hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:48:03 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Top Left Corner

Top Right Corner

Top Right Corner
Home Top English | Français   Sitemap Search Partners Help
Home Bottom
  • Home
  • Land of Opportunity
  • Settlement
  • Rural Life
  • Links
  • Resources
  • Contactez-nous!
  • Heritage Community Foundation
  • Heritage Community Foundation Logo

Le Heritage Trails sont présentés de courtoisie CKUA Radio Network et Cheryl Croucher

CKUA Radio Network logo

Visit Alberta Source!

Government of Alberta

Government of Canada

 

Glossaire: La vie rurale

L'ensemencement à la volée: À ses débuts, l'agriculture est un processus intensif laborieux. Parce que les premiers colons ne disposent pas de machines mécanisées, ils doivent ensemencer leurs récoltes manuellement. L'ensemencement à la volée consiste à disperser ou semer largement les graines de la main.

Canadien Pacifique:Premier chemin de fer transcontinental connectant les côtes de l'Atlantique et du Pacifique. En 1872, le Canadien Pacifique Limitée est mandaté par le parlement d'Ottawa comme étant la réponse à une promesse faite à la Colombie-Britannique de construire une chemin de fer pacifique dans les dix années suivant l'entrée de la Colombie-Britannique dans la confédération canadienne. Bien que la ligne ferroviaire va connaître des scandales et des manques de fonds, le dernier effort est conduit par Donald Smith, Lord Strathcona. Vers le milieu de l'année 1886, des trains circulent régulièrement vers la côte pacifique, permettant ainsi à Vancouver d'émerger comme étant le nouveau terminus de la côte ouest. Dans les années qui suivent, le Canadian Pacifique transporte des colons et des marchandises au travers des plaines de l'Ouest et de l'Ouest lointain, entre ses produits en bourse, et prospère de la vente de ses terres et du trafic grandissant de l'Ouest.

Marquant du bétail dans un corral durant un rassemblement général, contreforts de l\’Alberta. ca. 1893 Liste des marques à bétail des Territoires du Nord-Ouest, 1882. Marquage du bétail:La pratique du marquage des chevaux est importé en Amérique du Nord au 16ième siècle pat le conquérant espagnol Hernán Cortés. Au début, le marquage consiste à brûler (marquer) la peau d'une bête au fer rouge d'un sigle facilement reconnaissable ou pour d'autres buts. De nos jours, le marquage est plus souvent réalisé par des produits chimiques ou des tatouages, peinture, perçages d'oreille ou autres formes de graffitis. Utilisé principalement comme moyen d'identification et de preuve de propriété, le marquage est aussi utilisé comme témoignage de qualité du bétail. Dans de nombreux endroits à travers les États-Unis et le Canada, l'enregistrement des marques est requit par la loi, et altérer une marque est un crime puni par la loi.

Un cavalier à cheval sur un ranch du sud de l’Alberta, ca. 1880. F.C. Inderwick était le propriétaire du ranch North Fork ou Inderwick dès les débuts 1880 à 1888. Nous le voyons ici vétu de jambières en cuir avec un pistolet dans l’étui sur sa ceinture. Il tient un fouet. Cow-boy: C'est généralement un employé de ranch qui est doté de qualités propres à l'élevage, telles que le dressage d'animaux sauvages, le rassemblement des bestiaux, la prise au lasso, et l'équitation, et qui a une grande connaissance des chevaux. Beaucoup de cow-boys canadiens sont venus des plaines des États-Unis, tandis que d'autres étaient issus de la classe moyenne supérieure britannique. La plupart était employés dans les ranchs du sud et prenaient part au rassemblement annuel du bétail. L'image du cow-boy a été largement idéalisée par Hollywood au cours du vingtième siècle qui lui a attribué l'image d'un type rude et dur paré de jambières de cuir, muni d'un fusil à six coups à sa ceinture, et bien sûr son chapeau de cow-boy. Autant que leur réalité, le mythe des cow-boys est devenu le symbole de l'esprit et de la vie de l'Ouest.

Fleau- les fléaux étaient faits à la main de batons de peuplier ou de saules enlacés de lanières de cuir. Le grain était séparé de la balle en tenant le bout plus long et frappant le grain avec le bout court. On peut voir des fléaux comme celui-ci au Ukranian Cultural Heritage Village. Fléau: Outil utilisé par les premiers colons pour séparer les graines des tiges. Le fléau est constitué d'un long manche en bois et d'un battoir en bois reliés entre eux par une courroie de cuir. Le batteur soulève haut le long manche et abaisse horizontalement le battoir afin de frapper fortement les gerbes gisant sur l'aire de battage.

Hersant une terre dans la région d’Amethyst, Alberta, ca. 1926. Herse:Outil agricole tracté par un ou plusieurs animaux utilisé pour remuer, pulvériser, mettre à niveau et arracher les mauvaises herbes du sol. La herse typique est constituée d'un cadre triangulaire muni de denture d'acier ou de bois couvrant une superficie de sol de quatre à six pieds et une saillie de six à sept pouces. Les premières herses ont été complétées par des charrues et des sarcleuses.

Homestead: (Lot de colonisation ou bien familial):Une maison de ferme qui est située sur la terre occupée par un propriétaire, entourée de ses dépendances, exempte de saisie ou de vente forcée pour cause de déficit. Sous les termes de la Loi des terres fédérales, la "Demeure permanente" et toutes les dépendances de ferme étaient considérées être le Homestead.

Homesteader: colon ou groupe de personnes vivant et travaillant sur un homestead. De nombreux immigrants qui sont venus au Canada sont devenus des homesteaders.

