hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:12:40 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


L'Alphabétisme et l'Héritage

par Hazel Flewwelling

Page 1  | 

Un garçon avec un livre. Une engravure par James Agrell Smith, 1970.Sans bibliothèque publique, grandir en tant qu'enfant dans l'Alberta rural des années 1950 aurait été un voyage morne et solitaire. Notre bibliothèque familiale consistait en le journal hebdomadaire local, une Bible, une encyclopédie américaine courante, le Reader's Digest, et un livre de chevet. La bibliothèque de Ponoka, telle qu'elle existait à l'époque, était une créature modeste, née des efforts des femmes d'ancien Ordre impérial des filles de l'Empire.

Grâce à Ruth Larson, une enseignante de première année inspirante, une partie de mon rituel du samedi consistait à arrêter à la bibliothèque située à l'étage de la mairie. Pour moi, c'était une grande escalade qui menait à une petite pièce noire et sombre qui était, malgré tout pour moi, une vraie salle de banquet, un festin dans les terres éloignées de personnages intrigants qui avaient eu des vies fascinantes. D'un sourire accueillant, on m'encourageait à "essayer celui-là" ou "j'ai lu celui-là quand j'avais ton âge." Il me semblait que cette personne avait lu tous les livres de la bibliothèque. Elle était mon guide, ma conseillère, ma héroïne! D'une manière ou d'une autre, cette personne savait instinctivement ce dont j'aurais besoin pour assouvir ma diète littéraire. Il y avait d'amples portions de fables de Aesop, de mythes grecques, de Hans Christian Andersen et des frères Grimm. Il y avait des contes et ballades. Burgess et Carroll sont devenus mes amis, Dickens et Kipling sont devenus mes compagnons de toute une vie. Combien de fois ne suis pas retournée dans le confort d'un livre!

La meilleure récompense pour avoir accompli les tâches était un temps de lecture ininterrompu. Aller se coucher tôt représentait pour moi une opportunité de lire. Grâce aux livres, un long voyage en voiture devenait beaucoup plus court. Pour moi un livre était le meilleur cadeau. Ainsi donc, ma relation d'amour avec les bibliothèques et les livres était avivée prudemment et délibérément par des personnages inconnus de moi, qui partageaient la même passion pour la littérature. Ce qui avait commencé comme une fragile toile d'araignée est devenu comme le câble d'ancrage de ma vie. Enseignante, j'ai partagé cette passion avec mes élèves; en tant que mère, je désirais davantage et de meilleurs livres pour mes enfants. Je voulais de plus grandes et meilleures bibliothèques pour eux. C'est cette passion qui a nourri mon engagement d'administratrice de bibliothèque pendant neuf ans – huit ans en tant que présidente du conseil – et de collectrice de fonds pour la campagne Alphabétisme et Héritage pour l'expansion de la bibliothèque.

Un usage de l'élégant et du solide l'Armoirie de 1913: la murale céramique par l'artiste Shirly Rime, l'entrée de la Red Deer Public Library Link.La bibliothèque publique de Red Deer était une des premières bibliothèques publiques de l'Alberta. Elle a vu le jour en 1914 et était située dans l'ancienne mairie. Pour commémorer le centenaire du Canada, en 1967, on a construit le bâtiment actuel. Pour répondre à la plus grande demande de la population et de la bibliothèque, un deuxième étage a été ajouté en 1977. En 1986, l'usage de la bibliothèque a encore dépassé les capacités du bâtiment. Les mauvaises périodes économiques sont de bonnes périodes pour les bibliothèques. Leur usage s'intensifie et la place devient restreinte, et c'est ce manque d'espace qui a amené le conseil de la bibliothèque à considérer une expansion. Devrions-nous ajouter plus d'étages ou nous étendre sur le parc de la mairie? Une étude de bâtiment a démontré que la manière la plus rentable était de connecter la Bibliothèque du centenaire au vieux manège militaire et de rénover les deux bâtiments. Cela doublerait la taille de la bibliothèque pour seulement 75 % des frais de nouvelle construction, et inclurait la ré-utilisation de l'élégant et solide manège militaire datant de 1913. Le manège militaire, à l'époque, était utilisé comme poste d'incendie # 1, mais le service d'incendie avait l'intention de déménager à une autre place. Cette proposition a résolu un grand nombre de problèmes. Elle fournissait un rez-de-chaussée accueillant pour le département des enfants, un point de circulation unique, un accès pour handicapés à tous les étages de la bibliothèque et un merveilleux auditorium. Le projet, intitulé Alphabétisme et Héritage, coûterait 2.5 millions de dollars. J'ai terminé mes neuf ans d'administratrice de la bibliothèque en assumant le rôle de directrice de campagne, annonçant la campagne de mobilisation de fonds à l'automne 1991.

Un temps pour lire sans interruptions et une passion pour l'alphabétisme, Janvier 1995: Des alliances solides avec la Red Deer Native Friendship Centre et d'autres agences.La bibliothèque a un historique de soutien communautaire enviable. Quand on a choisi un site pour la bibliothèque du centenaire, Charles Snell a fourni 55,000 $ qui étaient nécessaire pour assurer son emplacement proéminent dans le parc de la mairie. Le don a été un don commémoratif pour le souvenir de son épouse, Mabel Besant, une des premières bibliothécaires de Red Deer. La famille Calbraith a augmenté le corpus de livres en 1967 en fournissant une grande collection d'oeuvres sur l'Ouest canadien et son histoire. Alors qu'on était en train de considérer ajouter un deuxième étage pour la bibliothèque, à la fin des années 1970, Norman et Iva Bower ont fourni 250,000 $ pour assurer que le projet se réalise. Notre campagne de fonds, Alphabétisme et Héritage, qui nous a rapporté 2,5 millions de dollars était une bonne opportunité pour la persévération et augmentation du support communautaire. Le bâtiment du manège militaire, vidé en juillet 1991, est devenu un bureau de campagne et un centre de programmation parfaits. La campagne a été un modèle de réseaux et de partage, de fortes relations se sont forgées avec le Red Deer Museum and Archives, le Red Deer Native Friendship Centre, le Red Deer Symphony Orchestra, et biens d'autres organismes. L'Orchestre symphonique de Red Deer a joué une symphonie de zoo pour plus de 1500 enfants; le Lettering Arts Guild of Red Deer s'est joint à nous; et le Native Friendship Centre nous a fourni des plats et pour préparer les repas. Nous avons eu de grandes ventes de livres et ventes de garage. La salle de thé du vieux manège militaire est devenue l'endroit préféré pour prendre le thé.

[suivant>>]

 

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved