et le voile. Ce dernier élément était très important – ce que la mariée portait – et occupait, et occupe toujours, un rôle très important, qui souvent donne le ton et l'ambiance de la cérémonie. La robe de la mariée était souvent dessiné et fait par des femmes, parfois la mariée elle-même, ou c'était le cas dans de nombreuses petites localités, par des femmes de la place.   

 

La sociologue, Kathryn Church, a fait une étude détaillée sur une couturière locale dans un projet de musée intitulé "Fabrications". Elle examine le travail de sa mère, Lorraine Church qui était dessinatrice et couturière, et qui a créé beaucoup des robes de mariées à Red Deer. Elle a aussi interviewé beaucoup des clientes de sa mère, leur demandant pourquoi elles avaient choisi un modèle particulier, ce qu'en était le sens pour elles et pour leur mariage.

 

Les mariages n'étaient pas, par contre, simplement un événement important pour la mariée, mais aussi pour la communauté entière, surtout dans les petites localités, où tous contribuaient et assistaient au mariage. Cela pouvait dire une journée de congé et l'occasion de socialiser et de se rattraper avec des amis et des parents venus de loin. Les communautés féminines étaient souvent très impliquées dans les mariages. Pour un prix raisonnable, des organisations comme Vonin Ladies Aid à Markerville et Rebekah Lodge à Alix, aidaient à la préparation du repas, aux décorations et à la préparation de la fête. Aussi, les journaux locaux publiaient souvent un article dans la section des activités communautaires, détaillant jusqu'au moindre détail, comme il se voit dans un article du Red Deer Advocate en 1916.

""La cérémonie fut officié par le révérend Principal Woodsworth en présence du personnel et des élèves de l'école, et a eu lieu dans la salle d'école qui avait été très joliment décorée pour l'occasion par M. Dodson et son épouse avec l'aide de quelques garçons.   

"La cérémonie fut officié par le révérend Principal Woodsworth en présence du personnel et des élèves de l'école, et a eu lieu dans la salle d'école qui avait été très joliment décorée pour l'occasion par M. Dodson et son épouse avec l'aide de quelques garçons.

Un gâteau de 50 livres – préparé et décoré par la mariée qui est une artiste du genre - ornait le centre de la table et, pour terminer un repas somptueux, a été coupé par la mariée, aidée par sa dame d'honneur, et tous de la famille des employés et des enfants ont reçu une tranche généreuse. Ensuite sont venus les toasts, les discours un plaisant mélange de sentiments joyeux et sérieux et montrant comment l'heureux couple est tenu dans l'estime des invités. M et Mme Bills sont parti dans des pluies de riz et de bons souhaits pour leur voyage de lune de miel à Calgary et à Lethbridge, après lequel ils reprendront leur travail à l'école.
1

Dans ce cas, la mariée et le marié étaient tous les deux des instituteurs à l'école résidentielle de Red Deer, et comme il se voit de l'article, un effort a été fait pour incorporer beaucoup des aspects de la vie communautaire de l'école dans le mariage, incluant d'avoir la cérémonie à l'école et le déjeuner dans la salle du personnel. Ainsi, les mariages étaient des événements importants dans la vie des femmes et de leurs communautés dans le centre de l'Alberta.

Sources et lectures suggérés:

    • Cavanaugh, Catherine. "Irene Marryat Parlby: An 'Imperial Daughter' in the Canadian Ouest, 1896-1934." Telling Tales. Eds. Catherine Cavanaugh and Randi Warne. UBC Press, 2000. 
       

    • Jackel, Susan. Flannel Shirt and Liberty: British Emigrant Gentlewomen in the Canadian Ouest, 1880-1914. UBC Press, 1982.
        

    • Millar, Nancy.  Once Upon a Wedding.  Calgary: Bayeux Arts, 2000.
        

    • Silverman, Elaine Leslau. The Last Best Ouest: Women on the Alberta Frontier 1880-1930. Montreal: Eden Press, 1984.

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved