<
 
 
 
 
×
>
hide You are viewing an archived web page, collected at the request of University of Alberta using Archive-It. This page was captured on 18:52:46 Dec 08, 2010, and is part of the HCF Alberta Online Encyclopedia collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page. Loading media information

Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia

(Sir) Alexander Mackenzie

Alexander Mackenzie

Alexandre Mackenzie est né à Stornoway, Écosse, en 1764, des parents Kenneth et Isabella. En 1774, après le décès de sa mère, le jeune Alexandre et son père sont allés à New-York, où l'adulte Mackenzie servit avec d'autres loyalistes dans le Régiment royal du roi, jusqu'à sa mort en 1780. Alexandre est scolarisé pendant une brève période à Montréal avant de se faire attiré au loin par une vie dans la traite des fourrures, joignant Gregory, Macleod et Company. Mackenzie travaille au siège de Montréal, et comme traiteur, d'abord au Michigan, et ensuite à l'Île-à-la-Crosse, jusqu'au jour où la firme fusionne avec la Compagnie du Nord-Ouest(CNO) en 1787. Au printemps 1789, Mackenzie, devenu partenaire de la CNO élargie, assume les taches de Peter Pond en tant que traiteur et explorateur dans le pays d'Athabasca en Alberta, après le départ de celui-ci causé par le meurtre de John Ross (voir la biographie de Peter Pond).

Conception artistique de Fort Chipewyan.De sa base à Fort Chipewyan, qu'il établit en 1788, Alexandre Mackenzie, sous l'ordre de la CNO, passé les cinq prochaines années à rechercher un passage vers le Pacifique. L'intérêt pour un tel passage est intense, car la CNO craint que des rivaux américains, tels que les Astors, les battent pour le nouveau marché potentiel hautement lucratif. Sa première expédition, débutant le 3 juin 1789, est de compléter la route allant du Grand lac des Esclaves (TNO) en descendant sur le système de rivières Mackenzie (nommé ainsi plus tard) dont Peter Pond a dressé partiellement la carte en 1784-85. Cependant, ces efforts révèlent le fait que la cartographie de Pond est inexacte et que la route, en fait, mène à L'océan Arctique et non à l'océan Pacifique.

Site de Fort Fork.La deuxième tentative de Mackenzie pour atteindre le Pacifique commence plus au sud-ouest, sur la Rivière-la-Paix. Après avoir hiverné à Fort York, qu'il a établi près de la confluence des rivières La-Paix et Smoky, l'expédition se met en route le 9 mai 1793. Chargé d' objets d'échange et de provisions, le groupe de six, qui inclut deux guides autochtones, se dirige vers l'ouest pour atteindre la rivière Fraser (C-B) que Mackenzie méprend initialement pour la rivière Colombia, le 18 juin. Suivant le conseil de membres des Premières nations qu'il a rencontrés et avec qui il a fait des échanges au lieu connu de nos jours comme Alexandria, le groupe évite les rapides sauvages de Fraser en retournant à la rivière West Road (hommage de Fraser) pour continuer l'expédition par voie terrestre. Le 21 juin 1793, après quelques rencontres avec des membres de la bande Bella Coola, l'expédition atteint le bras Bentinck du Pacifique, au delà du chenal Dean (près du point de la reine Charlotte). C'est plus bas sur le chenal, le jour suivant, que Mackenzie inscrit sur un gros rocher (inscription de nous jours restaurée): «Alexandre Mackenzie, du Canada, par voie de terre, le vingt-deux juillet, mille sept cent quatre-vingt treize.» L'expédition débute le voyage retour le 23, Mackenzie arrivant à Fort Chipewyan le 24 août. La valeur de l'expédition Mackenzie, près de 3700 kilomètres aller-retour, ne peut pas être questionnée. Non seulement il a cartographié une grande partie signifiante du lointain Nord-Ouest, qui n'avait pas été documentée avant, mais il a aussi eu du succès là ou Peter Pond avait échoué - trouvant une route précise vers le Pacifique. Cependant, une grande partie de la déception de Mackenzie a été que la CNO ne considéra pas applicable sa route pour ses besoins. Reconstruction de la cheminée de MacKenzie's (Fort Fork).

Plan du site de Fort Fork.Alexandre Mackenzie quitte ultérieurement le Nord-Ouest en 1794, passant le reste de sa vie engagé dans des activités variées, jamais trop éloignées de la traite des fourrures. Il fait pression, sans succès, pour un réalignement majeur de la traite (incluant l'union de la CNO, CBH et de la Compagnie India); en 1801, il publie ses carnets de voyages (plus tard réimprimés sous le titre, «Voyage d'Alexandre Mackenzie vers l'océan Pacifique en 1793», qui incluent une histoire de la traite des fourrure; il est fait chevalier en 1802, et passe une brève période de temps dans la politique canadienne en tant que membre de l'Assemblée législative du Bas-Canada, bien que sans grand enthousiasme il le semble. En 1805, Mackenzie retourne outre-mer. Sir Alexandre Mackenzie décède en Écosse le 12 mars 1820, laissant derrière lui une femme, Geddes (qu'il a épousée en 1812) et trois enfants.

[précédent] [après] [de nouveau au dessus]

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on the Aboriginal history of Alberta, visit Peel’s Prairie Provinces.