hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:11:51 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Armand Trochu et le 90e anniversaire de la fondation de Trochu : un discours

par Jacques Bence

Page 1  |  

En 1985, on a demandé à Lorene Anne Frère de contribuer au livre de l'histoire de locale en retraçant l'histoire du Ranch Ste. Anne. Ses recherches l'ont menée à la correspondance entre Armand Trochu et sa famille et parenté datant de 1903 et entreposée aux archives du musée Glenbow. L'entête de la lettre avait l'adresse "LaVenauderie, Saint-Clémentin."

En janvier 1988, une enveloppe envoyée par Lorene Anne et adressée aux "descendant d'Armand Trochu" est arrivée à La Venauderie, demandant la permission de venir visiter les "descendants" et leur parler. Jacques Bence, petit-neveu d'Armand Trochu, a immédiatement téléphoné à Lorene Anne, lui exprimant son délice et amitié et son soutien pour son entreprise. La collaboration a établi de nouvelles sources de connaissances et de compréhension sur la personne du "Français qui a fondé la ville."

Le 26 juillet 1995, Jacques Bence a prononcé ce discours à l'occasion du 90e anniversaire de la fondation de Trochu, dans le vallon où son grand-oncle avait établi le Ranch Ste.Anne.

Réflections sur le départ de son grand-oncle de La Venauderie: Jacques Bence, célébration de l\anniversaire du Ranch Ste. Anne.Alors que je survolais l'Atlantique nord et les régions sans fin du Canada, votre beau pays si divers, j'essayais de m'imaginer quelles avaient été les pensées de ceux et celles qui avaient osé franchir l'océan il y a de cela 94 ans, attirés par la grande prairie de l'Ouest canadien. Beaucoup d'études ont été réalisées à l'Université McGill. Par conséquent, je ne ferai pas davantage de commentaires sur les divers accomplissements marquant la manière dont Trochu a été fondé avec quelques chevaux, haches et dollars, les seuls outils que possédaient les fondateurs, la majorité d'entre vous connaissent ces faits historiques.

Je préfère plutôt, en tant que Français et membre de la famille Trochu, m'intéresser à quels types d'état d'esprit et de pensées ont poussé des hommes comme de Beaudrap, Butruille, de Cathelineau, de Chauny, Devilder, Eckenfelder, Papillard, de Preault, Sculier, de Seilhac, de Torquat, Trochu, de Vautibault, et beaucoup d'autres dont je m'excuse de ne pas citer les noms, loins de leurs racines, à venir et rester ici. Je vis en France, dans le village natal de mon grand-oncle, Armand Trochu, qui n'a pas beaucoup changé durant les 100 derniers ans, alors je me demande souvent, simplement en regardant autour de moi, quel sorte de courage ou de pure inconscience était nécessaire pour délaisser le confort de la maison seigneuriale de classe moyenne, le village paisible ou les villes vibrantes.

La plupart d'entre eux n'avaient qu'une vague idée de la taille énorme du pays ou de ses conditions climatiques extrêmes, et des difficultés, sortes de maladies, l'isolation, et événements dramatiques qu'ils allaient rencontrer. Rien en France n'est comparable ou aurait pu les préparer, excepté peut-être monter à cheval. En France, le village ou la communauté d'importance était à quelques pas. Leurs résidences confortables et leur mode de vie reflétaient les conditions de la vieille aristocratie de la fin du 19e siècle qui étaient encore bien vivantes.

La Venauderie, où Armand Trochu vivait, était un domaine familial de campagne, supporté par les revenus venant de quelques fermes avec quelques dizaines d'hectares de blé et de bétail. Ils avaient une petite écurie de trois chevaux, de vaches, un beau potager, de l'eau à volonté et même un four à pain. Le climat, comme aujourd'hui, était doux, même si durant l'hiver les températures pouvaient atteindre - 5 degrés! En bref, la vie n'était pas difficile. Ils y avaient des réceptions, des parties de jardin, des mariages et autres événements sociaux avec les voisins de même classe sociale. De vieilles photos que nous possédons nous donnent un bon témoignage de cette vie aisée. Je suppose que les autres membres de la future colonisation française ont dû avoir une vie similaire sinon meilleure, particulièrement dans les villes. Par conséquent, il n'y aurait pas du avoir de fortes motivations pour ces jeunes "aristocrates" pour venir soudainement à Calgary et quitter leur "douce France" que tous aimaient.

Bannière de Ste. Anne, Mère de Marie, Juillet 1995 'Bonne Ste. Anne Priez Pour Nous': La patronne sainte des colonistes de Trochu dans les défis de la géographie, du climat, des maladies et de isolation. Maintenant que j'ai lu une partie de la correspondance privée d'Armand Trochu et parlé avec son neveu, mon beau-père, qui a bien connu Armand Trochu et sa famille, il semble que les soit disant difficultés qu'il a pu avoir quand il était courtier à Vannes soient mineures comparées à son fort désir de prouver à son père et à sa famille qu'il était capable de réaliser quelques chose par lui-même. Pour mieux comprendre ce désir, il est important de se souvenir que son oncle, Jules Eugène Trochu, avait été gouverneur de Paris et président du conseil des ministres de France, son père, Armand Trochu, avec qui il avait une relation souvent tendue, était l'inspecteur général de l'agriculture et une personnalité de Belle-Ile-en-mer, son grand-père, Jean-Louis Trochu, avait été conseiller général du Morbihan; et d'autres membres éminents de la famille Trochu ont occupé des positions honorables dans la société bretonne.

[suivant>>]

 

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved