hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:11:49 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Femmes Célibataires

Liens Rapide

 
L'autre groupe de femmes qui semblaient être hors des normes de la féminité idéale et de la sphère domestique étaient les femmes célibataires. Il y avait des moments dans la vie d'une femme où on s'attendait qu'elle soit célibataire, tels que l'enfance, le commencement de l'âge adulte et le veuvage. Enfant ou jeune femme, on s'attendait souvent à ce qu'elle gagne un salaire soit pour aider sa famille, pour elle ou pour les deux cas. Comme nous le verrons dans la section sur le travail, beaucoup de jeunes femmes entreprenaient une carrière dans des professions telles que les services domestiques, l'enseignement ou les soins infirmiers, et vivaient loin de leur famille. Cependant, on s'attendait généralement à ce qu'une femme, une fois mariée, quitte sa profession et assume son rôle à plein temps d'épouse et de mère à moins que la nécessité dictait de faire autrement.

Mme. Calvin Babock, veuve d'un ministre Baptiste, Bon Accord. Archives Glenbow Le seul autre moment où l'on s'attendait à ce qu'une femme soit célibataire était si son mari décédait et elle devenait veuve. Avant les changements des lois albertaines sur les biens dans les années 1910 et 1920, une femme n'était même pas garantie de pouvoir partager les biens de la famille quand son époux décédait. Par conséquent, le veuvage était une situation précaire pour elles. C'était pourtant une chose qui arrivait souvent parce que beaucoup de femmes vivaient plus vieux que leur mari, cela dû aux maladies, à la guerre ou au fait que beaucoup de femmes mariaient des hommes plus âgés qu'elles. On s'attendait généralement à ce que les enfants d'une veuve ou de la parenté aient la responsabilité de s'occuper d'elles, mais dans le cas contraire une femme pouvait très bien être délaissée. Pour les mêmes raisons, les divorces étaient très difficiles pour les femmes; n'ayant aucun droit légal aux biens, aux enfants ou à soutien financier, le divorce n'était pas une option attractive pour une femme. L'abus physique était considéré une raison suffisante pour avoir un divorce et donnait droit aux femmes à plus de compensation, mais c'était très difficile de le prouver. Aussi, bien que des divorces avaient lieu, ils étaient généralement très mal vus par les églises chrétiennes et par la société au début du 20e siècle.

Les femmes qui ne se mariaient pas du tout était rares à l'époque des pionniers dans l'Ouest canadien. On ne manquait certainement pas d'hommes et beaucoup de femmes sont venues dans l'Ouest dans le but de se marier. Pour celles qui choisissaient le célibat, il y avait sans doute plus de possibilités d'emploi dans l'Ouest. Les professions féminines telles que le service domestique, les soins infirmiers et l'enseignement, par exemple, avaient besoins de beaucoup de recrues, et, aussi, avec le développement des villes et des usines, beaucoup de femmes trouvaient un emploi dans les centres urbains. Cependant, les femmes célibataires étaient aussi stigmatisées comme étant des vieilles filles. Leur vie privée était souvent surveillée au sein de leur communauté, spécialement pour des signes de conduites licencieuses. De plus, l'on pensait que ces femmes n'assumaient pas leur plus grand rôle qui était de devenir des épouses et mères de famille; elles étaient hors des normes de la sphère domestique et par conséquent avaient le potentiel de devenir dangereuses pour la société. Résultat, beaucoup de femmes célibataires craignaient d'être identifiées de cette manière quand elles prenaient de l'âge et faisaient tout pour attirer des maris potentiels.

 

 

Sources:

  • Site Web des Fameuses Cinq (disponible en anglais seulement)
      

  • Millar, Nancy.  Once Upon a Wedding.  Calgary: Bayeux Arts, 2000.
      

  • Swyripa, Frances.  "Negotiating Sex and Gender in the Ukrainian Bloc Settlement: East Centre Alberta between the Wars."  Telling Tales.  Eds. Catherine Cavanaugh and Randi Warne.  Vancouver: University of British Columbia Press, 2000.
      

  • Van Kirk, Sylvia.  Many Tender Ties: Women in Fur-Trade Society, 1670-1870.  Canada: Watson & Dwyer Publishing, 1980.

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved