hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:12:47 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
AccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Devenir une Infirmière

Liens Rapide

 
Les premières écoles d'infirmières ont ouvert leurs portes dans les années entre 1905 et 1908 à Edmonton, bien que beaucoup de jeunes femmes sont allées aussi hors de la province dans des écoles du Manitoba et de l'Ontario. Les premières écoles étaient réputées pour leur règlement stricte et leurs programmes exigeants. Bien que les conditions d'admission à l'école variaient selon les écoles, elles exigeaient que les candidates soient âgées entre 19 et 35 ans et qu'elles aient complété une formation scolaire de la neuvième à la onzième années. Les candidates devaient fournir des lettres de référence attestant de leur caractère et leur santé. Si elles étaient acceptées, elles suivait un programme de trois ans qui les voyait travailler de longues heures dans les hôpitaux, participer à des conférences, étudier et passer des examens. Les élèves infirmières recevaient peu de rémunérations pour leur travail, si ce n'est rien du tout dans les années 30. Les jeunes femmes étaient souvent en pension dans leur école et le règlement concernant leur attitude durant les heures de cours et en dehors était strict. Cependant, ce règlement s'est assoupli quand les administrateurs ont réalisé que la demande pour les infirmières était forte et ils cherchaient à garder et attirer des élèves infirmières. 

 

Pour les femmes de l'Alberta, il y avait beaucoup d'attirance à devenir infirmière. Comme pour l'enseignement, les soins infirmiers était une des rares professions ouvertes aux femmes qui leur autorisait un avancement professionnel. Les infirmières qui allaient travailler dans les régions rurales éloignées étaient très respectées et appréciées dans les communautés, et celles qui travaillaient dans les hôpitaux urbains avaient l'opportunité de gravir les échelons pour assumer des rôles plus administratifs. L'historienne Kathryn McPherson affirme que les femmes rurales étaient particulièrement attiré par les soins infirmiers. Les écoles d'infirmières visaient souvent ces dernières dans leur campagne de recrutement d'élèves parce que l'on croyait qu'elles étaient plus résistantes et mieux préparées pour subir trois années de dur labeur, et elles aussi considérées plus morales car ayant grandi loin des vices de la ville. 

 

Pour les femmes rurales, les soins infirmiers sont devenue une option encore plus attractive dans les années trente quand la Dépression a frappé. McPherson cite que les opportunités pour les femmes des régions rurales ont diminué à cette époque car le travail de la ferme n'était certainement pas aussi profitable, et les femmes devenant des cols blancs étaient accusées de prendre la place des hommes. Les soins infirmiers, par contre, étaient une exception; alors que les possibilités d'emplois dans les autres secteurs diminuaient dans les années 30, la demande pour les infirmières a augmenté. Les femmes appréciaient le fait que les soins infirmiers promettaient une chambre gratuite pour trois ans. De plus, comme la plupart des femmes rurales devaient quitter leur maison et communauté pour déménager dans les centres urbains, ceux ci promettaient une plus grande indépendance et une ouverture sur le marché du travail urbain qui était de plus en plus considéré plus profitable que le travail en milieu rural. Les soins infirmiers ont permis à beaucoup de femmes de voyager à travers la province, le pays ou même à l'étranger, et leur a offert la possibilité de choisir de travailler en milieu urbain ou rural.

 

Sources:

  • Boutilier, Beverly.  "profession infirmière Nation Builders: The 'Council Idea," Western Women, and the Founding of the Victorian Order of Nurses for Canada, 1896-1900."  Telling Tales.  Eds. Catherine Cavanugh and Randi Warne.  Vancouver: University of British Columbia Press, 2000.
     

  • Byfield, Ted.  Ed.  Alberta in the 20th Century.  Vol. 2.  Edmonton: United Western Communications, 1992.
     

  • McPherson, Kathryn.  "'The Country is a Stern Nurse': Rural Women, Urban Hospitals and the creation of a Western Canadian profession infirmière Work Force, 1920-1940." ?
     

  • Quiney, Linda J.  "'Hardly Feminine Work!' Violet Wilson and the Canadian Voluntary Detachment Nurses of the First World War."  Framing Our Past.  Eds. Sharon Cook, et al.  Montreal: McGill University Press, 2001.

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved