<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:52:26 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

Missionnaires en Alberta

L'église unie de Morley, Morley Alberta (1921).

Les traditions orales, les preuves archéologiques et les premiers écrits fournissent tous des preuves nettes que la spiritualité jouait un rôle primordial dans les cultures des Premières nations de l'Ouest canadien au moment de leur premier contact avec le nouveau monde. Il est impossible de faire un simple résumé de la complexité et de la variété de ces croyances mais des commentaires tels que « la religion n'a pas encore commencé à illuminer les Indiens du nord » (qui se retrouvent dans les publications de Samuel Hearne) sont manifestement faux. Les observateurs européens, pour leur part, ont peu compris la portée des histoires, des rites, des symboles et des pratiques religieuses dont ils ont étés témoins.

Illustration artistique de traiteurs naviguant sur les nombreuses voies navigables (les En conséquence, les traiteurs de fourrures avaient tendance à percevoir les croyances spirituelles comme étant des superstitions et ne prêtaient pas attention aux leaders spirituels autochtones. La plupart des traiteurs de fourrures, ainsi que les compagnies qu'ils desservaient, avaient peu d'intérêt en ce que croyaient leurs partenaires commerciaux. Ainsi, très peu d'entre eux ont démontré un effort concerté de répandre le christianisme d'une façon ou d'une autre à qui que ce soit. De temps en temps, certains officiers en charge de poste de traite ont su organiser des cérémonies religieuses pour leurs employés et la Compagnie de la Baie d'Hudson a même envoyé des livres de réflexion et de prières à quelques postes de traite d'importance. Pour la plupart toutefois, les traiteurs de fourrures ont démontré peu d'intérêt en matière d'œuvre missionnaire jusqu'au début du 19e siècle.

Les La Vérendrye ont amené des aumôniers vers l'ouest à leurs postes de traite à compter de 1730, mais les archives qui nous sont parvenues ne suggèrent pas que ces prêtres catholiques aient eu beaucoup de rapport avec les Premières nations. Lorsque les Britanniques s'emparèrent de la ville de Québec en 1759-60, cela annonça la fermeture des postes de traite des Français du Nord-Ouest et pendant plus de 50 ans aucun missionnaire chrétien ne s'est aventuré à l'ouest des Grands Lacs.

Chariot de la rivière Rouge à la chapelle du père Lacombe. La fondation de la Red River Settlement (l'établissement de la Rivière Rouge) en 1812 a mené certaines personnes à suggérer que les colons ainsi que les autochtones auraient besoin d'instruction religieuse. En 1818 deux prêtres catholiques, le père Provencher et le père Dumoulin, ont été envoyés à Red River (la Rivière Rouge) et en 1820, ils ont été rejoints par John West, un membre du clergé anglican. Ce premier effort missionnaire était surtout dirigé aux colons et aux employés de la Compagnie de la Baie d'Hudson ainsi qu'à leurs familles et cet effort a continué d'être une composante importante des activités missionnaires dans l'Ouest canadien tout au long du 19e siècle. West et Provencher se sont tous les deux intéressés au travail évangélique auprès des groupes autochtones, et en peu de temps ce travail est devenu l'intérêt principal des missionnaires.

...cont'd

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.