hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:12:52 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
Les Femmes de la Tremblaie: Images du Centre de l'Alberta Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
anglais / FrançaisAccueilLe ProjetRecherchePlan du SiteNous RejoindreCréditsEdukits

Les Femmes
Paysage Social
La Région

Recherchez les artefacts de la Tremblaie
 
Visite Alberta Source!

Heritage Community Foundation.


Sports

Liens Rapide

 
Comme dans beaucoup d'endroits ailleurs, les sport se sont développés comme domaine masculin. Les qualités qui était supposées faire un bon athlète, telles que la force, l'endurance, la discipline et l'agilité mentale, étaient considérées masculines. Les garçons et les hommes étaient encouragés à participer à des sports collectifs parce que ces sports leur enseignait l'esprit sportif, leur fournissait une porte de sortie pour leur débauches d'énergie et étaient nécessaires pour la santé physique et mentale du mâle. D'un autre côté, on décourageait les filles et les femmes de pratiquer des sports; les sports de contact, en particulier, étaient considérés dangereux pour la féminité et la santé de reproduction. Si les femmes participaient aux sports, l'on croyait qu'elles devaient seulement le faire dans des sports sexuellement ségrégués. Par exemple, en 1914, l'Amateur Athletic Union of Canada (Qui était l'organisme gouvernant les sports au Canada principal) a réglementé que les femmes ne pouvaient compétitionner dans les sports amateurs que si elles s'affrontaient entre elles. L'on pensait également que les femmes devaient se limiter à des sports respectables et sans contact, tels que le tennis et le curling.

Pour une grande part, ces attitudes n'ont pas ennuyé la majorité des femmes avant la Première Guerre mondiale. Jusqu'à cette date, les femmes n'avaient pas le temps ou les moyens de participer à des sports collectifs. Le sport était une activité de loisir majoritairement réserv. aux membres de la classe supérieure qui n'étaient pas surchargés de travail constant. Cependant, après la Première Guerre mondiale, la situation a commencé à changer rapidement, de plus en plus de femme, spécialement de la classe moyenne, commençant à pratiquer le sport. L'urbanisation et les nouvelles technologies ont libéré beaucoup de femmes du travail de la ferme et du foyer et leur a permis d'avoir plus de temps de loisirs. Également, les écoles, que les femmes fréquentaient de plus en plus, organisaient des équipes sportives masculines et féminines. Les églises, aussi, sponsorisaient les sports collectifs et des championnats pour les femmes. Après tout, l'Alberta était considérée être une place où l'environnement créait des hommes et des femmes en bonne santé. Les fermières, particulièrement, désapprouvaient toutes théories qui excluaient les femmes de telles activités en raison de leur soi-disant manque de force et d'énergie.

Certains sports ont commencé à devenir particulièrement populaire pour les femmes. Beaucoup de femmes se sont mises à la balle molle, par exemple, jouée avec une plus grosse balle et à rythme plus lent que le base-ball. La balle molle exigeait un plus petit losange que pour le base-ball et un équipement relativement honnête, et résultat, de nombreuses communautés locales, écoles, et branches de la YWCA ont organisé des équipes féminines. Le curling féminin a aussi gagné en popularité rapidement, le premier bonspiel féminin ayant lieu juste avant la Première Guerre mondiale, C'était un des premiers sports en Alberta, avec le tennis et le golf, à autoriser des équipes mixtes.

Les femmes ont aussi commencé à pratiquer des sports traditionnellement réservés aux hommes, tels que le basket-ball et le hockey. Le Commercial Graduates Basketball Club, par exemple, une équipe féminine d'Edmonton, a remporté le titre mondial aux Jeux olympiques de 1924. Les joueuses étaient fières de montrer "à des milliers de gens que l'Alberta, et particulièrement le région d'Edmonton, produit le type de femmes canadiennes les plus fines."[Useful 129] Comme les communautés construisaient des patinoires, les femmes se sont mises aussi à former des équipes de hockey. L'équipe féminine de hockey de Red Deer, les Amazones est devenue une source de fierté pour la communauté en gagnant deux titres de championnes provinciales.

Le sport demeure encore aujourd'hui un domaine fortement dominé par les hommes. Les athlètes masculins et les équipes sportives reçoivent généralement plus de financement et de couverture médiatique. De même, les équipes mixtes ne sont pas encore autorisées pour tous les sports, la croyance étant que les femmes ne peuvent pas compétitionner avec les hommes. Cependant, les Albertaines ont balayé beaucoup des perceptions traditionnelles. Une fois libre des contraintes de leur travail, elles ont pratiquer des sports en grand nombres, formant des équipes performant au niveau national et mondial. 

 

Source:

  • Wetherell, Donald and Irene Kmet. Useful Pleasures: The Shaping of Leisure in Alberta 1896-1945. Edmonton and Regina: Alberta Culture and Multiculturalism/Canadian Plains Research Center, 1990.

 

  
Précédent
Haut

Droit d'auteur © 2002 Heritage Community Foundation tous droits réservés


Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on women and Western settlement, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved