hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:47:50 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Top Left Corner

Top Right Corner

Top Right Corner
Home Top English | Français   Sitemap Search Partners Help
Home Bottom
  • Home
  • Land of Opportunity
  • Settlement
  • Rural Life
  • Links
  • Resources
  • Contactez-nous!
  • Heritage Community Foundation
  • Heritage Community Foundation Logo

Le Heritage Trails sont présentés de courtoisie CKUA Radio Network et Cheryl Croucher

CKUA Radio Network logo

Visit Alberta Source!

Government of Alberta

Government of Canada

 

Le convoyage des bestiaux

Équipe du grand rassemblement, Walrond Cattle Ranch, ca. 1890. Puisque le bétail est souvent acheté dans les grands ranchs du Montana ou encore plus loin, l'on doit conduire les bêtes à travers des miles de montagnes et de plaine avant d'atteindre le sud de l'Alberta. Généralement le train suit le même trajet que les premiers traiteurs de fourrures et explorateurs. Éventuellement nommé Macleod Trail (chemin Macleod), la partie en amont du Great North Trail (chemin du grand Nord) va de Ft. Benton, Montana, en direction nord ouest,passant la frontière près de Coutts, dépasse Lethbridge, jusqu'à Ft. Macleod.

Cavaliers du rassemblement, Cochrane, Alberta, ca 1890-1893. Idéalement, le processus du convoyage des bestiaux est bien organisé: le chef de file monte à cheval en tête et surveille pour voir s'il y a du danger ou des trous d'eau, à l'occasion tournant autour du troupeau pour être sûr que tout va bien. Il contrôle ses hommes à l'aide de signes de main et de son chapeau. De chaque côté du troupeau se trouvent les guides qui dirigent le bétail sur le chemin. Deux autres cavaliers - la balance et le flanc - s'assurent que le troupeau se déplace en colonne étroite, tandis que les traîneurs, assumant la position la moins populaire, poussent les bestiaux les plus lents vers l'avant dans un nuage de poussière qui s'élève derrière le troupeau. Lors des convois du printemps, un chariot suit les animaux, ramassant les veaux nés le long du chemin. Le «dresseur» est responsable du remuda, un groupe de chevaux supplémentaires qui suit le bétail. Il semble que l'acheminement des bestiaux était aussi épuisant pour les chevaux que pour les hommes.

Au début, le troupeau doit être mené rudement afin que les bestiaux s'habituent à la vie sur le chemin et soient fatigués la nuit venue. Après quelques jours, le rythme décroît, le troupeau se mettant dans l'ordre de marche - quelques fois avec un bouvillon ou un taureau intrépide à sa tête, qu'il va maintenir tout au long du trajet, marchant en moyenne douze à treize miles par jour.

La routine de ces convois est stable: premièrement il y a le petit-déjeuner matinal des cow-boys et quelques heures de pâture pour les bestiaux. Puis le convoi se met en route et s'arrête à midi, ce qui est suivi de quelques heures de pâture avant la poussée finale jusqu'à la tombée de la nuit. Avant le coucher du soleil, le patron donne le signal pour que les bestiaux soient préparés à passer la nuit sur le gîte de nuit et les vachers de nuit font ensuite leur travail de surveillance.

Camp du rassemblement et cantine, autour de High River, Alberta, 1892. Cuisinier, Charlie Lehr. La tombée de la nuit est un moment particulièrement dangereux car il est difficile de voir le troupeau dans la noirceur. Dans le cas où les bestiaux piétinent, effrayé par le tonnerre, ou dans d'autres circonstances inhabituelles, les cow-boys doivent tourner en rond au tour de la multitude de bestiaux affolés en espérant ramener ses meneurs. Si cela ne marche pas, l'on doit faire feu avec son pistolet,

visant près de la tête des animaux meneurs pour les faire revenir. Rassembler le troupeau dispersé partout sur le terrain peut alors prendre beaucoup de temps.

[Retour] [Homesteading et agriculture]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the history of settlement in Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.