hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:46:38 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Top Left Corner

Top Right Corner

Top Right Corner
Home Top English | Français Sitemap Search Partners Help
Home Bottom
  • Home
  • Land of Opportunity
  • Settlement
  • Rural Life
  • Links
  • Resources
  • Contact Us!
  • Heritage Community Foundation
  • Heritage Community Foundation Logo

Le Heritage Trails sont présentés de courtoisie CKUA Radio Network et Cheryl Croucher

CKUA Radio Network logo

Visit Alberta Source!

Government of Alberta

Government of Canada

 

Les colons chinois

En 1849, les nouvelles à propos de la ruée vers l'or californienne balayent Guandong, précipitant presque un siècle d'immigration de masse vers l'hémisphère occidental. Vers 1851, plus de 25 000 Chinois tentent leur chance dans la Californie alors ingouvernable. La plupart sont des chercheurs d'or mais peu font de solides découvertes. Beaucoup décident qu'il y a un futur partout pareil en Amérique du Nord qu'ils appellent Gum Shan (La montagne d'or), terme encore utilisé aujourd'hui. La plupart espèrent accumuler assez d'économies pour prendre leur retraite confortablement et devenir des personnes âgées respectées dans leur village natal.

Pendant qu'ils sont à l'étranger, les hommes envoient régulièrement de l'argent à leurs familles qui dépendent bien souvent de cette assistance pour payer les coûts de la vie, c'est-à-dire, pour assurer leur propre survivance.

En 1862, le gouvernement fédéral des États-Unis autorise la construction d'un chemin de fer transcontinental. Deux compagnies, l'Union Pacific et le Central Pacific, reçoivent des commissions pour construire le chemin de fer. À court de main d'œuvre, le Central Pacific embauche des milliers de Chinois.

Des hommes de section chinois sur des chariots, Chemin de fer Canadien Pacifique, ca.1886. Les hommes s'avèrent être très fiables, et des manœuvres industrieux qui bravent stoïquement les dures conditions climatiques et le terrain dangereux. Un jour, à la suite d'un pari de la part d'un des partenaires, une équipe chinoise pose plus de seize kilomètres (10 miles) de rail. «Cela a été un achèvement qui n'a jamais été égalé ni approché, même par les méthodes modernes aux États-Unis.». La main d'œuvre chinoise est si accomplie que les compagnies de chemins de fer Pacifique du Sud-Ouest et Pacifique du Nord-Ouest comptent considérablement sur les Chinois pour construire leurs voies ferrées.

Durant l'année du point culminant de la construction du chemin de fer (1883), 6000 à 7000 Chinois travaillent sur diverses voies en même temps. Les hommes établissent leurs propres camps, apportent et préparent leur propre nourriture, et sont très mobiles et indépendants. Ils osent sans crainte affronter des sections traîtresses du Gouffre de la rivière Fraser - sans leur travail, la construction du chemin de fer aurait pris beaucoup plus de temps à se réaliser. On estime que 1500 Chinois sont décédés durant leur travail, endettant ainsi pour toujours le Canada envers ses citoyens chinois.

La deuxième vague d'immigration chinoise au Canada se réalise dans les années 1880 quand des travailleurs chinois arrivent au pays pour construire les sections de la Colombie-Britannique du Canadien Pacifique (CPR). L'entrepreneur Andrew Onderdonk s'arrange pour faire venir 10 000 Chinois au Canada: certains viennent des États-Unis, mais la majorité arrive directement de Chine à bord de vaisseaux affrétés.

Quand le CPR est complété, une sérieuse récession commence dans la province du Pacifique; elle assomme l'économie et affecte désagréablement la population active partout à travers la province. Dans des camps improvisés le long de la voie du chemin de fer, beaucoup de Chinois au chômage endurent un dénuement et une malnutrition extrêmes pendant des mois. Fuyant de telles conditions, ceux qui ont fait assez d'économies retournent chez eux, en Chine, par bateau; beaucoup d'autres rejoignent les quelques quartiers chinois de la Colombie-Britannique, à la recherche des nécessités d'existence de leurs compatriotes.

C'est lors de cette époque difficile qu'un nombre de Chinois entreprenants ont traversé les montagnes plus à l'est pour débuter une nouvelle vie aux Territoires du Nord-Ouest.

Repris de Moon Cakes In Gold Mountain: From China to the Canadian Plains de Brian Dawson avec l'aimable autorisation de l'auteur. (Traduction de l'original)

[Retour] [De nouvelles communautés] [Des Albertains aventureux] [Premières nations et colons]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the history of settlement in Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.