La Compagnie de bétail du Nord-Ouest: Entre 1891 et 1902, Fred Stimson et la Compagnie de Bétail du Nord-Ouest pratiquent l'élevage sur les grands pâturages libres. Alors que Stimson ajoute graduellement des bâtiments, des corrals et des clôtures, et s'adapte aux circonstances changeantes la Compagnie de bétail du Nord-Ouest devient bientôt le ranch Bar U, l'un des plus grands ranchs à succès de l'histoire de l'Alberta. De 1902 à 1925, le ranch atteint une réputation internationale en tant que centre d'élevage d'excellence pour les bestiaux et chevaux purs-sangs percherons sous la direction de George Lane et des ses associés. Alors que la plupart des grands ranchs des années 1880 disparaissent peu à peu, le ranch Bar U a survécu, et cela jusqu'à aujourd'hui. Cette longue histoire et les structures datant de la fin du dix-neuvième siècle et début vingtième fournissent un lien direct avec les premiers pas de l'élevage en Alberta.

Police à cheval du Nord-Ouest: Précurseur de la Gendarmerie royale du Canada, (Police montée) la Police à cheval du Nord-Ouest est formée en 1873 pour aider à restaurer l'ordre dans les territoires de l'Ouest canadiens nouvellement acquis. Après que le gouvernement canadien ait racheté la terre de Rupert de la Compagnie de la baie d'Hudson, en 1869, les territoires non contrôlés sont vite infiltrés par des trafiquants de whisky américains qui causent de grandes perturbations en échangeant de l'alcool pas cher pour des fourrures avec les autochtones. À l'origine, la force comprend 300 hommes qui viennent dans l'Ouest du Manitoba et installe son premier fort à Fort Macleod dans la région qui est aujourd'hui le Sud albertain. Une fois l'ordre restauré, la force patrouille la frontière, maintient la paix dans la région, supervise l'extension ouest du Canadien pacifique et aident les vagues de colons à s'ajuster à leurs nouvelles terres dans l'Ouest. En 1920, la force devient nationale et son nom devient la Gendarmerie royale du Canada.

Défrichement de la prairie à la charrue tirée par des chevaux,région de Carstairs, Alberta, ca. 1926. Charrue: La charrue tractée par animaux est sans doute l'outil agricole utilisé par les premiers colons le plus important. Elle est utilisée pour creuser la terre afin de la rendre plus souple et meilleure pour la culture. La majorité des charrues sont tirées par une équipe de chevaux ou bœufs et sont équipées d'une lame pour trancher le sol, du coutre pour former le sillon et de l'oreille du soc qui donne la forme au sillon.

Hommes de rémission: Lors de la fin des années 1880, le gouvernement britannique a commencé à exiler des hommes ayant commis des «indiscrétions». De tels hommes sont souvent exilés au Canada où ils vivent de l'argent envoyé par leur famille du pays natal. Ces «hommes de rémission» sont généralement issus de la classe moyenne et sont bien éduqués. Beaucoup d'entre eux trouvent du travail dans les fermes d'élevage et deviennent une partie proéminente du décor social de l'Ouest canadien durant le quart de siècle précédant la Première Guerre mondiale.

Équipe du grand rassemblement, Walrond Cattle Ranch, ca. 1890. Rassemblement: Activité centrale dans le cycle du travail de l'élevage. Le rassemblement du printemps est généralement le plus important et comprend plusieurs étapes. Premièrement, les cavaliers se réunissent à un certain endroit, chaque ranch envoyant une équipe de cow-boys. Certains cavaliers sont employés en supplément et sont payés à la journée pour aider les employés permanents des ranchs lors des rassemblements. Une fois les bestiaux rassemblés, les cow-boys les trient selon leur appartenance à tel propriétaire pour le marquage au fer, le marquage d'oreille et les soins médicaux. Des plus petits rassemblements ont lieu en septembre pour réunir les veaux nouvellement nés et séparer les veaux nés au printemps du sevrage de leur mère. Les animaux arrivés à maturité sont aussi retirés du ranch pour être envoyer à l'abattage en automne. Les coutumes et techniques de rassemblement sont transmises du Mexique vers les États-Unis, puis vers le Canada.

Voleur de bétail (Rustler): Les termes anglais «Rustler» et «Rustling» ont plusieurs sens dans les ranchs de l'Ouest. Les bestiaux et les chevaux qui fourragent bien sont appelés «rustlers», c'est-à-dire qu'ils peuvent pâturer sur des terres de faible rendement. Un dresseur de chevaux ou un cuisinier de camp peut aussi être appelé ainsi, mais le terme le plus en usage désigne un voleur de bétail.

Faux. Les faux servaient à couper l’herbe et le foin. Cet artifact fait partie de la collection de l’Alberta Community Development Historic Sites. Faux: Outil agricole manuel utilisé par les premiers colons. La faux est constituée d'une longue lame simple et d'un long manche courbés. Elle est utilisée par les premiers colons pour faucher l'herbe et moissonner les récoltes.

Vue de des champs de grain avec le blé mis en moyette ou stooks, 1911. Meule: Une fois moissonnées, les épis de grain sont ensuite attachés en gerbes ou meules qui sont érigées dans le champ pour qu'ils sèchent proprement.

Chariot chargé de bottes de grain pour la moisson, Cumbraie Ranch, Burdette, Alberta, 1912. Battage: Une fois les récoltes moissonnées et bien séchées, les fermiers doivent ensuite séparer le grain de la balle, procédé étant nommé le battage. Souvent, les fermiers constituent des équipes entières de batteurs pour participer à cette tâche.

[Retour] [Homesteading et agriculture] [suivant]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the history of settlement in Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.