hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:12:05 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Les Soeurs de la charité de Notre-Dame d'Évron
 

Liens Rapide

'Soeurs parcourant le terrain et le jardin du couvent Ste. MarieLes congrégations de religieuses sont un exemple de la manière dont les premières communautés de colons étaient connectées aux grands événements historiques et aux endroits lointains. La communauté religieuse des soeurs d'Évron a été fondée en 1682 par une Française du nom de Perrine Thulard. Thulard fut encouragée par un prêtre de paroisse à éduquer les jeunes et soigner les malades et les démunis. La vocation, ou charisme, de cette congrégation était d'assister au bien-être matériel des pauvres par l'enseignement et les soins infirmiers. Quand Madame Thulard est décédé en 1735, elle avait fondé 40 couvents en France.

Soeurs parcourant le terrain et le jardin du couvent Ste. MarieLa révolution française a été une période difficile pour les congrégations religieuses telles que celle des soeurs. La propriété de la communauté à été confisquée, et les soeurs se sont vues interdire de continuer leur oeuvre charitable. Nombre d'entre elles sont retournées dans leur famille et certaines ont été emprisonnées et exécutées parce qu'elle continuaient de soigner les malades et blessés sans partialité pour une cause politique. Après l'époque de la révolution, les soeurs se sont réunies dans un ancien monastère bénédictin à Évron, qui demeure la maison mère de la congrégation.

La grotte près de l'hôpital Ste. Marie.Au début des années 1900, de nouvelles lois françaises ont renforcé une approche laïque. non religieuse de l'éducation, et les soeurs ont arrêté leurs écoles. À cette époque, la mère supérieure Marie Cousin a jeté son dévolu sur d'autres pays pour que la communauté puisse continuer son oeuvre. À la demande de Monseigneur Legal et du père Lacombe, la possibilité d'une mission dans l'Ouest canadien a été étudiée.

Mère Marie-Louise Recton

Mère Marie-Louise Recton

En tant que religieuse, Marie-Louise Recton est arrivée à Trochu en février 1909 avec Fr. Lemanceau et mère Marie Cousin pour étudier la possibilité d'une mission canadienne pour les soeurs de la Charité de Notre-Dame d'Evron. Pouvant parler un peu d'anglais, elle a servi de traductrice pour ses compagnons de voyages. Avec cette expérience, elle a été choisie pour diriger la mission qui arriverait dans la vallée de Trochu au mois d'août 1909.

Lisez-en davantage!


La bénédiction de la cloche a eu lieu le 21 juillet 1912Mère supérieure Cousin et soeur Marie-Louise Recton, accompagnées de Fr. Alphonse Lemanceau, sont arrivées en Alberta en février 1909, et elles ont décidé que Trochu serait le site de leur nouvelle mission au Canada. En juillet 1909, huit soeurs ont quitté la France pour venir au Canada. arrivant à Québec par bateau et à Calgary par train le 15 août. Accueillies par Armand Trochu et Fr. Leduc, elles se sont rendues à Olds par train et à cheval à Trochu où elles sont arrivées le jour suivant. Elles ont été chaleureusement accueillies par les familles Butruille, Trochu, Eckenfelder et de Beaudrap.

12 autres soeurs sont arrivées en 1912 - 1ère rangée: Soeur Victorine Perlemoine, Soeur Leontine Reboux, Soeur Angele Bouhours, Soeur Marie-Gabrielle Guerrier - 2e rangée: Soeur M. Therese Laigre, Soeur Marie-Joseph Rondo, Marie-Louise Recton, Soeur Josephine Cottereau, Soeur Cecile Fevrier - 3e Rangée: Soeur M. Augustine Buttier, Soeur Marie-Francoise Jouin, Soeur Eugenie AucherieSous la direction de soeur Marie-Louise Recton, une grainerie a été nettoyée et transformée en chambre d'hôpital à un lit. Une semaine plus tard, le premier patient était admis, victime d'un accident de moissons. Arrivé à la fin de l'année, 16 patients avaient étaient soignés par les soeurs travaillant avec Dr. Milne. Rendu à mi-septembre, une petite chapelle a été fondée pour la prière et la dévotion. L'année suivante, soeur marie-Louise a préparé un plan de construction d'un hôpital de trois étages devant être construit au dessus de la coulée du ranch Ste.Anne. En septembre 1911, le nouvel hôpital ouvrait ses portes, et, en 1912, l gouvernement albertain reconnaissait l'hôpital et fournissait du soutien financier.

Le 26 août 1912, l'école catholique romaine Pontmain est ouvert sur la colline près de l'hôpital Ste. Marie.Au cours des 35 années suivantes, les soeurs se sont occupées à travailler à l'hôpital et aussi à enseigner aux enfants de la communauté. Des rénovations et reconstructions de l'hôpital ont eu lieu dans les années 1950, et une expansion dans les années 1970. En 1979, les soeurs a laissé le contrôle administratif de l'institution à un laïque. Cet événement, parmi d'autres, a marqué un changement pour la communauté. De grands changements au sein de l'Église catholique et la perception générale de la société sur la vie religieuse ont fait que moins de jeunes femmes ont rejoints les communautés religieuses. L'administration des soeurs d'Évron était de plus en plus centralisée à Edmonton. En 1982, les soeurs ont célébré leur 300e anniversaire de service en tant que congrégation religieuse. En 1999, les soeurs ont fait leurs adieux à Trochu, après avoir servi la communauté pendant 90 ans.

La première école catholique dans la région, construite en 1910.À part Trochu, les soeurs ont oeuvré dans des hôpitaux et des écoles d'Edmonton, Vegreville, Bonnyville, St. Paul, et dans des localités de la province du Saskatchewan. La correspondance entre les missions, telles que celle de Trochu, et la maison mère à Évron en France, fournit un excellent aperçu des premières communautés et missions. Grâce au travail de Lorene Frère, ces informations sur la communauté d'origine ont été recueillies et nous fournissent une importante documentation sur la vie et l'expérience dans la région au tournant du 20e siècle.

 

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved