hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:47:53 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Top Left Corner

Top Right Corner

Top Right Corner
Home Top English | Français   Sitemap Search Partners Help
Home Bottom
  • Home
  • Land of Opportunity
  • Settlement
  • Rural Life
  • Links
  • Resources
  • Contactez-nous!
  • Heritage Community Foundation
  • Heritage Community Foundation Logo

Le Heritage Trails sont présentés de courtoisie CKUA Radio Network et Cheryl Croucher

CKUA Radio Network logo

Visit Alberta Source!

Government of Alberta

Government of Canada

 

Les cow-boys

Cavalier avec un cheval dans le sud de l’Alberta, 1890.

On a caractérisé les cavaliers ou "cowboys" typiques du sud de l'Alberta comme étant jeunes, farouches et sous-payés. Beaucoup de jeunes hommes, en provenance bien souvent des pâturages des États-Unis, espèrent un jour acquérir leur propre ranch avec l'argent qu'il gagnent en tant que cavaliers, mais s'ils réussissent ce n'est pas seulement grâce à leur salaire. Comme les rapports du Ranch Cochrane le montrent, en 1885, le salaire moyen d'un cow-boy est de quarante dollars par semaine, trois fois moins que le salaire d'un contremaître de ranch et même inférieur à celui du comptable ou cuisinier du ranch.

Et s'il est résistant, ses vêtements le sont tout autant. Tous les vêtements et l'équipement du cow-boy ont des fonctions spécifiques sur les pâturages. Il porte un lourd caleçon de laine pour le protéger du froid, une chemise de laine durant l'hiver et sans doute une chemise en coton en été, et un pantalon solide en serge ou en denim. Ses jambières - tout d'abord ayant la forme d'un cigare qui seront remplacées ensuite par les «jambières à agrafes» bien plus pratiques - protègent ses jambes des broussailles et des brûlures causées par la friction du lasso ou autres éraflures. Les «chaps de pelisse» sont des jambières recouvertes de fourrure d'angora pour l'hiver. Il porte une veste en cuir aux multiples poches pour contenir le tabac, les allumettes, un couteau et autres outils de nécessité. Parfois, il porte aussi une chemise ou veste en daim très prisée, fabriquée par des artisans autochtones. Son chapeau est un élément essentiel de sa tenue puisqu'il le protège de la pluie, de la neige et du soleil, et il peut protéger son visage de la poussière grâce au bandeau qu'il porte autour de son cou. Les bottes de cow-boys sont faites pour monter à cheval: la pointe du pied est pointue afin qu'elle puisse s'engager dans l'étrier facilement, tandis que les talons surélevés empêchent son pied de glisser. Une arme de poing à six coups ou «revolver» comme les cow-boys l'appellent, n'est pas aussi commune ou mortelle sur les pâturages que l'on pense généralement. L'usage du revolver est avant tout plus utile pour ramener le bétail affolé durant une ruade ou pour tuer les prédateurs ou les animaux blessés.

Cavalier visant une carabine, possiblement sur le ranch Minor Brothers, près de Medicine Hat, Alberta.

En fait, l'accessoire le plus essential pour le cow-boy, c'est son cheval. Le cow-boy, après tout, est un cavalier, et il n'y a pas d'autre moyen pour lui que de monter à cheval pour contrôler le bétail sauvage qui est effrayé par la vue d'un homme à pied, ou pour contrôler un troupeau d'animaux en ruade. Deux ou trois chevaux sont généralement nécessaires pour compléter une journée de travail, parce que les tâches sont énergiques et les chevaux ne sont pas racés pour l'endurance. Les «dresseurs de chevaux sauvages» sont de braves cavaliers qui sont spécialisés à maîtriser les chevaux sauvages pour le ranch.

Cavalier sur un cheval sauvage, sud de l\’Alberta, ca. 1886-1894.

Le travail du cow-boy est saisonnier, et quand il n'est pas employé au convoyage ou au rassemblement du bétail, il peut s'attendre à accomplir différentes tâches relatives au ranch et au bétail. Bien que l'activité durant l'hiver est moindre et que de nombreux cow-boys trouvent des emplois en ville, le cavalier peut s'attendre à devoir briser la glace des trous d'eau ou, quelques années plus tard, fournir du foin aux animaux quand la neige rend la pâture impossible. Si l'hiver est particulièrement rigoureux, le foin emmagasiné vole à la dérive à cause du vent, s'entassant sur les clôtures, et le cow-boy peut risquer la gelure lors des missions de recherche et de sauvetage. Au printemps, les cow-boys participent au vêlage et au marquage d'oreille des petits veaux afin qu'ils soient identifiés plus facilement. Cependant, un cow-boy typique passe ses journées de congé en ville. Là, il y trouve de la chaleur humaine et de la compagnie dans un bar ou un bordel qui le soulagent d'une vie rude et solitaire sur les pâturages.

Pour écouter les Chemins du patrimoine , vous avez besoin du lecteur RealPlayer, disponible gratuitement sur le site de RealNetworks: Cliquez ici pour télécharger le RealPlayer de Real Networks.
  • Le ranch Bar U: La vie des cow-boys - Découvrez les différents types d'hommes vivant sur un ranch tel que Bar U, des cavaliers aux garçons de corvées!
    (disponible en anglais seulement)
    Lire | Écouter
  • Le ranch Bar U: Vie d'un cow-boy - Écoutez Simon Evans expliquer les conditions de vie pour les cavaliers au ranch Bar U, et sachez en plus sur Charlie Miller, le fameux cow-boy.
    (disponible en anglais seulement)
    Lire | Écouter
  • Le ranch Bar U: Les cow-boys autochtones - Les Premières nations ont grandement contribué au succès des ranchs tels que Bar U.
    (disponible en anglais seulement)
    Lire | Écouter

Sujets apparentés:

[haut] [Retour] [Homesteading et agriculture] [suivant]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the history of settlement in Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.