<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:52:23 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

La traite des fourrures

Pour lire les transcriptions des Chemins du patrimoine, cliquer sur l'icone"Lire". Pour écouter, cliquer sur l'icone "Écouter".

Ceci est la conception de Fort Victoria par un artiste.

En se baladant aujourd'hui dans un magasin de la Compagnie de la Baie d'Hudson's il est difficile de trouver des vestiges du legs de la traite des fourrures qui a donné forme à la nation et établi la plus vieille corporation de commerce du monde. La traite des fourrures est venue au Canada comme résultat d'une économie simple d'offre et de demande. Durant les 17ème, 18ème et 19ème siècles, la demande en Europe pour les fourrures était une affaire de tendance de mode vestimentaire. La pelleterie la plus recherchée était le castor, Salle de traite au Fort Whoop-Up. parce que sa fine couche de fourrure pouvait être utilisée pour faire des chapeaux et des parures des plus stylés à cette époque. La quête pour de telles riches pelleteries s'intensifiant, les traiteurs de fourrures sont de mieux en mieux organisés et se voient de se déplacer de plus en plus loin de la Baie d'Hudson pour acquérir cette commodité lucrative. Initialement, la compagnie de traite de la Baie d'Hudson essaye d'inciter les autochtones de l'Ouest à apporter les fourrures à leurs postes de l'Est, tels que Fort Charles, Fort Nelson, Moose Factory et Fort Churchill pour les échanger contre une variété de provisions européennes, cependant cela ne fonctionne pas aussi bien qu'ils le pensaient. À la fin du 18ème siècle, la Compagnie de la Baie d'Hudson commence à construire des postes partout à travers la Terre de Rupert.

Palissade du Fort Calgary. La vie des employés de la compagnie n'est pas facile. La majorité sont d'ascendance européenne ou mixte européenne et autochtones. Ils doivent faire le difficile déplacement dans l'Ouest avec leurs familles, souvent dans des régions isolées où il y a peu d'hommes blancs, des conditions météo difficiles et pas d'autres aménités. Cependant, c'est autour de ces postes avancés de traite des fourrures que beaucoup des villes modernes d'aujourd'hui se sont développées. Alors que d'autres colons et aventuriers se déplaçaient dans l'Ouest, ils ont eu tendance à graviter vers ces mêmes régions, bâtissant des écoles, églises et autres entreprises pour subvenir à leurs familles. Au 19ème siècle, le système de la traite des fourrures est bien installé à travers le Canada et est devenu le système d'échange et de commerce principal, durant jusqu'au tournant du 20ème siècle, aidant à ouvrir l'Ouest et à construire un pays.

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.