hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:12:23 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Social Credit Party

Liens Rapide

 
Comme le UFA, le Crédit Social a commencé en étant un mouvement populaire, non pas un parti politique. Au début des années 20, un ingénieur britannique, Major C.H. Douglas, a lancé une théorie pour expliquer pourquoi il y avait tant de "pauvreté dans un milieu d'abondance." Sa théorie du Crédit Social accusait les banques de ficeler le capital qui pourrait être mis en circulation pour le grand public. William Aberhart (lien en anglais seulement), un directeur d'école secondaire et prédicateur radiophonique, était très influencé par cette théorie et il a commencé à l'introduire dans son programme radiophonique, "Back to the Bible Hour". Il a fondé une ligue de Crédit Social et a écrit un fascicule sur la théorie économique de Douglas qui a attiré beaucoup de critiques pour ne pas comprendre totalement cette théorie du Crédit Social. Cependant, le charisme de Aberhart et son appel pour les valeurs religieuses des gens lui a permis de passer à travers et il est resté chef de l'organisation.

Au début, Aberhart n'était pas intéresser à contester pour un pouvoir politique; cependant, quand le UFA a clairement signifier qu'il n'était pas intéresser à implémenter la théorie du Crédit Social, il a décidé de se présenter aux élections de 1935. Le UFA n'arrivait pas à remédier à la mauvaise situation économique durant la Dépression et les gens étaient prêts pour le changement. Résultat, le parti du Crédit Social a remporté une grande majorité et Aberhart a été nommé premier ministre. Les années qui ont suivi ont été cahoteuses pour le nouveau gouvernement, de nombreux obstacles ne leur permettant pas d'introduire les réformes du Crédit Social, et Aberhart faisait face à une révolte dans son propre parti. Pour étouffer la critique, le gouvernement a passé le Accurate News and Information Act autorisant la censure de tous les médias d'informations. cependant, l'acte a aussitôt été considérée inconstitutionnelle. 

En 1943, Aberhart est décédé subitement et Ernest Manning (lien en anglais seulement) l'a remplacé. Il a abandonné beaucoup de politiques du parti du Social Crédit, a purgé le parti des "Douglasites" (dont beaucoup commençaient à exprimer des tendances antisémites ) et la transformé en un parti plus de droite. Le boom pétrolier a commencé en Alberta à la fin des années 40, et Manning a oeuvré pour développer l'industrie pétrolière et de gaz naturel, incluant la construction du pipeline transcanadien. Des revenus stables ont afflué en Alberta, permettant au gouvernement du Crédit Social de développer un système de santé et d'éducation pour assouvir les besoins d'une population grandissant rapidement. Dans les années 60, cependant, le parti du Crédit Social, avec ses tendances rurales et religieuses, paraissait de plus en plus dépassé pour une population albertaine de plus en plus urbaine et éduquée. En 1971, il a perdu les élections en faveur du parti progressiste-conservateur de Peter Lougheed (lien en anglais seulement), mettant fin à un gouvernement ayant été au pouvoir pendant 36 ans. 

Aberhart entourée par des admirateurs à Calgary 1936.  Archives Glenbow Comme le UFA, beaucoup de femmes étaient attirées par le parti du Crédit Social dans ses phases de mouvement populaire. L'interprétation de la théorie de Douglas par Aberhart promettait d'être bénéfique aux femmes de différentes façons. Premièrement, sa croyance pour le droit de chaque citoyen à la sécurité économique incluait les femmes. Il leur promettait que, comme les hommes, elles recevraient (bien que cette promesse politique n'a jamais eu de lendemain) 25 $ d'allocations qu'elles soient mariées ou non. Certains ont critiqué cette promesse pour encourager l'indépendance des femmes célibataires, et par là même miner la base familiale de la société, mais il a répondu en déclarant que, "La sécurité économique est le droit de chaque citoyen, mâle ou femelles. Les femmes n'ont jamais été faites pour être des esclaves, mais des partenaires. Il y aurait, nul doute, plus de mariage heureux. Elles n'auraient pas besoin de se marier pour un ticket de viande." 1

Deuxièmement, Aberhart encourageait la participation des femmes dans l'organisation politique. En ligne avec ses théories du Crédit Social, il affirmait que le système patriarcal avait échoué à protéger les femmes et leur sphère privée, et, par conséquent, les femmes avaient le droit et même la tâche d'entrer dans la sphère publique et de lutter pour un monde meilleur. Il promouvait les femmes à des postes administratifs de haute responsabilité dans l'organisation et les encourageaient à se présenter aux élections. Comme le UFA, le Crédit Social a fondé une branche auxiliaire féminine nommée la Alberta Social Credit Women's Association (ASCWA). La ASCWA était autonome car on pensait que les femmes auraient une plus grande chance pour atteindre des positions haut placées et des responsabilités et, par conséquent, recevraient plus de formation pour devenir des candidates politiques. Beaucoup de ses membres ont réussi à devenir des politiciennes et même des législatrices. Cornelia Wood, par exemple, a été élue députée du Crédit Social en 1940. Elle a lutté pour les droits des femmes, incluant le droit pour les femmes d'avoir les mêmes droits de vote que les hommes aux élections civiques de Medecine Hat. et la même admissibilité aux bénéfices de Loi sur les terres destinées aux anciens combattants pour les femmes des forces armées.

Avec la mort d'Aberhart et la succession au poste de premier ministre de Manning, le rôle des femmes dans le parti a diminué. Beaucoup des puissantes activistes du parti, comme Cornelia Wood, étaient des Douglasites (C'est-à-dire, elles préscrivaient fortement aux théories de Douglas). Quand Manning a purgé le parti de la majorité des Douglasites, beaucoup de femmes, comme Wood, ont réussi à rester; cependant, leur pouvoir a été sévèrement diminué car Manning n'avait pas de patience pour ceux qui promouvait encore la théorie du Crédit Social. Par conséquent, l'activisme de mouvement populaire a décliné partiellement, cela étant dû au déclin général de l'activisme populaire du parti. 

Aucune femme leader puissante de la ligue normale du parti n'a émergé pour remplacer les leaders du vieux mouvement populaire. L'historien Bob Hesketh affirme que cela doit être dû au fait que le parti reléguait le rôle des femmes aux domaines qui étaient en ligne avec ses vertus domestiques. la ASCWA, par exemple, a commencé à focaliser davantage sur les intérêts traditionnels des femmes, tels que les soins de santé et l'assistance sociale. Hesketh déclare aussi que "Quand les femmes du Crédit Social luttaient contre la finance, la menace communiste ou la conspiration des partis politiques d'opposition, leur arme principale semblait toujours être la vente de gâteaux et le bazar." 2 Par conséquent, le rôle de la ASCWA semblait avoir diminué pour devenir une sorte de camarade soumise du parti dominé par les hommes. En addition, il explique comment l'image idéale de la femme du Crédit Social est devenue celle de l'épouse de l'homme du Crédit Social; Mme Ernest Manning en étant l'incarnation. Elle illustrait l'image de la femme nourricière; posée et sereine, elle était dévouée à sa famille et aidait son mari dans sa carrière. Elle a écrit un article intitulé "Politics - A Women's Sphere" pour le magasine du parti provincial Busy Bee dans lequel il n'y avait aucune mention stipulant que la sphère des femmes pouvait inclure de se présenter pour un poste politique.

Au début du 20e siècle, l'Alberta semblait être un terrain prolifique pour l'activisme féminin en politique. Nombre d'activistes notables, incluant les Fameuses cinq, étaient des albertaines qui étaient fortement impliquées dans les partis politiques de l'époque; elles ont joué un rôle important en organisant les partis des mouvements populaires et elles sont devenues députées, utilisant leur position pour lutter pour les droits des femmes et les programmes sociaux. Même si leur activité était encore justifiée en se référant aux notions traditionnelles de la sphère domestique des femmes, elles étaient en train d'effectuer des changements radicaux et obtenir des positions d'autorité inouïes dans la sphère politique. Cependant, vers la mi-siècle, l'activisme féminin dans la politique albertaine a diminué. Elles ont été de plus en plus reléguées à des rôles à responsabilité limitée et la femme politique idéale ne marchait pas sur son propre podium mais restait plutôt derrière les politiciens.

Sources et lectures suggérées:

  • Hesketh, Bob.  "From Crusaders to Missionaries to Wives: Alberta Social Credit Women, 1932-1955."  Prairie Forum 1993 18(1): 53-73.
      

  • Alberta: Home, Home on the Plains -  Une introduction aux premiers établissements de l'histoire de la province. Apprenez sur les divers groupes culturels qui se sont établis au Canada et en Alberta pour y faire leur pays et pour coloniser l'ouest. (En anglais seulement)


 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved